La collection numérotée a 20 ans ! Connaissez-vous ses diverses dates clés ?

1 août 2020 à 9 h 00 par Olikos

Conspuée pour ses inexactitudes, décriée pour son incohérence, critiquée pour son intégration chaotique de films secondaires indignes d’y figurer, démontée par les puristes n’acceptant pas sa logique, la célèbre collection numérotée française a toujours été la cible de plus grandes moqueries. Pourtant, elle est devenue, depuis sa création, un indéniable succès commercial auprès du grand public qui la plébiscite toujours autant depuis deux décennies. Elle est aussi le déclencheur de certaines vocations, notamment la mienne, puisque l’architecture originale de LesGrandsClassiques.fr a été conçue autour d’elle il y a déjà plus de 18 ans. Même si je lui reconnais toujours ses failles, je lui ai quand même toujours accordé une place d’honneur, aujourd’hui encore, étant d’ailleurs le tout dernier site de fans Disney historique qui continue régulièrement à la mettre à jour. La crise sanitaire mondiale étant cependant passée par là, son 20e anniversaire officiel m’est malencontreusement sorti de la tête. Je n’allais donc pas louper l’occasion d’en reparler autour d’une autre de ses dates clés !


Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Si aujourd’hui cette collection numérotée est connue de tous, avec toujours autant de fans et détracteurs se déchirant autour d’elle, mais dont tous les collectionneurs en herbe continue de s’arracher inlassablement les longs métrages qui en font partie, sa naissance a pourtant été faite en toute discrétion et quasiment dans l’indifférence générale. Le consensus actuel veut que le lancement officiel de la collection numérotée soit le 10 octobre 2001. Ce jour là, Disney a ainsi commercialisé pour la toute première fois sur le territoire français l’édition DVD collector de Blanche-Neige et les sept nains qui arborait alors la plus récente nouvelle charte graphique. En association avec certaines enseignes commerciales, notamment Carrefour, et en profitant du centenaire de la naissance de Walt Disney, l’achat de cette édition permettait alors d’obtenir en cadeau une VHS promotionnelle, 100 ans de magie Disney, qui faisait ouvertement la promotion de cette collection numérotée au travers de 62 extraits et bandes annonces diverses : de Blanche-neige et les sept nains, donc, à Le bossu de Notre-Dame 2 – Le secret de Quasimodo. La collection numérotée prenait effectivement à cette date là son véritable envol. Sauf qu’elle existait déjà bien avant cette date !

La collection numérotée est officiellement née près d’un an et demi plus tôt, discrètement, sans crier gare, le 28 mars 2000. Pour ceux qui se souviennent encore de l’existence du célèbre moratoire Disney, période durant laquelle certains grands films prestigieux disparaissaient du commerce pour une période indéterminée, cette date là marquait la ressortie en VHS de Le livre de la jungle. Sur la tranche de la jaquette, on y découvrait pour la toute première fois un étrange logo doré frappé d’un étonnant chiffre 22. Pour en comprendre l’explication, puisque quasiment aucun site ni magazine spécialisé n’en avait parlé jusque là, il fallait regarder le côté verso de la jaquette. Sur celle-ci, reproduite ci-dessous pour cet article, Disney France venait d’établir sa toute première liste numérotée de 55 longs métrages. Pour autant, hormis ceux qui ne possédaient pas déjà la première édition VHS de 1993 et avaient acheté cette réédition VHS de Le livre de la jungle, la naissance officielle de la collection numérotée française passe totalement inaperçue. Ce n’est qu’à partir de l’été 2000 et tout au long de la fin d’année que Disney France commence à promouvoir plus largement la collection numérotée, en faisant parfois de gros cafouillages, notamment en affublant par erreur le numéro 44 reproduit ci-dessus, au lieu de 40, sur le DVD de Dingo et Max. Une boulette que refera d’ailleurs Disney France même récemment, avec Le monde de Dory et son numéro 114 au lieu de 117.


Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Le 01 août 2000, Dingo et Max 2 – les sportifs de l’extrême marque ainsi le coup d’envoi d’une première communication à plus grande ampleur de la collection numérotée. Toutes les éditions vidéos paraissant dans le commerce jusqu’à l’été 2001, qu’il s’agisse de nouveauté comme de réassort d’anciens titres, vont désormais arborer à la fois un numéro sur la tranche et présenter sur le côté verso des jaquettes VHS (car le support était encore dominant à cette époque) cette collection numérotée de 55 films. Ironiquement, alors qu’ils vont paraître dans le commerce entre temps, La petite sirène 2 – Retour à l’océan (56), Les aventures de Tigrou (57) et Dinosaure (58) ne figureront jamais sur le verso des jaquettes VHS qui reste donc fixé autour de « seulement » 55 films. Le 29 août 2000, Tarzan devient ainsi le tout premier grand classique contemporain qui va arborer cette numérotation. Il est d’ailleurs amusant de constater qu’il s’agit là de l’un des rares films a avoir toujours été numéroté, ceci quel que soit son support, puisque Tarzan n’est jamais paru durant la période incertaine où Disney France hésitait à numéroter la collection Blu-ray, ce que le groupe finira par faire par pression populaire. Ironiquement, alors que Disney France a affiché un temps un détachement envers cette numérotation, il y a déjà une dizaine d’année au point de la faire disparaître complètement même de son site officiel, la société s’est retrouvée prise à son propre piège de la popularité sans cesse croissante de cette numérotation créée à l’origine par seule fin commerciale.

Au début de l’année 2001, le rapport de force entre la VHS et le DVD commence à s’inverser. Si le DVD, comme le LaserDisc en son temps, est dans un premier temps considéré comme un support spécialement adressé aux adultes, disons même de classe aisée, le support finit par se démocratiser. Contrairement à la France, où dessin animé rime avec spectacle exclusif aux enfants, aujourd’hui encore, la branche américaine de Disney a toujours été intéressée par le DVD. Elle s’y investit dès 1997, en sortant George de la Jungle et L’Etrange Noël de Monsieur Jack par exemple, puis Mary Poppins qui deviendra le tout premier film d’animation du studio historique paraissant sur le support en 1998. La France finit par suivre le mouvement, en balbutiant un peu au début et, près de trois ans plus tard, elle décide, pour l’occasion, de réviser entièrement sa charte graphique. Et c’est d’ailleurs à nouveau Dingo et Max 2 – Les sportifs de l’extrême qui va l’inaugurer le 02 avril 2001. Il faut alors dire adieu au précédent serpentin « Walt Disney – Les Grands Classiques » au profit de l’arc de cercle étoilé décliné en quatre catégories : « Walt Disney – Classique » pour les films jugés mineurs (la plupart des suites parues directement en vidéo notamment), « Walt Disney – Grand Classique » pour les films produits par Walt Disney Animation Studios et les suites parues en salle, « Walt Disney – Chef d’oeuvre » pour les films soumis au moratoire et, enfin, « Walt Disney » tout court pour tout le reste de l’animation. Une cinquième catégorie fera aussi bande à part, les « Disney * Pixar ».


Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Le temps continuant sa course, le Blu-ray débarque et Disney France, contrairement à l’époque du DVD, fait machine arrière toute. En 2007, les premiers Blu-ray des films d’animation ne comportent plus la moindre numérotation. Comme c’était déjà le cas sept ans plus tôt, deux camps s’opposent : les puristes vont se féliciter de ce choix, les fans de la numérotation, eux, vont évidemment râler. Une fois encore, Disney France juge que le support ne s’adresse qu’à un marché de niche. Même la nouvelle charte graphique, simple évolution de la précédente dans l’esprit en instaurant un bandeau sur le visuel à la place de l’arc étoilé, qui apparaît avec Les 101 dalmatiens le 05 mars 2008, n’est pas propice à remettre en cause l’absence de la numérotation. Ce n’est finalement que le 01 février 2012, avec la ressortie de La belle et le clochard, que Disney France finit par se raviser, cinq ans après la parution du premier Blu-ray, et remet finalement en place la numérotation sur le support. Depuis ce jour, et notamment depuis la dernière refonte de la charte graphique du 09 octobre 2013 avec La petite sirène classant désormais tous les films en de simples « Classiques » de l’animation Disney (charte légèrement révisée elle-même une seconde fois dès 2017 sans le logo « Disney Privilèges »), la collection numérotée n’a plus jamais cessé de s’agrandir jusqu’à atteindre, au dernier pointage en date, 126 longs métrages. Soul, prochain film d’animation du studio Pixar, ferme en effet actuellement officiellement la marche en attendant les prochains numéros. En attendant, joyeux 20e anniversaire ! 01 août 2020

1 août 2020 à 9 h 00 par Olikos

Posté dans Vie du site

Commentaires fermés.

Social eXpérience

Articles récents

Rechercher:

Catégories

Archives: