Le petit dinosaure - La série télévisée

Quelques informations

En France, Le petit dinosaure a fait ses débuts à la télévision le mercredi 29 août 2007 dans le programme TFOU de la grille jeunesse de TF1, aux côtés d'une autre série alors également inédite, Shaun le mouton. Depuis, elle a été rediffusée successivement sur Canal J dès avril 2008 ainsi que dans le cadre de l'émission quotidienne Midi les Zouzous de France 5 en septembre 2011. Il n'existe aujourd'hui aucune trace fiable évoquant une possible diffusion de la série au Québec.

Officiellement, bien que produit et commercialisé après, le 13e long métrage de la saga se situe chronologiquement avant la série télévisée. Cependant, comme il n'existe aucune réelle cohérence narrative entre le 12e film, le 13e film et la série télévisée, Vive les amis peut en pratique se regarder aussi bien avant, pendant ou après les épisodes de la série.

Résumé

Dans leur périple au coeur de la Vallée des Merveilles, Petit-Pied et ses amis ont compris l'importance d'être solidaires entre eux pour faire face à toutes les situations, même les plus périlleuses comme le redoutable Griffe-Rouge... Petit-Pied le Long Cou, Cera la Trois Cornes, Beckie la Grande Bouche, Petrie le Volant et Pointu le Queue à Pointes, repartent à l'aventure vers de nouveaux horizons...

Analyse de l'oeuvre

(Dans l'épisode précédent... Et maintenant la suite) En 2007, après avoir envahi pendant 12 ans les rayons des supermarchés de façon quasi-annuelle avec ses VHS et DVD, Universal a finalement décidé de propulser Petit-Pied et sa bande de dinosaures dépravés dans un format auquel il n'avait pas encore pensé jusqu'ici : la télévision ! On se demandera bien pourquoi il aura fallu douze longs métrages pour que le studio pense finalement à explorer cette piste, tant le succès fut au rendez-vous chez le public américain très friand de ces petits dinosaures, malgré leur côté hébété. C'est ainsi que Universal va produire 26 épisodes de vingt minutes environ, considéré comme une saison unique selon certains fans et deux saisons pour les autres (en raison de son interruption estivale lors de la diffusion américaine), qui vont s'acharner à prolonger encore un peu plus le mythe jusqu'à l'overdose.

Le petit dinosaure est incontestablement la partie de la franchise la plus incohérente de toute la saga, même si elle rappelle de nombreux personnages des douze films. La version française accentuant d'ailleurs encore plus le problème, car l'adaptation francophone n'a pas été confiée au même studio de doublage que ceux de la saga vidéo. Il en résulte une multitude d'incohérences vocales (La "Grande Vallée" est désormais appelée "Vallée des merveilles", "Gobeur" retrouvant son nom anglais "Chompeur", les "Dents-Tranchantes" sont désormais accompagnés de "Dents-Pointues", etc.) qui se cumulent avec celles propres à la série en elle-même. Parmi les plus belles incohérences, la fratrie de Petrie est réduite à seulement 3 frères et soeurs (alors que le 12e film paru tout juste avant en montrait beaucoup d'autres). On relèvera aussi le retour à l'écran de Chompeur. L'apparition du jeune Dent-Tranchante, bien que personnage extrêmement populaire dans la franchise malgré ses deux uniques apparitions dans la saga vidéo, n'est ainsi jamais une seule fois véritablement expliquée dans la série. La série se veut d'ailleurs assez incohérente avec elle-même, puisque Chompeur est par exemple présenté comme un personnage n'ayant jamais quitté la Vallée des Merveilles le temps d'un épisode, puis au contraire indiqué comme perdu dans une grotte l'ayant ramené vers la Vallée des Merveilles dans un autre.

L'autre apparition inexpliquée dans la série est le tout nouveau personnage de Ruby. Elle non plus n'est pas une seule fois réellement présentée. Tout au plus comprend-on, en tentant de lire entre les lignes, qu'elle vivait autrefois dans le vaste pays des mystères et qu'elle croisa apparemment la route de Chompeur, dont elle devint le chaperon pour une raison peu claire. Rien ne justifie vraiment son apparition dans la franchise, si ce n'est de ré-offrir une sorte d'équilibre entre le nombre des personnages féminins et masculins que Chompeur mettait à mal s'il était revenu seul. Du côté des méchants, Le petit dinosaure, incorpore trois nouveaux adversaires, qui apparaissent par intermittence dans les épisodes : Griffe-Rouge, un T-Rex balafré qui possède une griffe rouge (d'où son nom) et ses deux acolytes Screech et Thud. Pour eux non plus, aucune explication n'est donnée sur leur obstination à continuellement traquer la bande de jeunes dinosaures, avec lesquels ils ont visiblement quelques griefs.

Tout comme ses aînés en vidéo, Le petit dinosaure met vraiment à mal les neurones saines des adultes qui voudraient la suivre. Cependant, il faut reconnaître que la durée plus étriquée du format télévisé permet de faire passer la pilule un petit plus facilement. Enfin, c'est tout relatif. Parmi les bonnes choses, chaque épisode se contente d'aller à l'essentiel, sans avoir continuellement besoin de meubler son récit. Mais à contrario, c'est assez facile de respecter ce sacro-saint principe car le cahier des charges de la série est simplissime : il est dépourvu de tout réel scénario. Chaque intrigue n'est qu'un vaste prétexte à une leçon de morale sans réel intérêt (soit gentil avec tes amis), l'occasion de donner un conseil pratique aux tout-petits (perdre une dent-de-lait, c'est normal) ou encore de raconter un fait historique de manière très idéalisé, voire irréaliste parfois (les longs-cous ont agrandi leurs cous en une seule nuit grâce à la Lune qui trouvait regrettable qu'ils ne puissent plus atteindre les hauts feuillages...). Pour autant, chaque épisode est tellement dénué de tout réel travail d'écriture que cela permet à Universal de placer adroitement systématiquement deux chansons par épisodes !

Ce qui était déjà particulièrement pénible dans les longs métrages, devient un véritable supplice dans un format si court où le rapport de force narration/chanson n'est absolument plus le même. En moyenne, il y avait trois chansons dans chaque long métrage, c'est à dire environ une toute les 20 minutes, alors qu'ici c'est une chanson toutes les 6 minutes que l'on peut entendre (2 par épisode + le générique). Et ses chansonnettes (pas plus d'une minute chacunes) sont à l'image même des épisodes dans lesquelles elles se trouvent, anecdotiques. En caricaturant un peu, un coup je chante parce que j'ai perdu une dent, un coup je chante parce que je prend un bain de boue, un coup de chante pour me donner du courage face aux Dents-Tranchantes, un coup je chante parce que je sniffe (littéralement dans la VO), un coup je chante mais je sais pas trop pourquoi sauf qu'il faut bien qu'il y ait deux chansons dans l'épisode... On a ici un répertoire théorique et assez hallucinant d'une trentaine de chansons dans l'intégralité de la série. Un chiffre à relativiser car certains airs, parmi les moins rébarbatifs, sont re-chantés plusieurs fois tandis que d'autres voient simplement leurs textes remaniés tout en conservant les mêmes mélodies.

En terme de qualité technique, Le petit dinosaure ne brille sur aucun de ses aspects. Le 13e film faisait déjà de la peine à voir, alors qu'il a été produit après la série même si ses évènements se passent avant (vous suivez ?). Pourtant, Le petit dinosaure parvient à faire aussi mauvais qu'elle, si ce n'est parfois pire !! L'animation est horriblement hachée et la cohérence visuelle des personnages systématiquement mise à mal. Le design des personnages ne respecte ainsi pas totalement, voire pas du tout, celui qu'on leur connaissait jusque là. Un contexte visuel très passable qui ne choquera pourtant aucun enfant à qui la série s'adresse. Car il ne faut jamais perdre de vue que la série se veut avant tout éducative, promulguant continuellement ses bons conseils, aux très jeunes spectateurs. Si la série parvient à se révéler plus potable que les ignobles Dora, l'exploratrice ou La maison de Mickey, Le petit dinosaure se hisse tout juste au même niveau que Mes amis Tigrou et Winnie qui jouissent toutes les deux d'un très fort capital sympathie pour leurs personnages respectifs. Mais c'est tout, il ne faut pas exiger plus d'elle.

Le petit dinosaure est à l'image du reste de la saga dans son esprit, mais clairement tirée vers le bas au niveau artistique pour mieux s'accomoder aux goûts du jeune public - du moins aux goûts supposés par les artistes d'Universal pour eux - que la grande saga vidéo qui l'a précédé. Née et conclue avant la commercialisation du 13e épisode, mais dont l'histoire globale se situe chronologiquement tout juste après lui, Le petit dinosaure ne brille pas par la pertinence de ses propos, ni par sa qualité artistique. Tout juste peut-on lui accorder quelques rares chansons particulièrement entraînantes (merci le remplacement de Amanda McBroom par Ford Riley, aujourd'hui producteur sur La garde du Roi Lion !), mais ils faut reconnaître qu'il faut s'accrocher pour espérer les entendre car celles-ci croulent sous la bêtise sous jacente des histoires et la masse des autres chansons assez bébêtes dans l'âme de la majorité des épisodes. Bref, Le petit dinosaure est donc une pure série enfantine réservée exclusivement aux bambins. A conclure...

26 mai 2017 par Olikos

Voxographie sélective

Doublage français d'origine (2007)

Petit Pied : Stéphanie Lafforgue 1

Cera : Kelly Marrot 1

Becky : Caroline Combes 1

Petrie : Roger Carel 1 (Dialogues)

Petrie : Jean-Claude Donda 1 (Chant)

Chomper : Dorothée Pousséo 1

Ruby : Fily Keita 1

Saro : Frédéric Cerdal 1

Tina : Laure Sabardin 1

Topsy : Michel Vigné 1 (Dialogues)

Topsy : Daniel Berretta 1 (Chant)

Tricia : Patricia Legrand 1

La mère de Becky : Danièle Hazan 1

Le grand-père de Petit Pied : Jacques Ciron 1

La grand-mère de Petit Pied  : Danièle Hazan 1

La mère de Petrie  : Danièle Hazan 1

Les jumeaux : Jérémy Prevost 1 et Daniel Jean Colloredo 1

Ali : Charlyne Pestel 2 (Épisode 6)

Rony : Marie-Charlotte Leclaire 2 (Épisode 6)

Saro : Frédéric Cerdal 2 (Épisode 11)

Mo : Jérémy Prevost 2 (Épisode 14)

Doc : Thierry Desroses 2 (Épisode 16)

Milo : Jérémy Prevost 2 (Épisode 17)

Guido : Laurent Morteau 2 (Épisode 18)

Wooper : Roger Carel 2 (Épisode 18)

Le père de Petit Pied : Daniel Beretta 2 (Épisode 20)

Petit Cou : Dolly Vanden 2 (Épisode 20)

Phil : Patrick Préjean 2 (Épisode 21)

L'ami de Phil : Gérard Surugue 2 (Épisode 21)

Crustator : Christian Pelissier 2 (Épisode 22)

Tippy : Isabelle Volpe 2 (Épisode 23)

Le père de Tippy : Pascal Casanova 2 (Épisode 23)

La mère de Tippy : Marie Lenoir 2 (Épisode 23)

Skip : Sébastien Desjours 2 (Épisode 24)

La mère de Ruby : Florence Dumortier 2 (Épisode 24)

Pointu  : Guillaume Lebon 2 (Épisode 26)