Mewtwo contre-attaque - Évolution : Quelques informations

Mewtwo contre-attaque - Évolution sort en salle le 22 juillet 2019 au Japon. Il est ensuite rendu disponible à travers le monde via Netflix, dès le 27 février 2020. A cette occasion, le long métrage y est proposé en plusieurs langues, dont le japonais. Il s'agit d'ailleurs d'une grande première, le doublage original des films n'ayant jamais été distribué en France sur aucun support officiel. C'est également la première fois qu'un film Pokémon est distribué simultanément en France et au Québec.

Résumé


UN EXTRAIT À DÉCOUVRIR SUR

Sacha, Ondine et Pierre continuent leur voyage à travers la région de Kanto. Alors qu'ils font une halte, ils reçoivent une mystérieuse invitation pour en découdre avec le plus grand dresseur du monde. Ils sont cependant loin de se douter que ce redoutable dresseur n'est pas comme les autres, car celui-ci est né suite aux manipulations génétiques d'un échantillon fossile du légendaire Mew...

Analyse de l'oeuvre 2.5
2.55

Ce qu'il y a de bien avec les 20 ans de Pokémon, c'est que cela fait quatre ans qu'on le fête. Toutes les bonnes occasions sont valables : le 27 février 2016 pour commémorer la naissance d'un mythe, le 1er avril 2017 pour commémorer le début de la série télévisée, le 15 juillet 2017 avec la reboot de l'intrigue des films dans Je te choisis !, le 17 novembre 2017 encore avec la sortie de Ultra Soleil et Ultra Lune qui propose un scénario inédit "Team Rainbow Rocket" à la fin du titre qui réunit tous les boss de la franchise. Vient enfin la consécration Mewtwo contre-attaque - Évolution le 22 juillet 2019, remake entièrement en images de synthèse qui commémore les 20 ans des longs métrages et dont la Pokémon Company a trouvé amusant de le rendre disponible à travers le reste du monde sur Netflix le 27 février 2020, cette fameuse année "vingt-vingt", une double dose de vin qui n'enivre pas. Ils ont de l'humour ces japonais ! Toujours est-il que l'annonce en 2018 de proposer un remake entièrement en 3D avait laissé craindre le pire. D'abord, quel était l'intérêt de proposer une version révisée du mythe constructeur de la franchise cinématographique ? Ensuite, est-ce que le choix d'en faire une version 3D n'allait-il pas complètement gâcher l'expérience ? Enfin, est-ce que le film serait une copie calque de son aîné ou bien allait-il offrir une relecture modernisée ? Une chose est certaine, si le film ne se viande pas complètement, il reste véritablement une énorme déception en tout point inférieure à son aîné.

Aujourd'hui comme hier, Mewtwo contre-attaque reste encore l'opus cinéma le plus mature de toute la saga, tout du moins dans sa version japonaise, la version internationale ayant édulcoré tout ce qui semblait problématique pour le jeune public américain. Et pour cause ! Il était à l'origine envisagé comme consécration ultime, le point culminant et conclusif de la saga animée. Un scénario très profond, noir par certains côtés, avait permis de mettre en lumière un autre mythe, celui du très torturé personnage de Mewtwo. Né sans "parents" biologiques, dans une éprouvette manipulée par des scientifiques à la solde de la Team Rocket, celui-ci était en perpétuelle quête d'identité. Or, comme son seul parent adoptif n'est autre que Giovanni, celui-ci n'a absolument jamais cherché à éveiller en lui tout sentiment d'affection. Au contraire, il a tout fait pour le transformer en machine de guerre. N'ayant jamais connu aucun autre repère que la vision étriquée de Giovanni, Mewtwo va finir par en avoir assez et se rebeller. Dès lors, nourrissant une haine farouche pour tout ce qu'il a subi, il va rejeter la faute à la fois sur l'ensemble de la population humaine, mais également sur les pokémons dont il s'estime être d'une espèce biologiquement supérieure à la leur. Bref, Mewtwo est à la fois mégalomane et sans repère... jusqu'à ce qu'il croise la route de Mew et de Sacha. Ces derniers lui font découvrir qu'une autre voie est possible.

Dans les grandes lignes, Mewtwo contre-attaque - Évolution respecte exactement la même trame narrative, si l'on ne tient pas cependant compte de la version intégrale du film, parue uniquement au Japon à l'époque, et qui comportait 20mn de scénario additionnel. Le problème majeur qui s'impose dans ce remake 3D, c'est malheureusement justement sa technique. Dès les premières minutes, le constat s'impose, rien de ce qui est visible à l'écran n'est crédible. Visuellement, le long métrage est à peine digne d'une cinématique de jeu vidéo pour Wii U. Les pokémons passent encore car cela fait maintenant plusieurs années qu'on leur connaît une esthétique 3D à travers de nombreux jeux. Tout du moins quand on met de côté le succulent Détective Pikachu qui les avait réellement rendu réalistes pour la première fois. Les humains par contre sont vraiment très mauvais, d'un niveau inférieur à Les chevaliers du zodiaque - La légende du sanctuaire, produit par Toei Animation en 2014, et qui n'étaient déjà pas très folichons il y a six ans. Tout cloche dans leur animation, leur façon de bouger, de s'exprimer, même de se mouvoir dans les décors ! A plusieurs reprises, l'impression de voir des pantins désincarnés est si flagrante qu'elle dérange le regard. Plus gênant encore, la mise en scène est si mollassonne que les rares moments de tensions font l'effet d'un soufflet qui retombe. Pire, on s'ennuie tellement dans ces moments là qu'on a l'impression que chaque scène s'éternise, tout en espérant que la prochaine scène soit meilleure. Malheureusement, cela n'arrive jamais et on en regrette presque d'être allé jusqu'au bout de cette expérience 3D, finalement bien inutile.

En 20 ans de longs métrages, la 3D, employée jusqu'ici avec parcimonie pour faciliter certaines scènes un peu complexe, n'a cependant jamais été le point fort des aventures animées Pokémon. Mewtwo contre-attaque - Évolution prouve même que le studio d'animation n'est ni apte, ni capable, de proposer quelque chose de convenable à regarder. Certes, quelques environnements sont relativement jolis, la texture de la peau et des poils des pokémons plutôt convainquant par moment, mais, rien à faire, on ne parvient jamais à se sortir de la tête que l'on regarde une version longue d'une banale publicité télévisée de la franchise ou d'une cinématique précalculé de jeux-vidéo. Et encore, on arrivait déjà à faire mieux que ça à travers ce média depuis aussi longtemps que Pokémon existe. Alors oui, au final, on est plutôt content de réentendre certaines voix françaises emblématiques du premier film, ainsi que d'avoir accès pour la toute première fois de manière légale à une version japonaise, mais au final, rien ne saurait égaler l'expérience du premier Mewtwo contre-attaque.

Social eXpérience

20 mars 2020 par Olikos

Voxographie sélective

Doublage français d'origine (2020)

Mewtwo : Jean-Marc Delhausse  1

Sacha : Aurélien Ringelheim  1

Miaouss : Didier Colfs  1

Ondine : Fanny Roy  1

Miranda : France Bastoen  1

Jessie : Catherine Conet  1

James : David Manet  1

Giovanni : Daniel Nicomede  1

Pierre : Antoni Lo Presti  1

Infirmière Joëlle : Delphine Chauvier  1

Mew : Marie Du Bled  1

Agent Jenny : Julie Basecqz  1

Dr. Fuji : Franck Dacquin  1

Neesha : Marie Braam  1

Pirate : Jean-François Rossion  1

Corey : Fabian Finkels  1

Raymond : Pierre le bec  1

Narrateur : Michel Hinderyckx  1

Voix additionnnelles : Lise Leclerq 1 , Nicolas Ossowski 1 , Brieuc Lemaire 1 , Delphin 1 , Elisabeth Guinand 1 , Fabienne Loriaux 1 , Marie Braam 1 , Frédéric Clou 1 , Grégory Praet  1

Sources : 1Carton Netflix