Le petit dinosaure 5 - L'île mystérieuse

Petit-Pied, le dinosaure V - L'île mystérieuse

Quelques informations

Bien que seulement trois suites ont été envisagées et annoncées simultanément par Universal en 1993, la saga s'est si bien vendue en VHS que Le petit dinosaure 5 - L'île mystérieuse fut produit dans la foulée. Comme ses prédécesseurs, le film sort directement en VHS le 9 décembre 1997 au Québec, sous le titre de Petit Pied, le dinosaure V - L'île mystérieuse, puis le 5 février 1998 en France, en version française uniquement dans les deux cas.

Résumé

Lorsque des sauterelles attaquent la végétation de la Grande Vallée, les dinosaures doivent déménager et trouver une autre région en faisant face à des séparations, la famine et à un terrifiant monstre. Arrivant au bord de la mer, ils découvrent au loin une île couverte d'une riche végétation mais, hélas, dominée par une famille de Dents-Tranchantes...

Analyse de l'oeuvre

(Dans l'épisode précédent... et maintenant la suite) Mes chers amis, nous voici réuni ici dans la reconnaissance et le recueillement pour saluer la destruction de la Grande Vallée et de l'ensemble de ses habitants, dans la joie et l'allégresse pour ce dernier épisode jusqu'à ce que... pardon, je crois que je m'égare. Loin d'être l'ultime volet, L'île mystérieuse n'est que le cinquième d'une saga aussi dispensable qu'inusable depuis la mauvaise idée de créer une première suite en 1993. Ah, si, quand même ! Par une pirouette scénique mémorable, Universal décide de détruite la Grande Vallée afin de proposer une nouvelle odyssée, plus ou moins repiquée du scénario du merveilleux premier film de Don Bluth (à savoir trouver une nouvelle terre d'accueil), tout en lorgnant sans remord sur le succès de Le Monde Perdu : Jurassic Park paru la même année (Les Dents-Tranchantes peuvent être de bon parents, comme l'énonce Sarah Harding) ! En réalité, les deux seules choses qui sauvent le spectateur de l'ennui le plus total, ce sont le retour d'un personnage emblématique et une chanson. Bien trop peu pour en faire un classique de l'animation malheureusement. Nous revoilà encore une fois en terrain balisé, Universal n'a absolument aucune envie de révolutionner sa nouvelle saga fétiche, impossible donc pour elle de réussir à se réinventer.

L'île mystérieuse réexploite toujours les mêmes ingrédients, à des quantités à peine plus variés qu'auparavant. Peut-être faut-il accorder à ce cinquième épisode que la tension soit légèrement plus tendue, car Petit-Pied et ses amis n'ont jusqu'ici jamais du affronter autant de prédateur à la fois : pas moins d'un monstre marin et de quatre dents-tranchantes ! Même si cela semble moins flagrant que dans les trois épisodes précédents, L'île mystérieuse continue son processus d'évangélisation de son auditoire, cette fois en s'inspirant directement du livre de l'Exode. De manière à "punir" les habitants de la vallée, toujours en pleine discorde entre eux, la Grande Vallée est frappée d'une des plaies d'Egypte : l'attaque massive des sauterelles qui déciment toute la nourriture. Tout le monde est donc contraint de s'exiler à la recherche d'une nouvelle terre promise. La similarité avec l'Exode ne s'arrête d'ailleurs pas là. En chemin, Petit-Pied et ses amis arrivent au bord d'une grande étendue d'eau, dans laquelle ils ne peuvent pas boire (comme la source Marah). Finalement, ils parviennent à trouver une terre promise, en traversant un mince couloir dépourvue d'eau qui se referme immédiatement derrière eux ! On ne peut pas faire plus évident.

Heureusement, le message dissimulé de L'île mystérieuse est relativement noyé par l'enchaînement des séquences de poursuite. De fait, la plupart des spectateurs vont certainement mieux apprécier ce cinquième volet qui ne souffre pas vraiment de temps morts. Les deux tiers du film se concentrent sur les différentes tentatives d'évasion des petits dinosaures pour retrouver leurs familles. Le retour de Gobeur en milieu de film est aussi une bonne idée, même s'il reste opportun en raison de la sortie de Le Monde Perdu : Jurassic Park en 1997, tout en permettant d'assurer une belle continuité avec le deuxième volet. L'autre bonne trouvaille du récit, c'est l'excellente chanson "Toujours là". On a été tellement mal habitué dans la saga par des chansons écorchant les oreilles que "Toujours là" sort incontestablement au dessus du lot. Il s'agit probablement de la première, voire même de la meilleure chanson écrite sur les treize suites de Le petit dinosaure et la vallée des merveilles. Un exploit inégalé d'autant plus remarquable que les autres chansons de L'île mystérieuse sont ignobles, comme si Michele Brourman et Amanda McBroom avaient soudain eu un éclair de génie dans tout ce miasme musical qu'elles ont écrit en quatre films.

Finalement, L'île mystérieuse est un nouvel épisode formaté d'une saga qui l'est tout autant. Cependant, en occultant le sous entendu "biblique" qui colle décidément bien trop à la peau de la saga vidéo, L'île mystérieuse reste une aventure un peu plus dynamique que d'ordinaire. Il est donc plus facile de l'apprécier. A moins que la lassitude et la répétitivité n'oblige en réalité le spectateur à ne percevoir que le côté positif du long métrage. A suivre...

5 août 2016 par Olikos

Voxographie sélective

Doublage français d'origine (1997)

Petit Pied : Donald Reignoux 1 (Dialogues et chant)

Gobeur : Julien Bouanich 1 (Dialogues)

Gobeur : Donald Reignoux 1 (Chant)

Petrie : Roger Carel 1 (Dialogues)

Becky : Charlyne Pestel 1

Cera : Jennifer Oliver 1

Grand-Mère : Martine Messager 1

Grand-Père : George Berthomieu 1

Elsie : Danielle Hazan 1

Mère de Becky et Petrie : Danielle Hazan 1

Père de Cera : Sylvain Lemarie 1

Narrateur : Said Amadis 1

Sources : 1Carton TV