Lupin III contre Détective Conan, le film : Quelques informations

Lupin III contre Détective Conan, le film est le second crossover spécial réunissant les personnages issus du manga Lupin III (plus connu en France sous le nom d'Edgar de la cambriole) et ceux issus du manga Détective Conan. Contrairement au précédent, il est diffusé au cinéma au Japon dès le 7 décembre 2013. Il est actuellement inédit sur tous les territoires francophones.

Ce long métrage commémore un quintuple anniversaire : les 60 ans de Nippon Television, les 55 ans de Yomiuri TV, les 50 ans de TMS Entertainment, les 45 ans de Lupin III et les 20 ans de Détective Conan.

N.B. : Si l'envie vous en prend d'alterner la lecture du manga avec les films, sans tenir compte de la série télévisée, j'ai établi une Chronologie Films / Mangas où je préconise de placer celui-ci entre les dossiers 8 et 9 du volume 84.

Résumé


UN EXTRAIT À DÉCOUVRIR SUR

Le célèbre Emilio Baretti continue sa tournée mondiale à succès en faisant cette fois étape au Japon. Mais son manager, Alan Smithee, se sert de la notoriété mondiale du chanteur italien pour effectuer des transactions douteuses avec des hommes verreux qu'il invite dans les coulisses de ses spectacles. Apprenant que Lupin III se trouve actuellement sur le territoire japonais, il décide d'utiliser ce dernier en l'obligeant à dérober un rubis aux propriétés insoupçonnés. Malheureusement, le jeune Conan Edogawa va se retrouver mêlé à l'affaire et va tout faire pour empêcher cette transaction...

Analyse de l'oeuvre 5
55

Quatre années après la première rencontre historique entre les personnages issus du manga Lupin III (plus connu sous le nom d'Edgar de la cambriole en France pour questions juridiques) et ceux issus de Détective Conan, les équipes japonaises ont décidé de remettre une fois de plus le couvert. Mais cette fois, ils mettent les petits plats dans les grands et délocalisent cette seconde confrontation des personnages directement au cinéma. Tout y est alors démultiplié par rapport au téléfilm de 2009, rendant cette nouvelle expérience incroyablement plus riche et, surtout, totalement démesurée. Lupin III contre Détective Conan, le film nous emmène dans un spectacle pyrotechnique d'une bien plus grande ampleur que ne l'avait été le téléfilm en son temps. Encore mieux, tous les éléments narrées en 2009 ne sont pas un seul instant reniés permettant au long métrage de s'inscrire dans une véritable continuité logique et narrative. D'autant plus que, cette fois-ci, ni les animateurs, ni les scénaristes ne vont réellement prendre la peine d'introduire les deux univers. Ils considèrent les deux comme déjà connus du public qu'ils placent donc au coeur de l'action dès les premières minutes, ceci jusqu'à son dénouement !

Mieux équilibré, plus énergique, et plus palpitant, Lupin III contre Détective Conan, le film l'est assurément. Avec un bonheur non dissimulé, les concepteurs du film se font véritablement plaisir, réunissant cette fois à l'écran absolument tous les personnages connus des deux mangas, leur offrant à chacun de vrais petits moments de gloire. Le long métrage ne rechigne pas non plus à faire de savoureux caméos à tout bout de champ, sans que cela n'alourdisse pour autant l'intrigue, jusqu'à la toute dernière scène post-générique incluse. Alors que cela avait un peu chagriné certains spectateurs du téléfilm en 2009, le scénario de ce long métrage propose ici réellement une vrai confrontation entre Conan et Lupin, chacun d'eux essayant d'avoir systématiquement un coup d'avance sur l'autre, même si, finalement, cela se termine une fois encore en match nul. Mais un match nul ô combien mémorable. Plus décontracté, moins cérébral, plus fun, Lupin III contre Détective Conan, le film s'avère ainsi un véritable festival animé résolument taillé pour le grand écran. L'histoire ne lésine pas sur les moyens pour n'offrir quasiment pas le moindre temps mort à ses heureux spectateurs. On est plongé au coeur de l'action dès les premières minutes et on ne peut se remettre à respirer qu'une fois le long métrage terminé.

Pour les besoins de l'intrigue, les scénaristes imaginent quelque chose de très décomplexé en se servant, comme base, du roman L'Île aux trente cercueils publié en 1919 par Maurice Leblanc. Toutefois, le côté invraisemblable des histoires de Lupin III rencontre ici le côté très terre à terre de Détective Conan pour un résultat fortement énergique. L'histoire a également l'ingéniosité de donner un sens logique à la confrontation de Lupin et Conan. Dès que le film commence, Lupin dérobe un énorme diamant. Mais il a la mauvaise idée de le faire en se cachant sous les traits de l'insaisissable Kid. Dès lors, il n'en faut guère plus pour Conan pour se lancer à sa poursuite, puisque ce dernier est fermement déterminé à mettre la main sur Kid. Cependant, ce coup d'éclat de Lupin ne tombe pas dans l'oreille d'un sourd qui voit en lui le cambrioleur idéal pour dérober un rubis qui possède des propriétés insoupçonnés. En jouant de manipulation sous la forme d'un chantage, Lupin se voit contraint de faire ce qu'on lui demande. Mais Conan, perspicace comme il en a toujours eu l'habitude, décide d'ajouter son grain de sable afin de gripper les rouages de ce sombre complot. De fil en aiguille, les deux opposants vont vite se retrouver mêlé à une affaire de bien plus grande ampleur qui a trait au Royaume de Vespanie qu'ils avaient visités tous les deux en 2009.

Offrir la part belle à tous les personnages issus des deux mangas a toutefois une conséquence assez fâcheuse sur les nouveaux protagonistes qui apparaissent dans Lupin III contre Détective Conan, le film. Les deux personnages d'origine italienne Claudia Belucci et Emilio Baretti ne servent ainsi quasiment à rien dans le long métrage, si ce n'est de servir d'excuse au scénario. Leurs rôles sont en effet extrêmement limités, même si Emilio a quand même le mérite d'offrir une grosse scène d'action au milieu du film, limite invraisemblable, mais extrêmement bien mise en scène dans le film. C'est d'ailleurs sur ce point que le film et le téléfilm s'opposent. Le téléfilm offrait résolument la part belle à ses personnages, prenant le temps de considérablement les développer, au détriment de toute action. Lupin III contre Détective Conan, le film au contraire fait résolument la part belle à l'action non stop, au détriment de tout développement de ses personnages. En soit, que ce soit pour les personnages issus des deux mangas, aucun d'eux n'en a vraiment besoin, que l'on soit d'ailleurs connaisseur ou néophyte des deux oeuvres. Cependant, Emilio et Claudia sont totalement écrasés par le poids des invités de marque du film, rendant leur apparition à l'écran fortement anecdotiques. On a donc forcément bien du mal à s'attacher à eux. Mais il faut garder en tête que l'intérêt de Lupin III contre Détective Conan, le film est justement ailleurs. Ces deux là n'ont été clairement écrits que dans l'unique but de servir le propos du film.

Visuellement, Lupin III contre Détective Conan, le film est à mille lieux du téléfilm. Les équipes d'animateurs font d'ailleurs un choix esthétique nettement plus radical qu'auparavant. En 2009, le parti-pris était d'abord de respecter scrupuleusement les environnements et le design traditionnel des deux mangas, sur environ une heure, avant de parvenir à un compromis artistique finalement très agréable sur le reste. Tout au contraire, le long métrage choisit délibérément d'offrir aux spectateurs quelque chose d'entièrement nouveau dès la séquence d'ouverture et qui ne saute pas immédiatement aux yeux. Le subterfuge est extrêmement habile car, dans un cas comme dans l'autre, on se sent pourtant en terrain connu. Pour autant, en y prêtant vraiment attention, on remarque ainsi que les traits vifs et incisifs de Détective Conan ont été adoucis, tandis que les traits doux et tout en rondeur de Lupin III ont été vivifiés. Il en résulte une combinaison visuelle harmonieuse des deux univers, bien plus pertinente encore qu'elle ne l'était durant la deuxième partie du téléfilm de 2009. De la même manière, Lupin III contre Détective Conan, le film fait la part belle à l'action et à l'humour. Le long métrage regorge de nombreuses scènes de courses poursuites et autres fusillades, parfois à la limite de l'absurde, mais on en a clairement pour son argent pour un film de cinéma. L'humour grivois y signe également un retour fracassant, avec une double lecture et des allusions osées bien plus explicites qu'en 2009.

En raison de sa consonance frénétique, Lupin III contre Détective Conan, le film est réellement un grand film pop-corn dont l'histoire n'est rien de plus qu'un grand prétexte à défouler ses spectateurs. En offrant son lot de scènes démesurées souvent surréalistes, le spectateur n'a rien d'autre à faire que de s'accrocher à son siège en attendant de découvrir la prochaine scène tout aussi exubérante que la précédente avec un bonheur non dissimulé. C'est d'ailleurs parfois si peu vraisemblable, à l'image de cette folle scène à moto impliquant Ai Haibara et Fujiko Mine, qu'on en applaudit le génie des animateurs à rendre ses scènes abracadabrantes follement palpitantes à regarder. Alors qu'on pourrait croire que tout cela dessert le film, la combinaison des dialogues et des musiques enfonce également le clou à tel point qu'on finit par se plonger totalement dans Lupin III contre Détective Conan, le film, assurément un grand défouloir animé !

Social eXpérience

25 août 2020 par Olikos