Lupin III contre Détective Conan : Quelques informations

Lupin III contre Détective Conan est un téléfilm crossover spécial réunissant les personnages issus du manga Lupin III (plus connu en France sous le nom d'Edgar de la cambriole) et ceux issus du manga Détective Conan. Il a été diffusé pour la première fois au Japon le 27 mars 2009. Il est actuellement inédit sur tous les territoires francophones.

N.B. : Si l'envie vous en prend d'alterner la lecture du manga avec les films, sans tenir compte de la série télévisée, j'ai établi une Chronologie Films / Mangas où je préconise de placer celui-ci entre les dossiers 2 et 3 du volume 65.

Résumé


UN EXTRAIT À DÉCOUVRIR SUR

Durant une partie de chasse la reine Sakura, souveraine du Royaume de Vespanie, est malencontreusement tuée. Tout laisse à penser qu'elle a reçue une balle accidentellement tirée par son propre fils, le Prince Gill. Dévasté par cet acte involontaire, ce dernier préfère se donner la mort, laissant la lourde charge du Royaume sur les épaules de sa jeune soeur, la Princesse Mira. Mais celle-ci refuse catégoriquement d'assumer cette fonction. Profitant d'un voyage diplomatique au Japon, elle prend la fuite sous les traits d'une inconnue rencontrée par hasard dans la rue et qui lui ressemble comme deux gouttes d'eau...

Analyse de l'oeuvre 4.5
4.55

L'année 2009 a été l'occasion de réunir pour la première fois à l'écran deux monstres sacrés du manga japonais : Lupin III, petit fils du célèbre gentleman cambrioleur français Arsène Lupin créé par Maurice Leblanc en 1905, et l'intrépide détective au corps rétréci, mais aux petites cellules grises restées intactes, Conan Edogawa. Plus connu en France sous l'appellation d'Edgar de la Cambriole, pour des questions de conflit juridique avec les ayants droits de Maurice Leblanc, Lupin III a déjà derrière lui une très longue carrière de cambrioleur audacieux. Le manga dans lequel il apparaît, créé par Kazuhiko Kato, est ainsi né en 1964, 27 ans avant l'avènement de Détective Conan créé par Gosho Aoyama ! Je ne connais malheureusement pas la raison exacte qui a poussé à l'union de ces deux univers, si ce n'est que le manga Détective Conan fêtait cette année-là son 15e anniversaire, mais cette explication me parait un peu légère. Toujours est-il que Lupin III contre Détective Conan s'avère être un mélange de genre extrêmement réussi entre les deux univers qui sont, a priori, si divergeant à la base.

Tout comme Lupin III avant lui, Détective Conan n'en est pas à son premier personnage invité. Cependant il était jusqu'ici cantonné aux divers univers imaginés par l'auteur. Gosho Aoyama s'est en effet très régulièrement amusé à intégrer dans le canon de Détective Conan des personnages issus de plusieurs de ses autres créations, comme Yaiba Kurogane et, plus particulièrement, le bien plus célèbre Kaito Kid qui s'inspire d'ailleurs lui-aussi de notre Arsène Lupin tricolore. Mais un cas comme dans l'autre, la rencontre télévisuelle de Lupin III et Détective Conan constitue une grande première pour les deux personnages rien que par l'ampleur que provoque une telle rencontre. Car il s'agit, ni plus, ni moins, que d'un long métrage télévisé hors norme de près de deux heures (1h44 pour être exact) qui entremêle avec bonheur les deux univers avec un sens aigu du détail. Aucun des deux univers n'est complètement trahi dans Lupin III contre Détective Conan.

Pour autant, le canon des deux oeuvres n'est pas totalement respecté. Lupin III a toujours proposé des histoires qui regorgent souvent d'un humour graveleux à destination des adultes accompagné d'un déluge d'action délirante. De son côté, Détective Conan a toujours été une oeuvre plutôt sérieuse, tout comme très bavarde, afin de mieux appréhender tous les éléments de chaque enquête. La rencontre des deux personnages a nécessité un rééquilibrage assez profond de chacun des univers. Dans le camp des fans de Lupin III, il n'est pas rare d'entendre que ce téléfilm est bien trop Détective Conan à leur goût, par exemple en trouvant l'humour fortement aseptisé, tandis que le camp des fans de Détective Conan prétendra exactement le contraire, en trouvant ainsi les gags un peu trop osés. En réalité, tout le monde a forcément raison, Lupin III contre Détective Conan n'est pas assez Lupin III, tout comme Lupin III contre Détective Conan n'est pas assez Détective Conan non plus. En soit, c'est assez logique, il fallait trouver le parfait équilibre, le point d'achoppement idéal afin de ne dénaturer ni l'un, ni l'autre, des deux mangas japonais. Personnellement, je trouve que le dosage est très finement équilibré, sans que l'on soit totalement perdu par les nombreux caméos que compte le téléfilm.

Pour le scénario, Lupin III contre Détective Conan puise son idée de base dans le célèbre roman publié par Mark Twain en 1882, Le prince et le pauvre, dans lequel deux enfants issus de milieux différents interchangent leurs rôles grâce à leur étonnante ressemblance. Mais ce que le Prince ignore, c'est qu'un éminent membre de son entourage complote à son insu et projette de le faire tuer afin de lui ravir la couronne. Lupin III contre Détective Conan reprend exactement la même base que l'histoire de Mark Twain, à l'applicant à Ran et une nouvelle venue, la Princesse Mira du Royaume européen imaginaire de Vespanie (dont le château est d'ailleurs inspiré de Sainte-Sophie), mais la distord de manière à la faire rentrer dans le moule de Lupin III et de Détective Conan. Du premier, l'histoire va y ajouter une couronne précieuse que le cambrioleur convoite. Du second, l'histoire va mettre en place le trépas incongrue de deux têtes couronnées.

Esthétiquement, les aventures animées de Lupin III et Détective Conan ont toujours eu un style graphique très différencié. Au premier abord, la combinaison visuelle entre ces deux semble tellement marquée qu'on reconnaît très facilement le style de l'un et de l'autre. La première moitié du film alterne ainsi constamment entre l'un et l'autre style, avant que les deux finissement par s'amalgamer. Il faut d'ailleurs attendre une heure précisément pour que l'illusion graphique devienne totale. Toute l'ingéniosité et le savoir faire des animateurs réside d'ailleurs dans cette longue heure introductive. Lupin III contre Détective Conan prend en effet bien le temps de commencer par séparer les deux univers graphique, de les distinguer suffisamment pour chaque fan de l'un ou l'autre des personnages puisse y retrouver ses marques. Puis, petit à petit, l'incursion des uns dans l'univers des autres se fait de plus en plus régulière. Au bout d'un heure, conquis par tant de talent déployé par les artistes, on ne remarque alors plus la transition finale vers le troisième style graphique du film, celui qui lui est totalement propre, et qui propose, sans le moindre accroc et de manière remarquable, un amalgame graphique jubilatoire des deux univers. Dès lors, tous les personnages issus d'univers différents gravitent désormais avec bonheur dans un univers visuel commun jusqu'au dénouement du film. Un constat que l'on fait d'ailleurs également pour la bande originale, qui pioche ses grands airs des deux adaptations animées en y ajoutant des compositions originales.

Certains vont sans nul doute regretter, parce que le titre Lupin III contre Détective Conan annonce une confrontation entre eux, que celle-ci n'a finalement pas lieu. En même temps, comment cela aurait pu être possible ? D'abord, si l'affrontement avait eu lieu, c'est inévitablement l'univers de Détective Conan qui, par sa logique narrative implacable, aurait forcément pris le pas sur l'univers de Lupin III puisque le jeune détective s'échine toujours à démasquer et révéler publiquement l'identité du coupable. Ensuite, si Conan avait réellement été obligé d'affronter Lupin, nous aurions assisté à un remake de ses nombreuses confrontations avec Kaito Kid. Cela aurait clairement senti le réchauffé. Enfin, aurait-il été concevable que le brillant cambrioleur Lupin puisse aussi lamentablement échouer face à Conan, même si c'est la première fois qu'il le rencontre ? Tout au contraire, en ajoutant un antagoniste inédit à l'intrigue, les deux ennemis naturels se retrouvent temporairement obligés de faire front commun afin de réussir à le confronter. C'est une démarche narrative tout à fait logique que beaucoup d'autres crossovers ont employé, à l'image de l'intrigue du jeu vidéo Professeur Layton vs. Phoenix Wright : Ace Attorney qui procédait exactement de la même manière en 2012, y compris en terme d'amalgame esthétique.

Lupin III contre Détective Conan s'avère au final une excellente surprise animée. La transposition des deux univers et la rencontre des deux franchises historiques s'avèrent tout bonnement géniale. L'intrigue est habile car elle mélange très bien l'identité propre aux deux univers, le rapport de force entre Détective Conan et Lupin III est parfaitement dosé, tous les personnages emblématiques des deux univers font une apparition spéciale remarquée (J'émettrais juste une réserve au comportement emporté de Tagaki qui est d'ordinaire bien moins caractériel), et les nouveaux protagonistes se fondent sans problème dans le moule du téléfilm comme s'ils avaient toujours été présents. Bref, même si le scénario du téléfilm n'a rien de folichon, la rencontre historique sur le petit écran de Conan et de Lupin troisième du nom fait résolument quasiment un sans faute sur toute la ligne. Les fans et le public l'ont d'ailleurs tellement plébiscité que cela a poussé les producteurs à renouveler l'expérience en concevant rien de moins qu'une suite, qui plus est, projetée directement sur grand écran quatre ans plus tard !

Social eXpérience

21 août 2020 par Olikos