Coco : Quelques informations

Coco sort le 22 novembre 2017 au Québec et le 29 novembre 2017 en France. Le long métrage dispose de deux doublages francophones.

Résumé


UN EXTRAIT À DÉCOUVRIR SUR

Depuis déjà plusieurs générations, la musique est bannie dans la famille de Miguel. Un vrai déchirement pour le jeune garçon dont le rêve ultime est de devenir un musicien aussi accompli que son idole, Ernesto de la Cruz. Bien décidé à prouver son talent, Miguel, par un étrange concours de circonstances, se retrouve propulsé dans un endroit aussi étonnant que coloré : le Pays des Morts. Là, il se lie d'amitié avec Hector, un gentil garçon mais un peu bizarre. Ensemble, ils vont accomplir un voyage extraordinaire qui leur révèlera la véritable histoire qui se cache derrière celle de la famille de Miguel...

Analyse de l'oeuvre 5
55

Comme d'ordinaire, je ne savais pas du tout à quoi m'attendre avec Coco. Que pouvait donc apporter Pixar de plus par rapport à ce que proposait déjà La légende de Manolo, Les noces funèbres, voire L'étrange Noël de Monsieur Jack ? Pas grand-chose au final, l'intrigue est prévisible, le retournement de situation est prévisible, même le grand final est prévisible. Pour autant, Pixar s'éloigne tellement du standard habituel de ses oeuvres, dans un festival d'intenses émotions, racontant même cette histoire formidable de la meilleure des façons qui soient, que j'ai été totalement envoûté par Coco. Ce long métrage vous prend littéralement aux tripes dès l'instant où vous vous laissez happer par sa déferlante de sensations ! Coco est ainsi un long métrage festif qui envoûte inévitablement ses spectateurs pour peu que vous soyez sensible à son propos. Un sentiment que je n'avais plus connu dans aucun film des studios Pixar depuis Monstres & Cie il y a déjà seize ans. Pourquoi ? Parce que Coco raconte une histoire d'amour, non, plusieurs histoires d'amour, dans toutes leurs formes, entre tout type de personne. L'amour simple mais inconditionnel d'une grande famille !

Après plusieurs années de vache maigre de la part de Pixar, on se rappellera par exemple Le voyage d'Arlo, Monstres Academy ou le récent Cars 3, Coco revient aux bases d'une intrigue originale pleine d'émotions, en les répartissant de façon nettement plus homogène que dans Vice-Versa il y a trois ans. Ce dernier était un film excessivement confus, qui partait véritablement dans tous les sens, avant de se décider à s'intensifier à la toute fin du récit. Ce n'est pas du tout le cas de Coco qui est une oeuvre superbement équilibrée en terme d'émotion. Quiconque ayant vécu la situation d'être bridé dans sa passion pour une raison inconnue, voire saugrenue, connaît forcément ce même sentiment de frustration que Miguel Rivera. Du coup, on s'attache immédiatement à lui tout en comprenant ses tourments vis-à-vis de sa famille. Par extension, on soutient même son action de partir à la conquête de son passé et retrouver le seul membre de sa famille qui pourra approuver son choix de vie. Pour y parvenir, Pixar inverse le rapport humain / fantastique qui existait notamment dans Monstres & Cie en 2002. Là où la ravissante Bouh n'était finalement que le déclencheur d'évènements en cascade à Monstropolis, sans avoir une part réellement active dans le récit, Miguel va au contraire bousculer les profondes convictions de sa famille, alors qu'il se trouve piégé dans un autre monde. Quitte pour lui à devoir ramener la vérité et le bonheur auprès des siens.

Coco est sans nul doute possible la première véritable aventure musicale de toute la filmographie Pixar. Certes, il y avait bien eu la saga Cars, qui multipliait le nombre de tubes sans aucun rapport avec le film et, bien sûr, le très bon Rebelle, même si Brenda Chapman avait été fortement bridée dans son approche du scénario, réduisant d'autant le nombre de ses chansons. Pour Coco, toute l'intrigue du film repose exclusivement sur la musique, sur le besoin de Miguel de s'exprimer à travers elle, le besoin de son arrière-arrière-grand-mère de ne plus en entendre parler, le besoin de reconnaissance musicale d'un homme rencontré par hasard, le besoin d'une famille de se réconcilier autour d'un tabou. Coco enchaîne continuellement des chansons de façon fluide, sans jamais saturer les oreilles des spectateurs.Le long métrage fait d'ailleurs bien mieux que Vaiana, la légende du bout du monde dont certaines chansons semblaient n'avoir été placée là que parce qu'il fallait que ça chante. On ne ressent ici jamais que les chansons ont été incluses comme des éléments de promotions faciles pour la radio et les chaînes musicales. Les chansons font intégralement parties du récit, elles servent l'intrigue, la font avancer et accompagnent même chacun des pas de Miguel. Pour accompagner, Michael Giacchino livre également une bande originale vraiment soignée, favorisant le style acoustique, dont l'intégralité des sonorités latines sont une bouffée d'air frais dans un monde dominé par la culture anglo-américaine.

Concernant son aspect visuel, Coco offre une multitude de " visages " tout au long de la projection. Pixar étant déjà passé maître dans l'animation d'être inorganiques, on n'est pas réellement surpris de découvrir des centaines de milliers de personnages, plus bizarres les uns que les autres, prendre soudain vie à l'écran et se révéler immédiatement crédibles. On compte de multiples environnements visuels, tous différents, qui vont de la simple maison familiale au gigantisme d'une ville multicolore. Coco retranscrit également avec brio l'ambiance mexicaine, ainsi que ses plus grands mythes dont, bien évidemment, la célèbre fête des morts qui a lieu chaque année dans les jours qui précèdent et suivent la Toussaint. Sur les traces de Miguel, on parcours ainsi l'ensemble de ces paysages non sans un certain ravissement, puisque Pixar invite systématiquement le spectateur à contempler les impressionnants décors que compte le long métrage.

Je dois reconnaître que Coco m'a particulièrement enthousiasmé. Pas un seul instant je ne me suis ennuyé ni des personnages, ni du récit, ni de la formidable bande originale. Tout prévisible qu'il puisse être, c'est d'ailleurs ce qui lui coûte la place du parfait dauphin au génialissime Monstres & Cie, Coco se laisse apprécier à sa juste mesure par ses dialogues savoureux, la richesse visuelle de son univers coloré et sa déferlante de sentiments tout aussi touchants les uns que les autres. Coco se laisse donc savourer sans contrepartie et sans aucune retenue !

Social eXpérience

Récentes parutions

Consulter la fiche

Edition 3D - 06 avril 2018

Consulter la fiche

Edition de collection par excellence – 27 février 2018

Consulter la fiche

Edition Simple - 27 février 2018

19 décembre 2017 par Olikos

Voxographie sélective

Doublage québécois d'origine (2017)

Miguel Rivera : Adam Moussamih  1 (Dialogues)

Miguel Rivera : William Coallier  1 (Chant)

Héctor : Adrien Bletton  1

Ernesto de la Cruz : Benoît Brière  1

Máma Imelda : Élise Bertrand  1

Abuelita : France Castel  1

Máma Coco : Béatrice Picard  1

Coco (enfant) : Alice Déry  1

Chicharrón : Guy Nadon  1

Papá : Martin Desgagné  1

Papá Julio : Hubert Fielden  1

Tíos Oscar et Felipe : Thiéry Dubé  1

Clerk : François Caffiaux  1

Plaza Mariachi : Manuel Tadros  1

Gustavo : Renaud Paradis  1

Frida Kahlo : Emmanuelle Rivière  1

Tía Rosita : Fanny Rainville  1

Mamá : Geneviève Bastien  1

Agent de la zone des départs : Marie-Ève Bertrand  1

Tía Victoria : Viviane Pacal  1

Tío Berto : Stéphane Rivard  1

Don Hidalgo : Stéphane Rivard  1

Maîtresse de cérémonie : Aline Pinsonneault  1

Agent de sécurité : Pierre-Étienne Rouillard  1

Surveillant pénitentiaire : Pierre-Étienne Rouillard  1

Agent de la zone des arrivées : Marc-André Brunet  1

Juan Ortodoncia : Christian Perrault  1

Doublage français d'origine (2017)

Miguel Rivera : Andrea Santamaria  2

Hector : Ary Abittan  2 (Dialogues)

Hector : Damien Ferrette 2 (Chant)

Ernesto de la Cruz : Bernard Gabay  2 (Dialogues)

Ernesto de la Cruz : Michel Lerousseau  2 (Chant)

Mama Imelda : Brigitte Virtudes  2

Abuelita : Cathy Cerdà  2

Mama Coco : Evelyne Grandjean  2

Coco : Anouck Petitgirard  2

Chicharrón : Patrick Raynal  2

Papá : Franck Capillery  2

Papá Julio : Mario Pecqueur  2

Tios Oscar et Felipe : François Raison  2

Notaire : Thierry Wermuth  2

Plaza Mariachi : François-Xavier Demaison  2

Gustavo : Gérard Surugue  2

Frida Kahlo : Emmanuelle Rivière  2

Tia Rosita : Juliette Poissonnier  2

Mama : Barbara Tissier  2

Agent de la zone des départs : Pamela Ravassard  2

Tia Victoria : Anne Rondeleux  2

Tio Berto: Frédéric Souterelle  2

Agent de sécurité : Frédéric Souterelle  2

Don Hidalgo : Jacques Faugeron  2

Maîtresse de cérémonie : Marion Posta  2

Surveillant pénitentiaire : Pierre Margot  2

Agent de la zone des arrivées : Pierre Margot  2

Juan Ortodoncia : Patrick Delage  2

Agent du département du regroupement familial : Caroline Pascal  2

Musicienne : Caroline Pascal  2