Mulan 2 - La mission de l'empereur / Mulan II : Quelques informations

Mulan 2 - La mission de l'empereur sort directement en vidéo en primeur en France le 05 novembre 2004. Le film ne sort ensuite aux Etats-Unis et au Québec que le 1er février 2005 sous le titre de Mulan II. Le long métrage dispose de deux doublages francophones.

Résumé


UN EXTRAIT À DÉCOUVRIR SUR

Alors que Mulan et Shang préparent activement leur mariage, l'empereur de Chine les convoque et leur confie une mission de la plus haute importance. Il s'agit d'escorter trois princesses venant de provinces lointaines et de les amener jusqu'à leurs fiancés qui vivent à l'autre bout du pays. Ces mariages sont d'autant plus importants qu'ils doivent sceller une alliance entre d'anciens ennemis jurés, protégeant ainsi la Chine d'une nouvelle invasion mongole.

Analyse de l'oeuvre 4
45

Cela fait déjà 16 ans que Disney s'est penché une seconde fois, avant la troisième en 2020, sur le cas de l'héroïne chinoise la plus connue à travers le monde afin d'imaginer une suite à son audacieuse escapade, grimée en homme, pour sauver l'honneur de son père et la Chine au passage. A l'époque, si l'on met de côté Le roi lion II - L'honneur de la tribu qui avait été très favorablement accueilli, Mulan 2 - La mission de l'empereur a souvent été qualifié de première vraie bonne suite Disney spécialement conçue pour le marché vidéo. On a surtout salué l'originalité de son scénario car, si l'on s'intéresse de près à toutes les productions de DisneyToon Studios, on remarque assez aisément que la plupart des suites jugées qualitatives reposent en réalité sur exactement le même scénario que les films originaux, à quelques petites variations près. Ariel rêvait de la terre, Mélodie rêvait de l'océan. Lady échouait dans le milieu hostile de la rue espérant retourner chez elle, Scamp se lamentait de sa vie bourgeoise et espérait vivre à la dure. Dingo voulait vivre près de Max, Max vivre loin de lui et, dans la suite, c'est exactement le même propos qui est tenu. C'est assez ironique comme situation car, en mettant de côté leurs aspects techniques exécrables, Le retour de Jafar et Aladdin et le roi des voleurs avaient ouvert la voie à des suites dont les intrigues n'avaient aucun rapport avec le film d'origine. Et après la prise de conscience générale des ratages tels que Le bossu de Notre-Dame 2 - Le secret de Quasimodo, Mulan 2 - La mission de l'empereur a fait l'effet d'une bouffée d'air frais. Le film a également ouvert la voie à une dernière vague de suites relativement potables, toutes proportions gardées, jusqu'à ce que John Lasseter y mette son veto.

En 1998, malgré le redoutable concurrent très féroce nommé Le Prince d'Égypte, Mulan avait été très largement salué par la critique. Rentrée au bercail annoncer la bonne nouvelle à son père, son aventure prend fin avec la naissance d'une idylle amoureuse qui, contrairement à la tradition animée Disney, ne se conclut pas à l'écran. C'était une belle conclusion, sans fioriture qui n'appelle pas vraiment de suite et, dans le cas où il y en aurait eu une, il aurait été très difficile de reprendre exactement la trame originale.  Quel était donc le seul élément narratif par lequel DisneyToon Studios pouvait s'engouffrer ? Le mariage, forcément. Si cela rappelle fortement la même grande idée proposée par Aladdin et le roi des voleurs où Aladdin et Jasmine doivent normalement se marier au début du film, Mulan 2 - La mission de l'empereur choisit de parler de l'avant mariage entre Mulan et Shang. En réalité, les deux ne se connaissent pas vraiment. Même si ce long métrage recours à l'ellipse pour s'inscrire dans la continuité du premier, il ne fait aucun doute qu'aucune relation intime n'a réellement eu lieu hors champ entre les deux films. De fait, hormis leur relation de camarades militaires, Mulan et Shang se cherchent encore. Leur relation est ici très fragile, une simple pichenette peut tout détruire. Là où DisneyToon Studios est cette fois-ci très habile, c'est que cette petite pichenette, il l'a personnifie à travers l'excellent Mushu.

Dans le premier film, Mushu était le traditionnel acolyte humoristique Disney, celui sur lequel repose la majorité des gags du film. Toutefois, surpassant - et de très loin - un certain Timon, Mushu a toujours été un véritable hypocrite entièrement recentré sur lui-même. S'il accompagne Mulan, ce n'est certainement pas pour l'aider à garder son identité secrète, mais bien pour retrouver son piédestal et bomber le torse devant tous les ancêtres de la famille Fa. Tout le monde est devenu complètement dingue de Mushu, à tel point d'ailleurs que le personnage faisait l'objet d'une attraction Disney, The Art of Animation, où il interagissait avec un animateur pour le plaisir des spectateurs. L'originalité de Mulan 2 - La mission de l'empereur repose justement sur lui puisqu'il est réellement le personnage principal du film, Mulan et Shang subissant ces coups en traître car il réalise, un peu tardivement, que si ces deux là se marient, il va perdre définitivement son rôle de gardien de Mulan. Une fois encore, nombriliste comme il est, il va tout faire pour les séparer. Et le bougre n'y réussit que trop bien ! Plus que Mulan, c'est surtout le pauvre Shang qui va subir son courroux. A ce propos d'ailleurs, beaucoup ont regretté l'extrême infantilisation de Shang dans ce film. Personnellement, cela ne m'a jamais vraiment choqué. D'une part parce que Shang était une figure secondaire dans le premier film, avec un caractère relativement effacé dans le récit. On ne le connaissait donc que très peu. D'autre part, parce que le studio réussit à rendre assez cocasses les tentatives désespérées de Mushu de détruire leur idylle. Et tant pis si Shang se transforme en personnage de cartoon.

Il ne faut pas oublier que le carnet de commande des productions de DisneyToon Studios a toujours concerné le très jeune public, non les fans, ni les adultes. Et c'est là où le bas blesse dans Mulan 2 - La mission de l'empereur. Si ce triangle humoristique aurait très largement pu suffire à lui tout seul, il fallait bien broder autour une intrigue secondaire qui tienne la route et servent d'excuse à un long métrage. Dès lors apparaissent les trois filles de l'empereur et la mission de les unir avec un pays voisin pour faire cesser les conflits. Dès la première ligne de dialogue, on comprend assez aisément que rien ne va se passer comme prévu. Surtout, vu leur nombre, qu'il y a forcément un rapport Yao, Ling et Chien-Po dont les jeunes filles semblent incontestablement être leurs facettes complémentaires, jusqu'au code couleur vestimentaire ! Malgré leur écriture capilotractée et leurs relations amoureuses extrêmement puériles, Mulan 2 - La mission de l'empereur réussit quand même à proposer une légère lecture de second niveau autour des tourments du coeur et la place d'une femme dans une société masculine, avec plus de quinze ans d'avance sur le phénomène féministe contemporain. Dans une certaine mesure, ce long métrage véhicule, à peu de choses près, les mêmes propos que le précédent et offre un prolongement naturel. A cela s'ajoute la dernière partie du récit, qui a le mérite d'ajouter un peu de dramaturgie et recentre l'intrigue autour de Mulan.

Visuellement, Mulan 2 - La mission de l'empereur reste plutôt joli, mais sans plus. Le gouffre qualitatif avec Mulan est nettement visible, sans compter les couleurs plus flashy, mais cette suite s'en sort plutôt honorablement. L'ensemble s'avère très soigné, dans le haut du panier des productions DisneyToon Studios. Parmi les très bonnes surprises, il est d'ailleurs intéressant de voir à quel point Mushu a eu un énorme traitement de faveur. C'est bien simple, on jurerait que Tom Bancroft, superviseur de l'animation du personnage dans le premier film, a contribué à ce second opus, alors que ce n'est pas du tout le cas. C'est assez bluffant et rend d'autant plus attachant cet insupportable personnage ! Pour le reste, Mulan 2 - La mission de l'empereur conserve le même style visuel proposé par le premier film. Il combine des personnages animés de manière traditionnelle placés devant des paysages dont le rendu se situe quelque part entre aquarelle chinoise et estampe. Sur le plan auditif, le long métrage s'en sort là encore relativement bien. Que ce soit dans les emprunts, nombreux, à la bande originale de Jerry Goldsmith, ce qui est assez logique quand on sait que Joel McNeely a souvent travaillé avec le premier, ou bien dans les diverses chansons qui restent longtemps en tête, malgré leur style fortement "teenager", particulièrement "(I Wanna Be) Like Other Girls" qui pue le placement commercial à plein nez, Mulan 2 - La mission de l'empereur propose un ensemble musical vraiment très correct. A cela s'ajoute la très bonne qualité des dialogues, quelle que soit la version, originale comme francophones, écoutée.

Sans en faire un coup de coeur, Mulan 2 - La mission de l'empereur reste à mes yeux l'une des suites parmi les plus honorables produites par DisneyToon Studios. Le studio était d'ailleurs tellement confiant sur la qualité de ce titre qu'il était à l'origine question de produire en parallèle cet opus et un Mulan 3 qui n'a, finalement, jamais vu le jour sans que l'on ne connaisse les véritables raisons de son annulation quelques mois seulement avant la sortie en vidéo de ce film. Toujours est-il que ce long métrage respecte globalement l'âme des personnages du premier film (hormis Shang), contrairement à d'autres suites Disney, s'avère amusant grâce aux tribulations de Mushu et, finalement, agréable à regarder. Ce qui n'est pas si mal en fin de compte !

Social eXpérience

Vidéo à la demande


Disney+ 12 novembre 2019
Plus de détails
Le voir sur Disney+
Disponibilité selon restriction territoriale

Récentes parutions


Edition Spéciale 3 Disques - 12 mars 2013
Plus de détails
Acheter (Neuf ou Occasion)


DVD Simple - 13 novembre 2018
Plus de détails
Acheter (Neuf ou Occasion)


Edition Spéciale 2 Disques - 12 mars 2013
Plus de détails
Acheter (Neuf ou Occasion)

07 mars 2021 par Olikos

Voxographie sélective

Doublage québécois d'origine (2005)

Mulan : Kim Jalabert 1

Shang : Daniel Picard 1

Mushu : François Godin 1

Yao : Bernard Fortin 1

Chien-Po : Michel Charette 1

Ling : Joël Legendre 1

Grand-Mère Fa : Louise Turcot 1

Mei : Karine Vanasse 1

L'Empereur : Aubert Pallascio 1

Fa Zhou : Jean Brousseau 1

Ting-Ting : Bianca Gervais 1

Fa Li : Hélène Mondoux 1

Premier Ancêtre : Yves Corbeil 1

Sue : Catherine Brunet 1

Doublage français d'origine (2004)

Mulan : Valérie Karsenti 2

Shang : Renaud Marx 2

Mushu : José Garcia 2

Chen-Po : Thierry Ragueneau 2

Ling : Pierre-François Pistorio 2

Yao : Christian Pélissier 2 (Dialogues)

Yao : Michel Vigné 2 (Chant)

Mei : Véronique Desmadryl 2

Ting Ting : Véronique Alycia 2

Su : Marie Millet Giraudon 2

L'empereur : Bernard Dheran 2

Premier ancêtre : Igor De Savitch 2

Grand-mère Fa : Lily Baron 2

Fa Li : Rosine Cadoret 2

Fa Zhou : Michel Ruhl 2

Seigneur Chin : Jacques Frantz 2

Fils de Chin : Emmanuel Garijo 2

Sha-Ron : Camille Donda 2

La Marieuse : Perrette Pradier 2

Conseiller de Chin : Patrice Dozier 2