Lilo & Stitch, la série : Quelques informations

Lilo & Stitch, la série est une co-production américano-japonaise originale de 65 épisodes, répartis en deux saisons, et proposée originellement comme programme exclusif à Disney Channel à partir de 2003. Elle est précédée du vidéofilm d'introduction, Stitch ! - Le film, commercialisé directement en vidéo, et trouve ensuite sa conclusion définitive dans le second vidéofilm Leroy Lilo & Stitch. A ce jour, hormis sa récente disponibilité sur Disney+, il s'agit de l'unique série télévisée Disney ayant bénéficié d'une sortie quasi-intégrale en DVD en France (il ne manquait dans le coffret qu'un seul épisode).

Résumé


UN EXTRAIT À DÉCOUVRIR SUR

Les 624 autres expériences de Jumba Jookiba ont atterri à Hawaï sous la forme de billes déshydratées. Malheureusement, au contact de l'eau, elles deviennent actives, incontrolables et, tout comme Stitch, chacune d'entre elles a une prédisposition naturelle pour la seule destruction. Alors qu'elles sont toutes convoitées par le docteur Jacques von Hämsterviel qui ambitionne de conquérir l'univers avec elles, Lilo et Stitch vont tout faire pour les récupérer avant lui et les intégrer à la société...

Analyse de l'oeuvre 3
35

En un temps record, Stitch a littéralement conquis la planète, éclipsant d'ailleurs au passage totalement sa partenaire à l'écran Lilo alors qu'ils formaient pourtant un génial duo qui décoiffait dans le long métrage. Même lorsqu'il est décidé de concevoir une suite télévisée, c'est le seul nom de Stitch qui est mis en valeur pour l'épisode d'introduction commercialisé en vidéo, c'est dire à quel point il était devenu une star ! Pour autant, c'est bel et bien le duo inséparable qui signe son retour à égalité pour la série télévisée dérivée. Encore heureux, tant les deux personnages sont quasiment, à eux seuls, le principal moteur de l'intrigue des 65 épisodes que compte Lilo & Stitch, la série. Il faut dire que c'est aussi grâce à eux que l'on parvient à tenir devant l'intégralité des épisodes car, dans les grandes lignes, la série télévisée ne prend qu'assez peu de risques par rapport à Stitch ! - Le film dont elle reprend exactement la même formule, en version condensée de 20 minutes. Le principe ? Une des 625 expériences de Jumba (628 pour être exact !) s'échappe dans la nature, Gantu se met à la traquer sous l'ordre du Docteur Hämsterviel, Stitch effectue plusieurs tentatives pour l'attraper puis, enfin, Lilo tente de l'amadouer et lui trouver une place dans la société. A quelques rares exceptions près, la formule ne va pas varier durant l'intégralité de la série.

Comme Stitch ! - Le film le faisait déjà, la série télévisée n'apporte finalement que très peu de nouveaux personnages. Elle préfère, au contraire, exploiter pleinement tous ceux déjà aperçus dans le long métrage cinéma, en leur offrant un peu plus de consistance mais sans jamais tomber dans la caricature gratuite. Les rares vrais nouveaux personnages exclusivement conçus pour la série télévisée, et qui reviennent régulièrement, se comptent ainsi sur les doigts d'une main. Et dans le lot, on n'en retient que trois. D'abord, Keoni, un jeune skateur adolescent, va entrer dans la vie de Lilo et l'entraîner dans un amour platonique à sens unique. Ensuite, Nani va devenir employé d'un étonnant hôtelier. Enfin, Lilo se trouvera une jeune nouvelle amie, Victoria, assez mal exploitée par les différents scénaristes ce qui crée d'étranges incohérences, qui jouera l'heureux contrepoint de l'arrogante Mertle. Pour le reste, ce sont des visages purement familiers qui vont assurer le show : de David à Nani, en passant par Pikly, Jumba, Cobra Bubbles, Gantu sans oublier bien évidemment les deux nouveaux arrivants apparus dans le vidéofilm d'introduction, à savoir le Docteur Hämsterviel et l'expérience 625. On s'amuse d'ailleurs tellement devant leurs pitreries, surtout celles de Pikly, qu'on en oublie la redondance des intrigues.

Malheureusement Lilo & Stitch, la série prouve, au fur et à mesure de sa progression, qu'elle tourne vraiment en rond et ne fait que trop rarement preuve d'audace. Dans les faits, la formule fait assez bien illusion au début rendant la saison 1 globalement plutôt sympathique. Mais la formule se gâte au fur et à mesure, particulièrement durant la saison 2 où la répétitivité devient vite étouffante et dont les scénarios sont en mode cyclique. Il faut dire que, contrairement au mastodonte du secteur de l'époque qu'était Pokémon que Disney a voulu copier sans honte, les intrigues ne se renouvellent pratiquement jamais dans Lilo & Stitch, la série. Lorsque la série télévisée Pokémon est née en 1997, elle était le parfait reflet de son époque. En ce sens, les intrigues étaient quasiment toujours déconnectées d'un épisode à l'autre, permettant à n'importe quel spectateur de suivre la série sans forcément regarder les épisodes dans l'ordre. Cependant, pour les fans, un fil rouge reliait quand même l'ensemble, en l'occurrence la quête de Sacha de réunir des badges afin de défier la ligue. Lilo & Stitch, la série suit exactement le même modèle d'épisodes déconnectés, mais oublie totalement d'y ajouter le moindre fil conducteur, hormis réunir les expériences, ce qui est un peu léger. De fait, que l'on soit à l'épisode 1, 20, 30 ou 50, l'intrigue générale n'a pas du tout avancée d'un pouce. Lilo & Stitch, la série fait purement du surplace, chaque nouvel épisode réinitialisant ce qui c'était passé auparavant comme dans Les Simpson.

À moins d'être un fan inconditionnel des personnages, que l'on continue d'adorer malgré tout, on n'arrive absolument jamais à se défaire de cette image de série enfantine sans ambition aucune. Il y a bien, de-ci, de-là, quelque épisodes étonnamment qualitatifs, mais ils sont bien trop peu nombreux pour rendre l'intégralité de la série mémorable. Pire, le succès phénoménal de Stitch à travers le monde d'un côté et l'absence totale d'évolution qualitative de la série dans le temps mettent en évidence que les scénaristes tirent intégralement profit de l'aura du personnage, sans jamais chercher à apporter quoi que ce soit de vraiment consistant à l'ensemble. Un sentiment qui ne fait que s'exacerber lorsque Lilo & Stitch, la série se voit adjoindre pas moins de quatre crossovers, absolument hors contextes, imbuvables et inutiles, avec d'autres séries Disney Channel, comme si Lilo & Stitch, la série faisait tellement de l'ombre à tous les autres programmes de la chaîne que Disney s'est senti obligé de les mettre en lumière et les faire connaître du plus grand nombre via la série emblématique de Stitch.

Lorsque Lilo & Stitch, la série amorce sa dernière ligne droite, clairement, la formule est complètement au bout du rouleau. Seul le fan pur et dur, vraiment attaché aux personnages, peut réellement se vanter d'apprécier la série dans son ensemble. Il est vrai que c'est sans nul doute possible l'élément crucial qui fait toute la différence entre ceux qui adorent et ceux qui détestent. Même si Lilo & Stitch, la série est une série vraiment sans imagination et qui tourne en rond, jamais une seule fois elle ne peut être prise en défaut pour ses personnages. Ils sont toujours aussi attachants, drôles, émouvants, exaspérants aussi, ils ont tous conservés leurs tempéraments respectifs. Disney Television Animation a totalement respecté leurs essences respectives. De plus, Lilo & Stitch, la série est techniquement très convenable à regarder, qualitativement parlant comme au niveau des dialogues, des musiques ou des bruitages. On se situe juste un cran en dessous de Stitch ! - Le film, déjà plutôt bon auparavant, et qui précédait la série télévisée. Du coup, sauf pour les aficionados, Lilo & Stitch, la série est, avant tout, juste un énorme plaisir coupable : on l'apprécie d'une certaine manière même si on prétendra toujours en penser le contraire au vu de son manque flagrant d'ambition.

Social eXpérience

Vidéo à la demande


Disney+ 12 novembre 2019
Plus de détails
Le voir sur Disney+
Disponibilité selon restriction territoriale

Récentes parutions


Coffret Intégrale - 26 octobre 2011
Plus de détails

29 mai 2020 par Olikos

Voxographie sélective

Version française d'origine (2003)

Lilo : Camille Donda 1

Stitch : Emmanuel Garijo 1

David Kawena : Emmanuel Garijo 1

625 : Emmanuel Garijo 1

Arthur 'Ted' P. Spudinski : Emmanuel Garijo 1

Nani : Virginie Méry 1

Dr Jumba Jookiba : Vincent Grass 1

Pikly : Eric Metayer 1

Prisly Beakey : Eric Metayer 1

Beatnik Zen : Eric Metayer 1

Pikly : Emmanuel Curtil 1 (Voix de remplacement s2e15, s2e16, s2e18, s2e21)

Capitaine Gantu : Saïd Amadis 1

Dr Jacques von Hämsterviel : Mark Lesser 1

Mertle Edmonds : Manon Azem 1 (Saison 1)

Mertle Edmonds : Lutèce Ragueneau 1 (Saison 2)

Victoria Vodriguèz : Héloïse Sintes 1

Victoria : Lutèce Ragueneau 1

Yucki : Héloïse Sintes 1

Theresea : Myriam Berramdane 1

Elenea : Camille Timmerman 1

Keoni Jameson : Pascal Grull 1 (Saison 1)

Keoni Jameson : Donald Reignoux 1 (Saison 2)

Robin Trépide : Donald Reignoux 1

Théodore Jasper 'TJ' Detweiler : Donald Reignoux 1

Cobra Bubbles : Bruno Dubernat 1

Madame Hasagawa : Véronique Augereau 1

Madame Edmonds : Véronique Augereau 1

Moïse : Serge Faliu 1

Oscar Proud : Serge Faliu 1

Kato Stewart : Yann Pichon 1

Officier Kaihiko : Jérôme Keen 1

Le Ménestrel : Olivier Constantin 1

Cherry Tanner : Sybille Tureau 1

Lana : Stéphane Marais 1

Slick : Marc Pérez 1

Monsieur Kaponi : Jean-François Kopf 1

Kim Possible : Noémie Orphelin 1

Rufus et Dr. Drakken : Michel Elias 1

Wallace : Kelyan Blanc 1

Mickey Blumberg : Kelyan Blanc 1

Shigo : Sophie Riffont 1

Penny Proud : Karine Foviau 1

Trudy Proud : Zaïra Benbadis 1

Mamita Proud : Danièle Hazan 1

Cheftaine Fusions Girls : Marie-Charlotte Leclaire 1

Fusion Girl 1 : Chantal Macé 1

Fusion Girl 2 : Caroline Combes 1

Gretchen Grundler : Charlyne Pestel 1

Jack Sourire : Xavier Fagnon 1

Lana : Lydia Cherton 1

Rigolo : Jérôme Pauwels 1

Ashley Spinelli : Dorothée Pousseo 1

Trixie Carter : Dorothée Pousseo 1

Miss Muriel Finster : Marie Martine 1

Jacob Luke Long : Alexis Tomassian 1

Luong Lao Shi : Jean-Claude Donda 1

Fu Dog : José Luccioni 1

Voix additionnnelles : Laurence Jeanneret 1 , Jérémy Prévost 1 , Laure Sabardin 1 , Emmanuel Garijo 1