L.O.R.D II - Legend of Ravaging Dynasties 2 : Quelques informations

L.O.R.D II - Legend of Ravaging Dynasties 2 est le second long métrage d'animation entièrement tourné en capture de mouvement en Chine, il fait directement suite au premier paru en 2016. Initialement annoncé pour le 06 juillet 2018, la sortie en salle du film a finalement été annulée quelques jours avant son avant-première, officiellement pour des problèmes de productions. Le film est finalement diffusé pour la toute première fois en mandarin sur Tencent Video, la plateforme de vidéo à la demande chinoise, le 04 décembre 2020 et simultanément en Russie, entièrement doublé en russe. Contrairement au premier film, disponible en France, ce second opus est actuellement inédit sur tous les territoires francophones.

Résumé


UN EXTRAIT À DÉCOUVRIR SUR

Dans une époque lointaine, Chiling désespère de retrouver son ancien maître, le Lord de niveau VII Silver. Celui-ci semble s'être mystérieusement évaporé en compagnie du Lord de niveau VI, Lotus. Tous deux sont devenus des pariats pour avoir reniés les traditions ancestrales du Royaume d'Ashlan et sont traqués impitoyablement par tous les autres Lords. Mais il y a une raison à leur défection : ils tentent par tous les moyens de libérer Gilgamesh de sa prison afin que celui-ci mette un terme à une guerre qui risque de condamner définitivement le Royaume d'Ashlan. Quand Chiling croise à nouveau la route de Silver, il décide alors d'oublier ce qui s'est passé entre eux et choisit à nouveau de lutter à ses côtés...

Analyse de l'oeuvre 4.5
4.55

Une chose est certaine, L.O.R.D. II - Legend of Ravaging Dynasties 2 s'est considérablement fait attendre. Alors que sa sortie en salle était annoncée pour le 06 juillet 2018 en Chine, le long métrage a été décalé de manière indéterminée à peine dix jours plus tôt, le 27 juin 2018, annulant de fait au passage son avant-première mondiale. Dès lors, le long métrage disparaît complètement des radars cinématographiques chinois durant plus de deux ans, officiellement pour des problèmes de production. Faire suite et repousser encore plus loin les limites atteintes par le premier long métrage d'animation chinois réalisé à partir de la technologie de capture de mouvement aurait eu raison de l'ambition démesurée de Guo Jingming ? Toujours est-il que durant toute cette longue période, L.O.R.D. II - Legend of Ravaging Dynasties 2 va être entouré d'un véritable silence de mort. Petit à petit cependant, certaines langues se délient, même si cela s'apparente surtout à des rumeurs. L'une des premières explications, réaliste, apportées autour de ce report tourne évidemment autour du budget faramineux nécessaire pour la réalisation du deuxième opus. Pour arriver à avoir les fonds nécessaires à la réalisation du premier long métrage, dix sociétés chinoises avaient été mises à contribution, plus un distributeur américain pour la sortie internationale.

Malgré cela, le long métrage s'est vite avéré un énorme gouffre financier, qui plus est, il n'est jamais totalement rentré dans ses frais. Si l'on a salué l'ambition technologique du film d'animation chinois, L.O.R.D - Legend of Ravaging Dynasties a également énormément divisé l'opinion. Il s'est même complètement vautré en Chine, qui ne s'est pas du tout reconnu dans ce récit à dominante étrangère, disons même occidentale. La production de ce second long métrage étant déjà largement engagée avant que le premier ne s'écroule au box office, la décision est pourtant prise de parachever le long métrage, d'autant plus que le premier s'achève sur un gros cliffhanger. Mais une autre vérité se cache derrière cette décision. La société de production ne souhaite absolument pas rester sur cet échec cuisant et veut, au contraire, prouver au monde entier que la Chine est tout à fait capable de rivaliser avec le reste du monde dans la technologie de capture de mouvement, voire même de donner des leçons à l'Occident. Au passage, la société va même carrément jusqu'à artificiellement gonfler les notations chinoises du premier film pour justifier de l'attente du second ! Dans tous les cas cependant, les deux visions vont évidemment se confronter : pour pouvoir parachever L.O.R.D. II - Legend of Ravaging Dynasties 2 tout en maîtrisant, au moindre centime près, les coûts de production, la qualité générale du long métrage va évidemment lourdement en pâtir.

Dès lors, de nombreuses concessions sont faites. L'ambition première de L.O.R.D. II - Legend of Ravaging Dynasties 2 est considérablement revue à la baisse. Si vous adorez le premier long métrage et vous attendez à ce que celui-ci le surpasse, faites immédiatement une croix sur cette idée ! On se retrouve ici avec quasiment exactement le même style d'animation mais en légèrement bien moins peaufiné. Les animateurs semblent en effet avoir tout misé cette fois sur une modélisation quasi-parfaite des visages des acteurs, aux détriments de leur corps et de leurs morphologies, rendant de fait leur apparence beaucoup moins harmonieuse que dans le premier film. Plus gênant, car il s'agit vraissemblablement là de la principale cause à effet du report du long métrage durant deux ans : Fan Bingbing est débarquée du long métrage au profit de Lin Yun, alors que son personnage, Lotus,  tient un rôle important dans les deux films. Cela crée un énorme paradoxe visuel et une incompréhension naturelle en tant que spectateur de voir débarquer un nouveau personnage sorti de nulle part qui n'en est pourtant pas un. De plus, Lin Yun étant nettement moins convaincante dans le rôle, cela s'avère vraiment très déconcertant. Mais il faut s'en accomoder car, en 2018, la plus célèbre actrice chinoise autoproclamée Fan Bingbing s'est ainsi retrouvée au coeur d'un immense scandale de fraude fiscale conduisant à la disparition notoire, et recambolesque, de l'actrice durant plusieurs mois, tout en jetant un tabou absolu sur toutes les productions dans lesquelles elle a joué ! Il n'en fallait certainement guère plus pour obliger l'équipe de production à entièrement retourner toutes ses scènes avec Lin Yun.

Autre modification radicale apportée à ce second opus, qui faisait pourtant incontestablement le charme du premier film, l'excellente compositrice japonaise Yuki Kajiura (Tsubasa Reservoir Chronicles) est remplacée au pied levé par Taku Iwasaki, lui-même compositeur japonais. Son style musical est radicalement différent, aux antipodes de celui de Yuki Kajiura, à tel point qu'il ne manque pas de dérouter nos oreilles et désenvoute complètement l'aspect lyrique originellement associé à L.O.R.D - Legend of Ravaging Dynasties. Taku Iwasaki propose ainsi quelque chose d'assez proche du punk rock metal instrumental japonais, un style assez courant dans certains animés japonais dont Guo Jingming semble être particulièrement friand, tout comme il semble également l'être de la saga Final Fantasy dont on retrouve énormément de codes visuels dans ses deux longs métrages d'animation, particulièrement dans celui-ci, mais également côté ambiance sonore. La première grande scène de combat est accompagnée d'un morceau faisant par exemple ouvertement penser au titre "Otherworld" que l'on entend dans la cinématique d'introduction de Final Fantasy X. Bref, L.O.R.D. II - Legend of Ravaging Dynasties 2 ne manque vraiment pas de désarçonner ses spectateurs qui se retrouvent assez vite perdus dans les méandres de la narration et des choix esthétiques complètement opposés par rapport à ceux du premier film. La première demi-heure du long métrage s'avère donc assez compliquée à aborder, dérangeante dans un sens, car on perd inexorablement tous ses repères. L.O.R.D - Legend of Ravaging Dynasties était globalement joyeux, lumineux, emplit d'immenses paysages. L.O.R.D. II - Legend of Ravaging Dynasties 2 est sombre, noir dans ses propos, ses décors - pourtant immenses - semblent étonnamment étriqués.

Pour autant, comme c'était déjà le cas dans le premier film, L.O.R.D. II - Legend of Ravaging Dynasties 2 finit par s'emballer et on se retrouve, de nouveau, complètement captif de l'intrigue et sa mise en scène psychotique. L.O.R.D - Legend of Ravaging Dynasties était une formidable mise en bouche mais qui ne faisait qu'effleurer la surface. Sa suite poursuit dans une voie totalement différente où les cartes du pouvoir ont été complètement redistribuées. Les anciennes alliances se brisent, de nouvelles se nouent et, surtout, les masques tombent. Même si on sent venir l'entourloupe dès les premières minutes (même directement dans le premier film dans mon cas), les ambitions de chacun des protagonistes s'entrechoquent et cela fait d'immenses dégâts alentours, comme dans le coeur des personnages. De fait, on comprend assez vite que si L.O.R.D. II - Legend of Ravaging Dynasties 2 casse autant les codes de son aîné, c'est pour mieux faire comprendre aux spectateurs que rien n'est encore acquis. Aucun des personnages n'en ressort indemne, pire, c'est quasiment une hécatombe qui vient conclure le long métrage qui se termine, malheureusement, une fois de plus sur un cliffhanger haletant. La lutte de pouvoir a désormais pris une ampleur sur toute la contrée de l'eau, Ashlan, tandis que, de loin, la contrée du feu se réjouit de l'autodestruction de son rival. C'est terrible à dire, mais on attend vraiment d'en connaître la suite qui, peut-être, ne viendra jamais !

D'un point de vue technique, comme déjà indiqué plus haut, L.O.R.D. II - Legend of Ravaging Dynasties 2 est incontestablement un cran en dessous de son aîné, qui était plus équilibré et plus harmonieux. Ici, on ne voit vraiment pas où sont passées les quatres longues années de productions, dont deux rajoutées au tout dernier moment, pour arriver à un tel rendu, qui est en dessous du premier. C'était déjà le cas en 2016, ça l'est encore plus en 2020, le long métrage s'apparente vraiment à une cinématique de deux heures de jeux vidéo. Malgré tout, la mise en scène frénétique du long métrage, véritable marque de fabrique des deux films, arrive à se révéler quand même captivante car L.O.R.D. II - Legend of Ravaging Dynasties 2 ne cache jamais son intention d'être un immense défouloir visuel, un grand huit autour duquel ne manque que les sensations du chariot et les lunettes 3D qui feraient le bonheur des aficionados des parcs d'attractions à sensations fortes. En somme un anime japonais, d'inspiration occidentale, mais à la sauce totalement chinoise et en 3D. D'autant plus que L.O.R.D. II - Legend of Ravaging Dynasties 2 s'appuie presque intégralement sur le visuel et le sonore, au détriment des dialogues, très peu nombreux durant le film. Malgré tout, même devant toute cette frénésie qui le caractérise, le récit tient vraiment la route. Les points de connexions entre les deux longs métrages sont cohérents entre eux, certaines choses évoquées dans le premier film prennent même sens dans le second ou sont simplement confortées. Et quoi qu'on en pense, on s'attache à ces personnages, même ceux qu'on aimait détester auparavant.

En conséquence, L.O.R.D. II - Legend of Ravaging Dynasties 2 ne change fondamentalement pas la formule de son aîné. Le long métrage s'aventure sur des chemins détournés avec des nouveaux codes visuels et sonores qui, s'ils déstabilisent franchement au premier abord, siéent finalement parfaitement à ce que Guo Jingming propose dans le scénario de ce second opus. L'auteur casse sans vergogne ses propres codes pour les proposer ici différemment. Et comme c'était déjà le cas en 2016, soit vous continuez d'adhérer à ce concept narratif expérimental de grand huit dévergondé, soit vous allez ressentir le même blocage et le rejeter sans remords. L.O.R.D. II - Legend of Ravaging Dynasties 2 ne laisse donc pas indifférent mais il n'accorde, lui non plus, aucune place à l'entre-deux.

Social eXpérience

28 janvier 2021 par Olikos