La grande aventure des Muppets / La grande comédie des Muppets

Quelques informations

Le second long métrage des Muppets ne connait pas les joies d'une diffusion en salles dans le monde francophone. Sa sortie vidéo semble d'ailleurs tout aussi chaotique puisque La grande aventure des Muppets est doublé par Disney pour la première fois dès 1994 dans le cadre de la collection VHS Salut les Muppets, comme le confirme la bande annonce de lancement d'époque. Il n'est pourtant finalement pas du tout commercialisé en VHS sans qu'on en connaisse la raison. Le long métrage a possiblement été proposé à la télévision à la place, sans que je puisse l'affirmer. C'est finalement Elephant Film qui récupère les droits du film en le commercialisant pour la première fois en DVD de 2001 jusqu'en 2012. Ce long métrage a réintégré le catalogue Disney depuis. Le film subit le même sort au Québec, où le film ne sort, a priori, pour la première fois en DVD en 2005 sous le titre de La grande comédie des Muppets. Dans les deux cas, c'est le même doublage français qui est proposé.

Résumé


UN EXTRAIT À DÉCOUVRIR SUR

Les diamants de Lady Holiday, créatrice de mode, sont dérobés au nez et la barbe de tous en plein milieu de la rue ! Pourtant sur place, mais n'ayant pas réussit à prendre une photo du voleur, les reporters Kermit et Fozzie décident de faire toute la lumière sur cette affaire et s'envolent sur ces traces directement pour Londres ! Mais très vite, Miss Piggy sême la zizanie en se faisant passer pour Lady Holiday. Quand on découvre le somptueux collier de diamants dans ses poches, il ne fait plus le moindre doute que c'est bien elle la voleuse...

Analyse de l'oeuvre 4.5
4.55

Fort de l'immense succès du premier long métrage en salle et alors que le célèbre Muppet Show tire définitivement sa révérence sur la petite lucarne quelques semaines plus tôt, Jim Henson remet le couvert dès 1981 en réalisant lui-même un nouveau film avec ses célèbres marionnettes : La grande aventure des Muppets. Tandis que Les Muppets, le film tentait une nouvelle approche dans la construction narrative par rapport au Muppet Show, ce second opus va tout au contraire en épouser toute sa logique. A la manière d'un café-théâtre improvisé, tous les comédiens et les Muppets ont ainsi parfaitement conscience qu'ils jouent un rôle spécialement pour divertir leur auditoire, au point parfois d'en oublier complètement qu'un public les regarde. Il en résulte tout un tas de scènes cocasses où les personnages brisent le quatrième mur, font des constatations drôlissimes sur la mise en scène improbable, se plaignent au réalisateur ou se livrent à des joutes verbales mémorables en constatant que leur partenaire de jeu en fait parfois un peu trop. La grande aventure des Muppets propose ainsi, dès sa scène d'ouverture, une sorte de contrat tacite où le public est invité à prendre part, involontairement, aux évènements d'une grande intrigue avant toute chose amusante. On finit très vite par se retrouver happé par le délire général, typique de l'esprit des Muppet, comme si nous faisions nous aussi partie de cette grande famille. Bref, La grande aventure des Muppets fait encore mieux que le premier film, ce qui rend inexplicable sa grosse gamelle au box office à sa sortie !

Alors que Les Muppets, le film était un grand road movie à travers les États-Unis, Jim Henson fait le choix de délocaliser toute l'action de La grande aventure des Muppets en Grande-Bretagne, plus précisément à Londres, à l'endroit même où est né le succès du Muppet Show.  Pour développer l'intrigue, Jim Henson choisit de rendre hommage aux polars du début du siècle dernier, à mi-chemin entre le film de gangster des années 1930 et le film noir des années 1940. Dans un sens, le long métrage anticipe l'approche adoptée par le futur Qui veut la peau de Roger Rabbit, dont le roman est cependant paru la même année. Mais les Muppets le proposent évidemment à leur sauce. Alors que la protagoniste principale du récit est normalement Lady Holiday qui subit d'odieux vols de bijoux (magistrale Diana Rigg cabotinant à tout va), La grande aventure des Muppets s'amuse surtout à jouer aux quiproquos propres aux comédies britanniques. Alors que Kermit et Fozzie tentent de regagner leurs galons de journalistes en couvrant cette retentissante affaire, Miss Peggy saisit l'opportunité d'être considérée comme une Grande Dame et se fait passer pour Lady Holiday. Et le piège se referme peu à peu autour d'elle. La victime pas tout à fait innocente finit par devenir la principale suspecte de ce rocambolesque vol de bijoux !

Tandis que le fil rouge de l'intrigue surfe sur le genre policier du début du siècle dernier, La grande aventure des Muppets ajoute une troisième dimension propre à leur domaine de prédilection : la comédie musicale des années 1920 à 1950 ! Celles-ci sont caractérisées par leurs légèretés, au détriment d'une vraie logique narrative, histoire de mettre en lumière la plastique et le talent de leurs interprètes. Sauf qu'ici, hormis quelques séquences mémorables qui font intervenir de vrais personnes, ce sont principalement les Muppets eux-mêmes qui se livrent à un festival de scénettes musicales qui en mettent plein la vue et les oreilles des spectateurs. Rien que la première scène d'introduction vaut à elle-seule le coup d'oeil, car elle parvient à rester crédible tout en relevant intégralement de la pure parodie. La plupart des figurants, dont certains ne sont clairement pas de vrais danseurs, font un peu n'importe quoi, ce qui offre un bien joyeux chaos bordélique à l'écran. La grande aventure des Muppets emprunte ici l'esprit typique des cartoons musicaux parodiques de l'ancienne époque. Ensuite, les personnages débarquent à l'Hôtel du Bonheur, un endroit atrocement décrépi où règne pourtant une ambiance festive. Plus loin, un moment de drôlerie simpliste : Kermit se livre à un solo délirant où les personnes chargées des effets spéciaux du film se mettent soudain à improviser. Kermit remarque l'embrouille, mais fait comme si de rien n'était arrivé et continue son solo le plus naturellement du monde. On n'oubliera pas non plus les séquences mettant en scène Piggy et ses nombreux rêves éveillés. C'est ça l'esprit des Muppets.

Techniquement, La grande aventure des Muppets assume un parti-pris visuel rétro et décrépi. Une manière de placer l'intrigue en dehors du temps, un peu comme le faisait déjà le Muppet Show, et ainsi permettre de placer de savoureux anachronismes. Si le long métrage garde un esprit fortement années 1980, plusieurs scènes du film semblent provenir de plusieurs époques différentes. Si l'ambiance du récit frôle le polar des années 1930 et 1940, la plupart des costumes s'inspirent surtout des années 1960. Quand Piggy s'introduit dans la maison d'un étrange couple anglais, on se croit soudain propulsé à l'époque Victorienne de Londres. Au niveau de la mise en scène et des trucages employés, La grande aventure des Muppets fait, forcément, beaucoup mieux que Les Muppets, le film en son temps. La très courte séquence de Kermit faisant du vélo était impressionnante en 1979 ? Qu'à cela ne tienne, il y en désormais neuf dans une bien plus longue scène musicale cette fois-ci ! L'expérience acquise par les cinq années du Muppet Show est totalement perceptible. Certaines scènes semblent un peu moins bien fonctionner que d'autres ? Peu importe, spectateurs et personnages sont de connivence car ils ont tous conscience des limites de l'exercice. Jim Henson s'échine alors à attirer l'attention vers une main pendant que l'autre tremblote un peu. On est proche de la prestidigitation, et ça fonctionne.

Une chose est certaine, La grande aventure des Muppets fait absolument tout en mieux. Meilleure intrigue, meilleur délire, meilleurs effets, meilleurs pétages de plomb, tout ou presque respire la joie et la bonne humeur. Et si, comme d'habitude, c'est Miss Piggy qui vole totalement la vedette à tous les autres grâce à ses innombrables friponneries, on passe tout de même un excellent moment devant un film qui, en fin de compte, tient parfaitement la route. La grande aventure des Muppets est assurément un petit plaisir coupable !

Social eXpérience

Récentes parutions


Collection de 2 films - 10 décembre 2013
Plus de détails
Acheter (Neuf ou Occasion)


Edition Simple - 03 avril 2012
Plus de détails
Acheter (Neuf ou Occasion)


Edition Anniversaire - 29 novembre 2005
Plus de détails

03 décembre 2021 par Olikos