Les Muppets, le film / Les Muppets - Ça c'est du cinéma : Quelques informations

Premier film au cinéma de la joyeuse troupe de marionnettes de Jim Henson, il sort en salle en France le 02 avril 1980 sous le titre tout simple de Les Muppets. Sa sortie en salle semble confirmée au Québec, mais sa date de diffusion exacte n'est cependant pas connue, vraissemblablement le 21 décembre 1979 comme du côté anglophone. Par la suite, le long métrage change deux fois de titre lors de ses sorties vidéos. D'abord Les Muppets, le film pour ses premières sorties VHS, DVD et plateformes de vidéo à la demande, puis Les Muppets - Ça c'est du cinéma lors de ces ressorties vidéo plus récentes ainsi que sur Disney+. Ce long métrage appartient à la compagnie Disney depuis 2004.

Résumé


UN EXTRAIT À DÉCOUVRIR SUR

Kermit la Grenouille vit paisiblement dans son petit marais lorsqu'il entend parler d'une grande audition à Hollywood. Sur un coup de tête, il tente de faire le voyage pour réaliser ses rêves de star, avec rien qu'une bicyclette et ses grands espoirs. En route, il rencontre une belle actrice, Miss Piggy, un comédien, Fozzie, et toute une troupe d'individus aussi particuliers que talentueux. Kermit et ses nouveaux amis partent pour la gloire, pour conquérir la capitale du cinéma !

Analyse de l'oeuvre 3.5
3.55

Longtemps avant Les Simpson mais peu de temps avant La croisière s'amuse, le rendez-vous hebdomadaire des plus grandes stars américaines de leur époque se trouvait dans une drôle d'émission animée par des marionnettes : Le Muppet Show. Comment ces marionnettes bizarres ont-elles pu conquérir le monde jusqu'à rendre leur programme culte pour plusieurs générations de spectateurs ? Franchement, on se le demande. Certains succès se passent souvent de la moindre explication logique, dépassent les frontières de leur cadre d'origine et s'inscrivent finalement dans la longévité sans qu'on s'y attende. La plupart du temps, c'est une sorte de synergie qui rend ce genre de situation possible, parce que, si on s'attarde vraiment sur la formule, le programme américain Le Muppet Show n'invente finalement pas grand chose. Un spectacle animé par des marionnettes, c'est quasiment aussi vieux que le monde, surtout dans les programmes jeunesse. Leur plus ancien et illustre ascendant moderne n'étant rien de plus que l'illustre Guignol créé par Laurent Mourguet en France en 1808. Dès le début de la télévision, les émissions pour enfants étaient des petits trésors d'imagination et de fantaisie, quasiment tout le temps animées par des personnages imaginaires dans tous les pays du monde. En France, on se souviendra sans aucune peine de Bonne nuit les petits ou de Casimir comme leurs plus anciens représentants. Plus moderne, personne n'aura oublié non plus les Télétubbies anglais ou les Minikeums français. Toutes ses marionnettes ont donc la même origine et le même principal objectif : faire plaisir aux enfants. Mais les Muppets ont toujours eu ce petit quelque chose en plus qui les rendait universels, fédérant naturellement autour d'eux toutes les tranches d'âge, parce que, justement, les Muppets ont toujours été pensé pour être intergénérationnels.

Je suis certain que vous aurez beaucoup de mal à le croire en le lisant, mais l'origine des Muppets remontent à presque 70 ans maintenant ! C'est Jim Henson qui, en 1955, donne naissance à son premier, et plus célèbre, membre de sa loufoque troupe : Kermit. Il n'est pourtant à cette époque qu'un personnage secondaire d'une petite série à sketchs comique destinée aux adultes, Sam and Friends, diffusée exclusivement dans le district de Washington, D.C. Dans cette série, la marionnette humaine Sam se crée tout un monde folklorique dans lequel apparaissent d'étranges personnages. Particularité étonnante de la naissance de Kermit, il ne s'agissait pas à cette époque d'une grenouille verte, mais d'un caméléon turquoise ! Dans les deux cas, la simplicité est de mise, puisque la marionnette n'est alors rien de plus qu'une chaussette rehaussée d'une balle de golf coupée en deux en guise d'yeux ! Autre point commun entre les deux versions de Kermit, c'est Jim Henson lui-même qui fera sa voix jusqu'à son décès en 1990. Avec le temps, un peu à la manière de Mission Impossible et Chapeau melon et bottes de cuir dont les premières saisons mettaient en scène des protagonistes différents, le personnage secondaire des débuts va prendre du galon et reléguer ses acolytes au second plan. C'est en 1969 que le destin de Kermit bascule. Dans Hey, Cinderella !, adaptation télévisée humoristique de Cendrillon, Kermit devient la grenouille verte que nous connaissons tous aujourd'hui. Quelques mois plus tard, Kermit et les Muppets de Jim Henson intègrent le programme jeunesse Sesame Street, où le personnage prend de l'ampleur, puis finit par s'installer dans sa propre série, Le Muppet Show, en 1976 qui introduit définitivement la majorité des personnages aujourd'hui bien connus (Miss Piggy, Fozzie Bear, Gonzo, Scooter...).

Durant cinq ans seulement, l'émission télévisée va connaître un succès fulgurant. Son concept repose sur le principe du café-théâtre comique proche du vaudeville. Dans un espace restreint, mais convivial, chaque épisode est ainsi l'occasion d'inviter une grande star de tous les milieux américains (comédiens, chanteurs, sportifs...)  qui doit alors se démener comme il peut à proposer sa prestation tandis qu'une bande de marionnettes va systématiquement jouer les trouble-fêtes. De fait, c'est ce qui faisait l'originalité du programme, ce n'étaient pas réellement les Muppets qui étaient les vedettes de leur propre émission, mais bel et bien leurs nombreux et célèbres invités. Emission plus adulte que sa désormais concurrente Sesame Street, qui les avaient pourtant introduits, Le Muppet Show croule vite sous les prestigieuses récompenses. Il n'en faut guère plus à Jim Henson pour consacrer un premier long métrage à cette joyeuse bande de marionnettes allumées. Un projet qui se concrétise dès 1979, juste après la diffusion de la troisième saison du programme. Au menu, Les Muppets, le film propose une "origin story", en d'autres termes, l'intrigue met en place la rencontre, fictive, de tous les personnages avant que ces derniers ne connaissent la consécration à Hollywood.

Si le long métrage a aujourd'hui pris un assez gros coup de vieux, l'ingéniosité du concept est cependant restée. Les Muppets, le film prend en effet le contrepied de Le Muppet Show, puisque ce sont cette fois les célèbres marionnettes qui sont placées au centre de l'intrigue, alors que ce sont les quelques célébrités invités qui jouent les trouble-fêtes. Pour autant, Les Muppets, le film conserve tout l'A.D.N. qui compose Le Muppet Show, puisque le long métrage entremêle un fil conducteur principal (les personnages veulent percer à Hollywood), plusieurs sketchs humoristiques, l'apparition surprise de célébrités, un comique de répétition via l'antagoniste et ces célèbres numéros musicaux. Car oui, Les Muppets, le film est également une grande comédie musicale, comme l'était Le Muppet Show. Paradoxalement, si Les Muppets, le film est un petit bonheur pour ceux qui connaissent l'univers des Muppets au préalable, le long métrage s'avère au contraire un peu moins accessible aux néophytes. En cause, les nombreuses relations entre les personnages sont à peine esquissées par le film qui multiplie d'innombrables références à l'émission télévisée. Le coup de coeur fulgurant de Miss Peggy pour Kermit est ainsi très savoureux dans le film quand on connaît déjà leur relation dans Le Muppet Show, c'est moins pertinent directement à travers le seul film. Peggy n'y est pas encore la diva imbuvable, superficielle, et capricieuse, qui tombe continuellement amoureuse du premier beau garçon venu, avant de revenir toujours vers Kermit alors même que leur relation amoureuse a toujours semblé à sens unique, façon "je t'aime, moi non plus".

Même si le long métrage s'avère un peu lent dans sa construction narrative, surtout avec nos yeux modernes, pour un long métrage tourné en 1979, Les Muppets, le film reste encore très performant pour son grand âge. Il se hisse, sans mal, à la hauteur de plusieurs longs métrages du studio Disney de la période. Il n'a, par exemple, pas vraiment à rougir de la comparaison avec Peter et Elliott, le dragon par exemple. Le long métrage compte d'ailleurs plusieurs effets spéciaux de qualité, comme ce bel effet de Kermit faisant du vélo au tout début du film. Si l'on voit assez bien le subterfuge aujourd'hui, la scène reste quand même encore très réussie. Même chose en ce qui concerne plusieurs effets d'incrustations, notamment lorsque les personnages doivent être vus en entier, qu'ils doivent se mouvoir parmi la foule ou bien s'envoler nonchalamment dans le ciel. Pour le reste, Les Muppets, le film propose du classique, avec plusieurs animateurs se contorsionnant pour donner vie à ces nombreux personnages. Sur le plan de la bande originale, Paul Williams et Kenneth Ascher proposent des compositions efficaces, quoique moins dominantes que celles qu'on pouvait entendre dans Le Muppet Show, ainsi que plusieurs chansons entraînantes. On accordera d'ailleurs une mention spéciale à la scène fantasmagorique de Miss Peggy se voyant déjà mariée à Kermit au milieu du film.

Énorme succès à sa sortie en salle en 1979, ce qui conduira à la mise en chantier de plusieurs autres films avec les Muppets durant les deux décennies suivantes, mais aussi permettre à Jim Henson de pouvoir mettre en chantier un projet plus intime, Dark Crystal, devenu tout aussi cultissime, Les Muppets, le film a effectivement perdu un peu de sa superbe en prenant de l'âge, accentué par l'absence des voix françaises originales de l'émission télévisée. Mais si jamais vous avez gardé votre âme d'enfance, ou bien que vous êtes un mordu de l'univers des Muppets, Les Muppets, le film reste une oeuvre indispensable rien que pour le côté historique de la chose : le premier grand film de cinéma des Muppets!

Social eXpérience

Récentes parutions


Edition Simple - 03 avril 2012
Plus de détails
Acheter (Neuf ou Occasion)


Edition simple - 13 août 2013
Plus de détails
Acheter (Neuf ou Occasion)

25 novembre 2021 par Olikos