Les Croods 2 - Une nouvelle ère : Quelques informations

Si Les Croods 2 - Une nouvelle ère sort bien le 25 novembre 2020, dans un nombre de salles limitées au Québec, le film connait de nombreux décalages en France. Initialement annoncé pour le 02 décembre 2020, le film est repoussé à quatre reprises suite aux fermetures des salles de cinéma. Il sort finalement en salle le 07 juillet 2021.

Le long métrage dispose de deux versions francophones. Fait notable pour la version française, le comédien Dominique Collignon-Maurin ne reprend pas le rôle de Grug, alors qu'il a toujours été la voix de doublage habituelle de Nicolas Cage en France et jouait pourtant le rôle même dans la série télévisée Les Croods - Origines. Une situation qui résulte d'un différent entre le comédien et Universal qui souhaitait revoir son salaire à la baisse, avec en toile de fond la pandémie COVID-19 nécessitant de réduire les budgets, ce que l'acteur a refusé. De fait, Stefan Godin le remplace dans ce film. Moins surprenant, car il s'agit d'une pratique trop fréquente en France sur les films d'animation, les voix de Eep et Guy sont également modifiées par Lily Rubens (qui avait déjà repris le rôle dans la série) et Gauthier Battoue.

Résumé


UN EXTRAIT À DÉCOUVRIR SUR

Les Croods ont dans le passé survécu aux dangers et aux catastrophes, aux crocs des bêtes préhistoriques jusqu'à résister à la fin du monde, mais ils doivent désormais faire face à leur plus grand défi, trouver un nouveau lieu pour vivre. La famille préhistorique part à la découverte du monde en quête d'une nouvelle maison dans un environnement plus sûr. Lorsqu'ils découvrent un paradis idyllique qui satisfait pleinement tous leurs besoins, ils pensent alors avoir résolu tous leurs problèmes... sauf un. Une autre famille y réside déjà : les Betterman.

Analyse de l'oeuvre 2.5
2.55

Mes coups de coeur pour des films d'animation produits par Dreamworks se comptent sur les doigts d'une seule main. Et, à l'exception d'un seul film, il s'agit uniquement de suites : Shrek 2, Dragons 2, Kung Fu Panda 2 et, donc, Les Croods premier du nom. Magnifique film d'aventure dépaysant et coloré, l'intrigue se résumait à une continuelle fuite en avant de la famille Croods, toujours perpétuellement à la recherche de demain, un lieu hypothétique et mythique où la vie serait plus belle. Leur aventure ne pouvait évidemment avoir de véritable fin, car c'est comme ça qu'on aime les Croods, toujours en mouvement, traversant mille lieux plus merveilleux tout autant que dangereux, multipliant les rencontres d'une faune totalement improbable à travers une flore tout aussi bizarre. Chaque nouvelle étape de leur pérégrination emmenait les spectateurs toujours plus loin dans la démesure et le final du film nous offrait toute une panoplie de perspectives sur leur recherche de demain. Dès lors, grand succès en salle à l'époque, Dreamworks a immédiatement planché sur l'idée de donner vie à une seconde aventure aux Croods. Mais des embûches vont se mettre en travers de la route du film. Annoncé une première fois, puis annulé dans la foulée, annoncé une seconde fois, puis annulé encore une fois, ce n'est finalement qu'après le rachat de Dreamworks par Comcast que la suite est enfin bel et bien confirmée et que celle-ci va se placer dans la continuité directe du premier opus.

J'ai été extrêmement enthousiaste d'apprendre que Les Croods 2 - Une nouvelle ère était devenu une réalité. Très confiant en Dreamworks, qui avait brillamment réussi à se surpasser quand il s'agissait de concevoir un second opus à l'un de leur succès, je ne m'attendais clairement pas à recevoir une telle douche froide. Là où la légèreté du scénario du premier film faisait sa force, le semblant de consistance du second l'alourdit considérablement. Et on n'est malheureusement pas au bout de nos surprises lorsque l'on se rend compte qu'en voulant à tout prix raconter quelque chose,  Les Croods 2 - Une nouvelle ère finit par recycler des thématiques dignes d'un téléfilm ou d'une série télévisée de programmes jeunesses. Plus le film essaie de raconter quelque chose, plus le film devient ennuyeux et plus le film perd de vue tout ce qui faisait l'originalité et le charme de son aîné. Eep et Guy commençaient une belle idylle dans le premier film ? Séparons-les parce qu'on ne peut rien faire d'autre avec eux. Tout au plus faisons en sorte de réinterpréter le conflit technophile qui existait entre Guy et Grug mais avec sa fille. Pendant ce temps, Grug a-t-il appris de ses erreurs ? Non, on le retrouve aussi borné qu'auparavant, affrontant désormais les idées bizarres des Bettermann comme il le faisait avec Guy auparavant. De fait, Les Croods 2 - Une nouvelle ère tourne complètement en rond, ré-employant les mêmes gags, peu ou prou les mêmes situations, tout en le faisant beaucoup moins bien. De fil en aiguille, la réjouissance du début se transforme en spectacle désolant qu'on aurait préféré ne pas avoir vu.

Tout le problème de l'intrigue décousue, qui n'apporte aucune profondeur et tire tout le film vers le bas, repose en réalité sur le choix d'avoir inclus la famille Bettermann, au détriment des membres de la famille Croods. En dehors du fait que Les Croods 2 - Une nouvelle ère semble vouloir s'amuser à caricaturer lourdement le bobo citadin qui rencontre le bouseux de province, le long métrage pêche dans son idée de vouloir fixer définitivement les Croods dans un lieu en particulier, qui se donne des faux airs bibliques auquel a été rajouté une couche indouiste histoire de ne froisser personne. Dès que ce jardin paradisiaque apparaît à l'écran, on comprend immédiatement que les Croods sont désormais au bout de leur voyage vers demain et on finit par être déçu que notre première impression se transforme en réalité à la fin du film. Plus gênant encore, Les Croods 2 - Une nouvelle ère met un point d'honneur à personnifier la menace qui plane sur la vallée, là où le premier film laissait le spectateur dans l'expectative de savoir quelle était cette puissance menace qui obligeait les Croods à toujours fuir en avant. En résulte un spectacle brouillon dont seul le début est agréable ainsi qu'une seule vraie scène vraiment féérique : celle où Eep et Aurore s'élancent par delà la clôture. Même le combat final, façon match de Catch, tombe à plat tant cela a déjà été exploité à outrance dans l'animation, notamment dans Scooby Doo ou Les rois de la glisse 2.

S'il y a bien un point sur lequel Les Croods 2 - Une nouvelle ère s'en sort, c'est du côté de son esthétique. Quoi qu'il faille émettre un énorme bémol, puisque le film s'inscrit en continuité du premier sans jamais oser une seule fois à le surpasser. C'est très joli, très coloré, mais le vent de fraicheur ne répond pas présent. L'effet de nouveauté de Les Croods s'est largement dilué en sept ans, Les Croods 2 - Une nouvelle ère n'arrive pas à réitérer l'exploit graphique de son aîné. Les décors sont très beaux, certains sont même magnifiques, mais ils n'offrent pas vraiment d'originalité. Tout y est très attendu, sans réelle folie, ni imprévisibilité comme c'était le cas en 2013. Le plus gênant restant, encore et toujours, ce jardin autour duquel la majorité de l'intrigue se déroule. Ce long métrage manque cruellement de diversité. Même la bande originale ne transcende pas l'ensemble, tantôt discrète, tantôt absente, elle ressemble surtout à un fourre-tout décousu, composé au fur et à mesure, mais sans jamais apporter une cohésion d'ensemble. Là encore, Les Croods 2 - Une nouvelle ère s'avère nettement moins marquant que le premier film, jusque dans la chanson de son générique final qui nous ressort une reprise rock d'un titre de The Partridge Family datant de 1974, là où la chanson finale du premier film, "Shine Your Way", était une véritable ode à la joie aussi énergique que l'était le film.

Au sortir de la séance, je suis littéralement tombé de haut. Les Croods 2 - Une nouvelle ère est une désillusion totale, une de mes très rares cruelles déceptions devant des longs métrages d'animation. Dépourvu d'âme et de cette étincelle qui caractérisait le film de 2013, alignant les clichés sans originalité, ce second opus rate complètement le coche et entache sérieusement la fabuleuse famille des cavernes.

Social eXpérience

08 juillet 2021 par Olikos