Les aventures de Porcinet / Le grand film de Porcinet : Quelques informations

Le grand film de Porcinet sort au Québec le 21 mars 2003 mais, contrairement au film précédent, il ne bénéficie pas d'un doublage québécois. En France,  il sort le 22 octobre 2003 sous le titre de Les aventures de Porcinet.

Plusieurs modifications vocales interviennent sur la saga à partir de ce film. Roger Crouzet céde ici son rôle de Porcinet à Hervé Rey qui, avouons-le, s'en sort un peu mieux avec le personnage sans pour autant égaler Roger Carel en son temps. Whalid Lamamra récupère l'intégralité du personnage de Bourriquet alors qu'il ne faisait que la partie chant du film Les aventures de Tigrou. Enfin, toujours côté chant, Roger Carel cède à nouveau sa place à Jean-Claude Donda pour Winnie, tandis que c'est Michel Mella qui récupère la partie chantée de Coco Lapin. Ce n'est malheureusent pas bon pour aucun des deux personnages qui perdent vraiment au change.

Résumé


UN EXTRAIT À DÉCOUVRIR SUR

Porcinet est tout triste, sous prétexte qu'il est trop petit, ses amis n'ont pas voulu qu'il les accompagne chercher du miel. Mais à leur retour, Tigrou, Winnie, Bourriquet et tous leurs amis s'aperçoivent que Porcinet a disparu. Ils décident donc de partir à sa recherche dans la forêt des rêves bleus...

Analyse de l'oeuvre 2.5
2.5 5

Qu'on se le dise, si DisneyToon Studios a été probablement le studio le plus extrêmement prolifique de la compagnie de Mickey en une seule décennie seulement, il a cependant rarement fait preuve d'une très grande qualité au niveau des contenus offerts par ses longs métrages. Pour autant, hormis peut-être pour un second long métrage exclusivement conçu pour la vidéo qualitativement inférieur à ses autres grands frères, la franchise de l'ourson est probablement la seule de la période 2D qui s'avère sympathique et de qualité relativement constante d'un film à l'autre. Après un excellent Les aventures de Tigrou, présenté sur grand écran trois ans plus tôt, c'est au tour du petit porcelet rose et froussard d'offrir un long métrage à son nom en 2003 : Les aventures de Porcinet. Paradoxalement, alors que le film porte son nom, Porcinet est pratiquement absent des scènes se déroulant dans le présent, puisque l'intrigue n'est constituée que d'une succession de souvenirs provenant du passé.

Porcinet est trop petit, Porcinet se sent oublié par ses amis, Porcinet disparait ! Il n'en faut pas plus aux personnages de la forêt des rêves bleus pour se lancer sur ses - toutes petites - traces. Il n'a laissé derrière lui qu'un cahier de coloriages, que Winnie, Petit Gourou et Coco Lapin prennent pour un livre de souvenirs (un journal intime graphique en somme). Mais la petite troupe a du mal à interpréter ce qu'il contient, ils s'imaginent alors que celui-ci va leur révéler l'endroit où se cache Porcinet en le feuilletant, dans l'ordre de préférence. C'est ainsi que débute l'histoire de Les aventures de Porcinet qui, à la différence de Les aventures de Tigrou dont l'histoire était d'un seul tenant, est surtout prétexte à une succession de plusieurs petites histoires venant du passé et reliées à un fil rouge : retrouver Porcinet. En chemin, les amis se remémorent leurs souvenirs et le rôle qu'avait joué le petit porcelet. Bref, on passe ainsi son temps devant un petit film gentillet à destination des jeunes spectateurs qui y liront la petite morale du jour : on a souvent besoin d'un plus petit que soi.

Contrairement à Les aventures de Tigrou, qui avait placé la barre bien plus haut rien que dans son aspect plus épique, Les aventures de Porcinet est légèrement moins bien fignolé que son prédécesseur. Mais les différences sont franchement timides et relèvent d'un oeil très attentif, au point que l'on peut les considérer comme quantité négligeable. Parce que dans les faits, le long métrage réussit à conserver tout ce qui fait le charme des aventures des personnages de la forêt des rêves bleus. En ce lieu, les arrières-plans conservent leur charme pastel semblant tout droit sortir d'un livre de conte pour enfant, là le film renoue avec son aspect humoristique, ici les personnages retrouvent leurs caractères gentiment enfantins. L'alternance entre les évènements qui se déroulent en temps réel et ceux évoqués à travers les souvenirs sont également très fluides, d'autant plus que, comme il est de coutume dans la franchise, il n'est jamais question ici du moindre méchant s'opposant aux héros. L'aventure s'avère donc des plus sympathiques, elle est parfaitement adaptée à un jeune public.

Pour autant, sans être foncièrement désagréable, Les aventures de Porcinet est probablement l'épisode produit par DisneyToon Studios que j'apprécie le moins dans leur filmographie. Principalement parce qu'il y a trop de chansons, trop pleines de bons sentiments, limites mièvres, et que ça alourdit l'intrigue de moments inutiles. Et pourtant, je ne peux nier que les chansons du film sont techniquement et artistiquement irréprochables ! "With A Few Good Friends", dans sa version accoustique entendue lors du générique de fin est même là pour le prouver. Une excellente mélodie pleine d'entrain, sur un air très joyeux et facilement assimilable. D'ailleurs, c'est l'ensemble des chansons du film qui sont construites sur le même principe. Elles sont subtiles et agréables, si tant est que, dans mon cas, je parviens à faire abstraction des paroles originales comme françaises.

Il n'y a sans nul doute aucune chance que vous soyez à ce point bloqué au niveau de ces chansons comme moi devant Les aventures de Porcinet qui, objectivement, est une aventure parfaitement adaptée aux plus jeunes, tout en étant techniquement sans reproches. Il s'installe naturellement comme le petit frère d'une grande famille animée et tirée de l'univers de Winnie l'ourson, sans l'altérer une seule fois !

Notre sponsor

Social eXpérience

Récentes parutions

Consulter la fiche

DVD Simple - 2010

Consulter la fiche

DVD Simple - 02 septembre 2009

Consulter la fiche

Collection 80e anniversaire - 09 juillet 2006

16 février 2018 par Olikos

Voxographie sélective

Doublage français d'origine (2003)

Porcinet : Hervé Rey  1

Winnie l'ourson : Roger Carel 1 (Dialogues)

Winnie l'ourson : Jean-Claude Donda  1 (Chant)

Coco Lapin : Roger Carel  1

Coco Lapin : Michel Mella  1 (Chant)

Tigrou : Patrick Préjean  1

Bourriquet : Wahid Lamamra  1

Maman Gourou : Céline Monsarrat  1

Petit Gourou : Camille Donda  1

Maître Hibou : Bernard Alane  1

Jean-Christophe : Gwenaël Sommier  1 (Dialogues)

Jean-Christophe : Maxime Baudoin  1 (Chant)

Soliste chansons : Nicole Croisille 1

Sources : 1Carton DVD