Les aventures de Bernard et Bianca : Quelques informations

Le film a été projeté à partir du 30 novembre 1977 en France. La première VHS est aujourd'hui une rareté de grande valeur car elle comporte la fameuse séquence subliminale de deux images, qui a été "corrigée" depuis. Le film ne possède pas de doublage québécois. A noter toutefois que le Québec a un temps intitulé le film simplement par Bernard et Bianca. "Les aventures de" fut finalement rajouté ultérieusement.

Lors des projections cinéma et jusqu'à la première sortie en VHS, une séquence presque subliminale de 2 images montrait une femme réelle au torse dénudée à travers une fenêtre sur l'un des buildings de New York, au moment du décollage (dégringolage !). Cette image a été effacée depuis. Disney USA a prétendu durant un temps que ces images n'étaient pas dans la bobine originale du film, mais ont été rajoutées lors de la post-production. Aucun des animateurs n'auraient participé à cette incrustation subliminale.

Résumé

Dans les sous-sols des Nations-Unis à New York un groupe de souris tient conseil. Il s'agit du comité de soutien aux personnes en difficulté. Bianca, déléguée coquette, choisit Bernard tendre souriceau timide et courageux pour voler au secours d'une petite orpheline séquestrée, Penny.

Avis personnel

Les aventures de Bernard et Bianca probablement le premier grand succès de l'empire Disney après la disparition du président fondateur Walter. Même si le film a quelques défauts, il mérite amplement toute votre attention.

Depuis toujours, les souris sont prépondérantes et liées au succès de Disney. Tout a commencé avec une souris, ne l'oublions pas ! De Timothée dans Dumbo, à Roquefort dans Les aristochats, ainsi que les souris Jack et Gus de Cendrillon, celles dans Robin des Bois, dans Le crapaud et le maître d'école ou dans Merlin l'enchanteur, elles devaient jusque là se contenter de simples seconds rôles ou de figurations. Les aventures de Bernard et Bianca vont mettre un terme à cette tendance et propulser les souris dans des aventures policières, cela se reproduira deux fois par la suite : dans Basil, détective privé, et dans la bande dessinée (Mickey devient un détective privée ou amateur, particulièrement dans les histoires italiennes).

Le film propose pour la première fois le duo le plus improbable jamais imaginé par les studios Disney, qui deviennent souris détectives ! Il y a d'un côté la charmante Bianca, avide d'aventure et de sensations fortes, et de l'autre Bernard le concierge peureux et superstitieux. La version française s'amusant à prononcer "La belle et le concierge, on aura tout vu !". Cela résume assez bien le duo du film. Et le constat est là : un merveilleux tandem.

Le style est très typique et reconnaissable de l'après Walt Disney que l'on retrouvera ensuite durant toutes les années 70 et 80. Graphisme très fouillé et agréable, le film reste visuellement parlant un joyaux. Les aventures de nos souris les conduisent sur les traces d'une jeune orpheline adoptée afin d'être exploitée. Des rues bondées et lumineuses de New York, nous poursuivons l'aventure vers les mauvais quartiers, avant d'échouer dans les marécages.

En gros, Les aventures de Bernard et Bianca offre des moments de calme et de folles courses poursuites. Pourtant, le film a un énorme handicap. Tout d'abord, aussi irrésistible soit le couple Bernard/Bianca, les deux souris détectives se font vite voler la vedette par l'hystérique madame Medusa, somptueusement interprétée dans la version française, et par beaucoup de personnages secondaires (Evinrude, Orvile...). Ensuite, toute mignonne soit-elle, Penny ne convainc pas (peut-être un défaut de la version française), et se révèle vraiment peu attachante. Enfin, les chansons sont un peu soporifiques.

Mais ne boudez pas cette première aventure de nos intrépides souris de choc, probablement les plus voyageuses de l'univers Disney, et qui offre le plus de dépaysement. Les aventures de Bernard et Bianca à voir et revoir sans remords et sans scrupules !

20 août 2006 par Olikos