Totally Spies! : Quelques informations

Totally Spies! est le premier et unique long métrage adapté de la série télévisée à succès Totally Spies! Espionnes de choc diffusée entre 2001 et 2013. Il sort en salle en France le 22 juillet 2009. La date de sa première diffusion au Québec n'est pas connue. Le long métrage ne dispose que d'un unique doublage français reprenant les comédiens habituels de la série, auquel s'ajoute un rôle tenu par Karl Lagerfeld.

Le long métrage dispose de plusieurs titres francophones, le plus communément admis étant Totally Spies! Le film, bien que ce sous-titre ne figure jamais dans le film et qu'il existe déjà une compilation DVD portant exactement le même titre commercialisé en 2005, ce qui prête à confusion. On le trouvera également sous les appellations Totally Spies! Le film de leur première rencontre ainsi que Totally Spies! Comment tout a commencé. Pour faire au plus simple, j'ai adopté le titre tel qu'il apparait dans le film pour cette analyse.

Résumé


UN EXTRAIT À DÉCOUVRIR SUR

À peine arrivées au lycée de Beverly Hills, Sam, Clover et Alex sont recrutées par le WOOHP -une organisation ultra secrète- pour devenir espionnes internationales. Après un entraînement de choc, les filles sont envoyées par Jerry sur leur première mission : élucider des disparitions mystérieuses dans tout Los Angeles. Les Spies comprennent rapidement que les personnes disparues ont été enlevées après avoir été "fabulizées" par une étrange machine qui les a totalement transformées...

Analyse de l'oeuvre 4
45

Elles sont jeunes, elles sont belles, elles vivent à Beverly Hills, elles ont une forte tendance à dépenser sans compter pour des futilités dans les centres commerciaux et une prédominance incompréhensible à tomber amoureuse du premier venu qui s'avère souvent être le méchant de service, bref, elles sont des stéréotypes des riches lycéennes américaines de n'importe quelle série ou sitcom pour adolescents du pays de l'oncle Sam. Mais elles ont deux atouts dans leur manche : elles sont espionnes et elles sont extrêmement sympathiques, au point qu'on leur pardonne tous leurs défauts. Dans le paysage des séries télévisées animées, Totally Spies! reste incontestablement atypique. D'abord, parce qu'il s'agit d'une production animée entièrement française qui a pourtant réussi à rayonner durant plusieurs années et de manière durable au niveau international. Sam, Alex et Clover ont été unanimement adoptées sur tous les territoires où elles ont été diffusées. Ensuite, parce que le ton adopté pour la série télévisée a été volontairement pensé pour l'international. En inscrivant leurs aventures sur le continent américain, le trio d'espionnes avait toutes les chances d'être bien accueilli aux Etats-Unis. Pour autant, la série a énormément adopté les gimmicks propres à l'animation japonaise, notamment l'exagération de leurs traits de caractères et leurs émotions retranscrites de manière visible à l'écran. Enfin, Totally Spies! s'est également inspiré de nombreuses productions internationales pour constituer sa propre mythologie.

Ainsi, on a tôt fait de faire le rapprochement entre Totally Spies! et la série télévisée américaine Drôles de Dames. Il est vrai que l'on retrouve effectivement un trio de jeunes femmes envoyées sur le terrain par un mentor qui ne s'appelle plus Charlie, mais porte le nom d'une célèbre souris habituellement poursuivie par un chat. Pourtant, de part leurs personnalités respectives, les codes vestimentaires, leur double-vie qui doit rester secrète, sans oublier leurs combinaisons monochromes, elles font irrémédiablement penser aux tout aussi célèbres Cat's Eye. Jerry, tel un maître d'oeuvre, puis plus tard G.L.A.D.I.S., remplacent, disons plutôt "personnifient", l'ancien magnétophone autodestructible aperçu dans Mission : Impossible en octroyant des missions à ses agents secrets. La distribution des gadgets, un peu farfelus, font bien évidemment penser à James Bond, dont ce long métrage va rendre hommage par ailleurs, mais surtout à sa version déglinguée Austin Powers. Plus vraisemblable encore, les diverses machineries bizarroïdes employées par les antagonistes lorgnent du côté de Chapeau melon et bottes de cuir, dont le dernier épisode de la saison 5 fera d'ailleurs ouvertement référence. Encore plus étonnant, même si Marathon Studio a visiblement brouillé les pistes, les couleurs associées aux héroïnes font référence soit aux uniformes de Star Trek, soit aux rubans de ceinture des Cat's Eye, voire aux deux. Jaune, pour la bagareuse, rouge pour l'ingénieuse, vert (au lieu de bleu dans le cas de Star Trek) pour l'intellectuelle. Totally Spies! fait aussi un petit clin d'oeil à Ulysse 31 à partir de la saison 3 avec G.L.A.D.I.S., déjà évoqué plus haut, qui rappelle furieusement Shyrka, l'ordinateur de bord de l'Odysseus. Et on n'oubliera pas non plus les métamorphoses costumées façon Wonder Woman avec Lynda Carter.

Bref, Totally Spies! est déjà de base un joyeux pot pourri des plus grandes oeuvres du paysage audiovisuel d'espionnage mondial. A cela s'ajoute une empathie immédiate pour les trois espionnes, difficilement explicable qui, bien que la série s'adresse normalement à un jeune public, réussit le tour de force de réunir aussi les adultes autour d'elles, et sans aucune distinction de genre, alors que la série repose presque intégralement sur des gags de répétition de séries normalement purement féminines. Un exploit, pas si rarissime, mais très peu courant dont très peu de séries animées peuvent se vanter, encore plus lorsqu'il s'agit de créations françaises qui sont souvent écrasées par les marchés japonais et américains. Pour autant, Totally Spies! n'échappe pas aux clichés qui, succès grandissant années après années, va commencer à faire jaser et qui ne serait peut-être pas passés aussi bien à l'ère du féminisme des années 2010. D'une part, Totally Spies! met carrément les pieds dans le plat en accumulant les stéréotypes autour du trio, voire de ce qu'on qualifierai aujourd'hui de blagues sexistes. Clover est ainsi la blonde écervelée, jamais à l'abri d'une imbécilité à formuler et toujours portée sur la superficialité. Alex est la brune sportive du groupe, intrépide, celle qui râle tout le temps et réagit plutôt à l'instinct. Sam est la rousse cerveau de l'équipe, elle est capable de concevoir des plans ingénieux mais est souvent inflexible et la plus ennuyeuse du groupe. D'autre part, Totally Spies! a une gestion du physique assez tranchée, disons même assez discutable. Si vous êtes vieux, rond, moche ou encore affublé d'une difformité ou d'un défaut d'élocution, voire tout ça à la fois, vous êtes toujours assuré d'être relégué au rôle du méchant de service durant l'épisode. La série a bien tenté parfois de renverser la vapeur, mais dans ce cas, c'était pour mieux tomber dans l'excès inverse, par exemple avec le beau jeune homme qui révèlera sa vraie nature au moment même où l'une des filles sera tombée en extase devant lui. L'effet Hans existait déjà bien avant 2013.

Paradoxalement, si Totally Spies! accumule véritablement des lourdeurs, et pas qu'un peu, l'ingéniosité de la mise en scène, l'excellente qualité des interprètes de la version française qui s'investissent corps et âmes dans leurs rôles et la diversité des intrigues totalement abracadabrantes, rend la série télévisée étonnamment entichante. Tout le monde adhère à Totally Spies! et le succès ne se démend pas, durant cinq saisons non stop. Les producteurs vont même pousser le bouchon en développant, petit à petit, un aspect feuilletonnant qui conduit à un double épisode final servant de véritable conclusion où les filles, remerciant Jerry pour toutes ces années en sa compagnie, filent à tout berzingue vers leur avenir. Une scène finale qui ne manque d'ailleurs pas de rappeler le départ d'Emma Peel dans Chapeau melon et bottes de cuir. Mais après cinq années et 130 épisodes diffusés à la télévision, une chose restait pourtant toujours sans réponse : comment Alex, Clover et Sam étaient-elles devenues des espionnes ? Même le tout premier épisode de la série ne l'avait pas précisé, les spectateurs entrant directement dans l'action avec un trio déjà formé. Comme toutes les grandes séries animées à succès, Totally Spies! fut donc tout naturellement décliné au cinéma en 2009 et son objectif premier était de répondre à cette épineuse question. Personnellement, je dois le reconnaître, la toute première fois que je l'ai découvert, j'ai été particulièrement déçu par le long métrage, moins percutant, plus sage, moins survolté à mon sens qu'un épisode télévisé. Avec le temps, et le recul nécessaire, j'ai fini par le réhabiliter car il réussit, à sa manière, à proposer les bases d'un univers extrêmement populaire sans le trahir complètement, même si, reconnaissons-le, beaucoup de choses sont bien plus capillotractés dans ce film que dans n'importe quel épisode de la série télévisée.

Alors que la série télévisée s'achève en apothéose en 2008, le film Totally Spies! qui sort en salle en 2009 décide donc de revenir aux sources. Alex, Sam et Clover s'y rencontrent pour la toute première fois alors qu'elles viennent, toutes les trois, d'emménager à Beverly Hills. Il ne faudra malheureusement pas vraiment en espérer plus sur les origines des trois espionnes puisque, passés les huit premières minutes, les jeunes femmes parviendront à se sortir d'un traquenard et à collaborer comme si elles se connaissaient déjà depuis toujours. Dans un premier temps, et c'est ce qui m'avait chagriné à l'époque, Totally Spies! ne cherche à aucun moment à vraiment prendre le temps d'expliquer quoi que ce soit. Remarquez que la série télévisée faisait déjà de même, mais comme on partait d'un acquis, qu'il s'agissait d'un trio d'espionnes, il n'en fallait guère plus pour se laisser aller à regarder l'épisode. Le long métrage, lui, mise en vérité bien plus sur la façon d'offrir aux fans une nouvelle aventure en grand format, histoire de les remercier pour toutes ces années en leur compagnie, plutôt que de chercher à se révéler crédible. Hormis leur rencontre initiale capilotractée, préméditée par le W.O.O.H.P. parce qu'elles auraient un gêne d'espionnes, et leur rapidité à devenir les meilleures amies du monde juste parce qu'elles détestent toutes unanimement Mandy (en 10 minutes, c'est plié), c'est quand même un peu léger, disons même quelque peu absurde. Mais comme je l'ai dit un peu plus tôt, l'intérêt du film est ailleurs, il est préférable de le prendre pour ce qu'il donne, plutôt que d'espérer des choses qu'il ne donne pas. Malgré tout, le film Totally Spies! s'amuse constamment à donner des explications plus ou moins plausibles sur des incohérences de la série, comme par exemple comment s'y prend Jerry pour dissimuler l'absence des filles en classe quand elles partent en mission en plein milieu de la journée.

Pour ce qui concerne la qualité graphique, on n'est vraiment pas dépaysé par ce que propose le long métrage même si, en y regardant de plus près, Totally Spies! souffre de quelques défauts, particulièrement au niveau des visages des héroïnes dont les traits ne sont pas constant d'une scène à l'autre. Par rapport à la série télévisée, leurs yeux sont légèrement plus agrandis que d'habitude dans la majorité des gros plans, rendant leurs regards plus proches d'un japanime que ceux que l'on avait l'habitude de voir dans la série télévisée. Pour le reste, l'animation reste constamment dans le même ton que la série si ce n'est que, pour la toute première fois, les spies vivent leur grande aventure en 16/9e. Les cinq premières saisons de Totally Spies! avaient été produites exclusivement en 4/3, ce qui implique qu'aujourd'hui la série est diffusée dans un assez horripilant format recadré lors de ces multiples rediffusions sur tous les épisodes concernés. Au niveau de l'intrigue, sans en dévoiler beaucoup si vous ne l'avez encore jamais vu, le film Totally Spies! fait cette fois dans la démesure en propulsant carrément les filles jusque dans l'espace. Une intrigue qui semble vouloir rendre hommage à Moonraker, la onzième aventure du célèbre James Bond à cette époque interprété par Roger Moore. Plus étonnant, le long métrage invite le couturier et styliste allemand Karl Lagerfeld dans son unique contribution dans le monde du doublage français (à ma connaissance en tout cas). Une présence complètement tirée par les cheveux, c'est le cas de le dire au vu du scénario, mais qui s'avère étonnamment raccord avec la mythologie de la série, notamment sur l'entêtement des filles à toujours vouloir être à la pointe de la mode. Parmi les bonne surprises, même s'ils sont toujours aussi peu nombreux pour jouer tous les rôles, il est également très appréciable de retrouver l'intégralité des comédiens de la série dans le film. La continuité vocale étant ainsi parfaitement assurée.

Moins percutant, avare en révélations, un peu déconnecté du reste de la série, le film Totally Spies! s'avère finalement quand même agréable à regarder si on lui laisse sa chance. Le long métrage parvient, à sa manière, à conserver cet esprit délirant qui caractérisait si bien la série télévisée. Loin d'être un banal épisode étiré en une heure et demi, l'intrigue s'avère suffisamment consistante pour en sortir en ne se sentant pas du tout floué. Totally Spies! s'offre même quelques occasions de s'enfoncer complètement dans le délire en proposant plusieurs scènes relativement mémorables, à commencer par les rêves surréalistes des filles ou, plus drôle encore, leur façon de filer " à l'égyptienne " dans une courte séquence musicale Bollywood dans l'esprit d'un Scooby-Doo. Sans être aussi mémorable que la série télévisée, le film Totally Spies! reste donc dans l'ensemble très convaincant. Et alors qu'on croyait à l'époque que les trois espionnes rendraient leurs costumes définitivement avec ce film, la réalité a finalement prouvé que rien ni personne, ni même la très fade et infantile série dérivée SpieZ ! Nouvelle Génération, n'aura réussi à les remplacer. Sam, Alex et Clover sont donc finalement revenues faire un dernier baroud d'honneur lors d'une ultime saison de 26 épisodes, en collaboration avec Disney dans le cadre de son accord de cofinancement de productions françaises. Et depuis lors, même si elles ont raccrochés leurs costumes, on ne les a jamais oublié.

Social eXpérience

14 décembre 2020 par Olikos

Voxographie sélective

Version française d'origine (2009)

Sam : Claire Guyot 1

Alex : Céline Mauge 1

Clover : Fily Keita 1

Jerry : Jean-Claude Donda 1

Mandy : Céline Mauge 1

Fabu : Karl Lagerfeld 1

Madame Scritch : Perrette Pradier 1

Tad : Emmanuel Garijo 1

Youri : Antoine Tomé 1

Peppy Garou : Thierry Mercier 1

Rob Idole : Donald Reignoux 1

Vendeur : Vincent Ropion 1

Client de Peppy Garou : Vincent Ropion 1

Coach sportif : Tony Marot 1

Voix ordinateur mise à feu : Tony Marot 1

Vendeuse : Sylvie Jacob 1

Copine de Mandy : Sylvie Jacob 1

Annonceur centre commercial : Alexandra Garijo 1

Ordinateur de bord de Fabutopia : Alexandra Garijo 1

Vigile : Patrice Baudrier 1

Nouveau proviseur : Patrice Baudrier 1