Nelly et Simon - Mission Yéti : Quelques informations

Bien qu'il s'agisse d'un long métrage québécois, Nelly et Simon - Mission Yéti est d'abord présenté au Festival International du Film Francophone de Namur, en Belgique, le 5 octobre 2017, puis diffusé en avant-première mondiale le 27 octobre 2017 au Festival Cinékid d'Amsterdam (Pays-Bas). Le public québécois doit ensuite attendre jusqu'au 23 février 2018 pour le découvrir en salle. En France, le film est présenté dans un premier temps exclusivement en région parisienne dans le cadre du programme "Mon premier festival" les 24 et 29 octobre 2018. Cependant, la sortie en salle sur le reste du territoire est fixée au 20 février 2019.

A noter qu'il ne faut pas confondre ce long métrage avec Yéti & Compagnie distribué par Warner Bros qui, en dehors de leur thème autour du Yéti, n'ont aucun rapport entre eux.

Résumé


UN EXTRAIT À DÉCOUVRIR SUR

Québec, 1956. Le destin de la jeune détective privée Nelly Maloye et celui de l'assistant de recherche en sciences Simon Picard s'entrecroisent accidentellement. Bientôt, grâce à l'aide financière d'un mécène ambitieux, les deux inconnus s'engagent dans une aventure périlleuse visant à prouver l'existence du Yéti. Accompagnés par le guide Tensing et l'oiseau bavard Jasmin, Nelly et Simon se lancent au coeur de l'Himalaya. Ils sont confrontés à plusieurs dangers et embuches au cours de leur voyage, mais apprennent à user adéquatement des forces de chacun pour atteindre leur but pour faire une révélation spectaculaire au monde entier.

Analyse de l'oeuvre 4.5
4.55

Cela fait déjà cinq ans que le studio 10th ave Productions s'est mis au défi de produire des longs métrages animés 100% québécois. Dans l'intervalle, ils en ont déjà produit trois et un quatrième est en cours de production au moment où sont écrites ces lignes. Faut-il pour autant les acclamer ? Peut-être pas encore, car le jeune studio canadien semble encore en pleine période de rodage, mais il faut leur reconnaître de bonnes idées qui arrivent à se démarquer des grosses productions des géants américains. En 2013, La légende de Sarila était très perfectible, notamment dans l'animation des personnages et leurs rôles, mais offrait un design ingénieux dans les décors. L'année suivante, Le coq de St-Victor prenait le contrepied du premier, en étant furieusement excentrique, mais avec une animation 3D délaissant le réalisme rigide au profit d'un style cartoon fluide. Pour Nelly et Simon - Mission Yéti, le studio fait un étonnant mélange des deux qui s'avère tout autant déstabilisant qu'intéressant si on lui accorde une chance. Car leur troisième long métrage fait un étonnant amalgame entre les deux techniques employées dans les deux premiers longs métrages.

Une fois encore, 10th ave Productions choisit de cibler le jeune public pour Nelly et Simon - Mission Yéti. J'avouerai que je trouve cela regrettable dans la mesure où le studio ne cherche vraiment à aucun moment à se vouloir plus universel. En cela, le long métrage souffre de facilités propres aux films pour enfants qui font rarement dans la finesse et dont l'intrigue passe un peu trop souvent du coq à l'âne à en rendre le récit un tantinet caduque. Toutefois, Nelly et Simon - Mission Yéti contrebalance ces facilités en offrant soit des situations cocasses, soit des répliques pertinentes, soit de très belle compositions visuelles. De fait, si l'on a toute les peine du monde à croire sérieusement à la moindre compétence d'investigatrice du détective Nelly Maloye, tour à tour cambrioleuse bloquée par un coffre qu'elle ne peut ouvrir, jeune fille qui se laisse facilement kidnapper malgré sa soit-disant compétence en auto-défense ou pilote d'avion sans aucune formation, le personnage offre tellement de scènes improbables à l'écran qu'elle finit par se rendre attachante malgré elle. Comme tout bon duo de cartoon, Simon Picard est évidemment son parfait opposé, résolument le scientifique binoclard embarqué malgré lui dans une mission insensée, mais dont il est en réalité à l'origine. Là encore, sa folle humeur et son désir de croiser le célèbre Yéti parviennent à rendre le personnage tout aussi mémorable que son improbable comparse.

Dans le premier acte, soit jusqu'au départ vers le Népal, 10th ave Productions insuffle une ambiance de polar des années 1950, période dans laquelle s'inscrit par ailleurs l'intégralité du récit. Mais si le début de l'intrigue se prête effectivement à ce style, c'est pour mieux en casser ses codes puisque tout ce qui est attendu est systématiquement tourné en dérision, principalement autour des actions invraisemblables de Nelly. Dans le deuxième acte, le long métrage troque l'ambiance austère pour le récit d'aventure dans des paysages enneigés. Là encore, 10th ave Productions ne s'attarde jamais au réalisme des situations vécus par les personnages qui ne subissent par exemple jamais les affres du froid à de telles altitudes. Enfin, le dernier acte ramène tous les protagonistes de l'intrigue, dont le sherpas Tensing Gombu qui les accompagne depuis le début, à jouer contre la montre pour empêcher que leur découverte ne soit rendue publique. Pour y parvenir, des coïncidences totalement invraisemblables vont ponctuer leur périple qui les ramène vers la civilisation. Bref, on se laisse amadouer par l'incongruité de tout ce que Nelly et Simon - Mission Yéti propose.

Plus que le récit lui-même, qui s'avère très prévisible dans les grandes lignes, Nelly et Simon - Mission Yéti vaut surtout le coup d'oeil pour son choix esthétique. 10th ave Productions opte pour un fort contraste entre les décors, les objets, les véhicules et les personnages. Commençons par ces derniers. Ici, le studio québécois opte pour un mélange habile entre ceux de La légende de Sarila, pour leur côté plutôt réaliste, avec ceux de Le coq de St-Victor, pour leur animation cartoon très vivante. Il en résulte des personnages qui s'avèrent étonnamment convaincants dans leurs attitudes, faits et gestes. Pour les véhicules, le studio opte plutôt pour de la 3D très proche du réaliste et qui laissent à penser que la plupart des moyens de locomotions présent dans le film sont inspirés de véhicules réels. Pour les décors et les objets par contre, le studio opte pour une fausse 2D, c'est à dire des objets 3D dont la texture se veut très proche d'une bande dessinée qui joue plus sur l'effet de perspective que sur du véritable volume. Sans nul doute, il s'agit là d'un joli travail d'orfèvre car il n'est pas rare d'avoir envie de faire un arrêt sur image pour admirer une scène en détail. C'est d'autant plus vrai que l'on a souvent cette impression d'évoluer dans une page de bande dessinée qui se mettrait soudain en mouvement.

Au tout début de cette analyse, j'évoquais le fait que 10th ave Productions était encore en période de rodage. Je tenais ici à le réaffirmer car, tout aussi sympathique que soit Nelly et Simon - Mission Yéti, il lui manque ce tout petit soupçon d'ambition qui empêche, encore aujourd'hui, de faire du studio d'animation québécois un incontournable. Derrière ses trois longs métrages, on ne détecte pas cette envie cinématographique que tente d'apporter le studio Wizart Animation par exemple. Là où ce dernier essaie, sans y être jamais parvenu toutefois, d'offrir un spectacle divertissant digne de figurer sur le grand écran, 10th ave Productions est ici plus proche du long métrage télévisée que de la vrai expérience cinéma. Il n'empêche, il est tout à fait plausible aussi que le studio québécois n'ai jamais eu ça pour objectif, mais simplement prouver au monde que la grande province francophone est capable de produire des longs métrages animés par elle-même. Sur ce point de vue, Nelly et Simon - Mission Yéti est indéniablement une réussite, particulièrement esthétique mais aussi sonore (la bande originale est très sympa). Il lui manque juste cette toute petite étincelle qui ferait sans nulle doute une plus grande différence. Qui sait, peut-être que ce sera le cas de leur prochain long métrage !

Social eXpérience

23 novembre 2018 par Olikos

Voxographie sélective

Doublage québécois d'origine (2017)

Nelly Maloye : Sylvie Moreau 1

Tensing Gombu : Rachid Badouri 1

Simon Picard : Guillaume Lemay-Thivierge 1

Annulu Gombu : Martin Boily 1

Shirisha Gombu : Lise Castonguay 1

Edouard Martineau : Stéphane Crête 1

Taylor : Edgard Fruitier 1

Mme Martineau : Sophie Faucher 1

Gardien de l'université : Martin Boily 1

Jasmin : Alexandre Warren 1

Capitaine : Martin Boily 1

Le britannique : Martin Boily 1

Yétis : François Trudel 1 , Patrick Ouellet 1

Journalistes : Sébastien Benoît 1 , Bertrand Alain 1 , Simon-Pierre Gariépy 1 , Bertrand Alain 1

Sources : 1Générique du film