Accueil Rechercher Contact Menu Ξ
x
Chercher dans Analyses Catalogue Dossiers Actualités Petites Renconstres

Disney Television Animation
Les énigmes de l'Atlantide

Atlantis - Le retour de Milo

Les énigmes de l'Atlantide sort le 26 février 2003 en France, puis le 7 septembre 2004 au Québec sous le titre de Atlantis - Le retour de Milo. Le long métrage dispose de deux versions francophones.

L'intrigue

Milo, Kida et les courageux explorateurs d'Atlantide sont de retour dans 3 nouvelles aventures pleines de suspense et d'action. D'étranges événements menacent la surface de la terre... Des déserts arides aux montagnes enneigés du Pôle nord, notre équipe de choc doit affronter un gigantesque monstre...

Analyse de l'oeuvre

Atlantide, l'empire perdu est, plus ou moins, directement à l'origine du lancement du site car j'étais l'un des rares à être à contre courant en appréciant ce long métrage et je souhaitais le faire savoir. Lors de sa sortie en salle, le film, produit par le duo de réalisateurs Gary Trousdale et Kirk Wise - déjà à l'origine des succès La belle et la bête et Le bossu de Notre-Dame -, avait reçu une volée de bois vert sans précédent pour l'empire Disney, que ce soit par la presse spécialisée que par le public et même les fans. Mal accueilli par le plus grand nombre, le long métrage était paru à une période pivot où tous les regards se tournaient désormais vers l'animation en 3D, tandis que l'animation 2D se ringardisait, d'autant plus avec les sorties innombrables de suites de piètre qualité destinées aux enfants. Dreamworks Animation lui assène même le coup de grâce à peine quelques mois plus tôt en sortant le phénomène Shrek qui détourne complètement le public vers un nouveau genre cinématographique nettement plus potache. Gary Trousdale et Kirk Wise vont d'ailleurs vertement critiquer l'ogre vert lors de leurs diverses interviews, avant que l'un des deux ne finissent par totalement changer son fusil d'épaule et se mette à produire des moyens métrages Shrek dans la même veine que ce qu'il critiquait auparavant. Bref, Atlantide, l'empire perdu fut longtemps désavoué, disons même en partie renié par ses réalisateurs qui lui ont tourné le dos, même si l'on constate depuis quelques années une sorte de réhabilitation, quoiqu'encore timide, du long métrage.

Naturellement à contre-courant à la base, Atlantide, l'empire perdu m'avait beaucoup marqué et je lui accorde toujours une place de choix dans la filmographie animée de Disney. Loin des personnages assez peu définis et manquant de relief, tout comme le déroulé de l'aventure très classique, j'ai personnellement toujours perçu le potentiel du film qui n'est rien d'autre qu'Atlantide elle-même. Ce n'est pas Milo, ce n'est pas Kida, ce n'est pas non plus Mme Placard et son goût pour le naturisme qui sont les personnages principaux du film, c'est bel et bien la cité qui est au coeur du récit et de l'aventure des personnages. Du début à la fin, c'est l'Atlantide qui réagit, qui se défend, qui s'anime quand elle est menacée. C'est elle qui protège les atlantes ou leur fournit de l'énergie. C'est également elle qui choisit ses élus lorsque cela devient nécessaire. Paradoxalement, elle est une force surnaturelle qui n'est ni bonne, ni mauvaise, car elle n'hésite pas à recourir à un sacrifice, notamment avec celui de la mère de Kida au tout début du film. Bref, Atlantide, l'empire perdu possède une mythologie extrêmement foisonnante qui n'est qu'à peine esquissée dans le film. J'ignore si Disney avait réellement conscience de son potentiel énorme à l'époque, mais toujours est-il qu'il fut envisagé de prolonger l'intrigue sous la forme d'une série télévisée. Mais la contre-performance du long métrage en salle a finalement raison de cette série dont ne vont subsister que trois épisodes achevés.

Disney n'aimant généralement pas créer des choses en pure perte décide, comme cela fut le cas pour la série avortée La belle et la bête, de réunir ces trois épisodes et de broder autour un semblant de fil conducteur. Cela donne alors naissance à Les énigmes de l'Atlantide qui paraît directement en vidéo, que les Etats-Unis considèrent comme une suite officielle, alors que la France préfére la déconnecter du premier film en ne l'ajoutant pas au sein de la collection numérotée. Toujours est-il que, pour ceux qui n'ont jamais eu connaissance de cette compilation, ils passent vraiment à côté de quelque chose. Si la qualité est effectivement très inférieure au long métrage, série d'animation Disney oblige, Les énigmes de l'Atlantide enrichit considérablement la mythologie du long métrage en connectant, de façon très habile, diverses croyances et légendes mondiales en les associant au récit fantastique de l'Atlantide. Là encore, la série télévisée va exploiter la même idée de base que le film, à savoir que l'énergie fournie par Atlantide, et qui s'est répandu à travers le monde, n'est ni bonne, ni mauvaise. Tout dépend de la personne qui en exploite ses ressources et ce qu'il compte en faire.

A partir de cette idée de base, Les énigmes de l'Atlantide propose alors trois thématiques : la vie éternelle pour le premier récit scandinave, l'appât du gain au far west pour le second récit et la mégalomanie pour le dernier dont l'histoire est puisée dans la mythologie nordique. Les trois épisodes ont ainsi en commun l'orgueil de l'être humain, dont l'avidité finit par le consumer. En face des antagonistes, notre fine équipe signe évidemment son retour, pratiquement dans son entier car les personnages n'apparaissent pas toujours ensemble, hormis dans les scènes de transition inédites rajoutées ultérieurement pour former le vidéofilm. Contre toute attente, c'est surtout Kida qui vole complètement la vedette à tous les autres, Milo inclus. Sa candeur contrebalance de façon assez drôle l'idiotie dont font preuve les antagonistes qui s'enferment dans leurs désirs. Sa façon de découvrir le monde "d'en dessus", qu'elle découvre quasiment avec des yeux d'enfants, est aussi l'occasion de dialogues cocasses sur ce qu'elle considère comme des absurdités de notre monde. Le moment où propose rien de moins qu'un paradoxe pour savoir qui de la vitrine ou de la lance enfermée à l'intérieur doit être protégée par l'autre est ainsi particulièrement savoureuse. La lance peut très bien servir d'arme pour protéger la vitrine, tout comme la vitrine peut servir de protection à la lance !

Assez peu connu par le plus grand nombre, et malgré ses ressemblances avec les récents téléfilms animés Scooby-Doo, Les énigmes de l'Atlantide s'avère donc finalement très appréciable dans son genre, pour peu que vous appréciez la mythologie du grand classique Disney dont on retrouve ici un prolongement naturel et intelligent. C'est d'ailleurs d'autant plus vrai que la série télévisée avortée semblait nettement plus prometteuse que la calamiteuse série La belle et la bête, que ce soit en termes de qualité narrative, visuelle tout comme technique. N'ayant jamais été amateur de séries animées Disney, il y a de très fortes chances que j'aurais certainement suivie celle-ci si elle avait pu voir le jour. Malheureusement, il faut désormais se contenter de cette très bonne mise en bouche que constitue Les énigmes de l'Atlantide, mais avec une appréciation finale malheureusement très amère car le vidéofilm entrouve juste une porte mais n'est pas capable ensuite de la refermer de manière satisfaisante. C'est vraiment dommage.

Olivier J.H. Kosinski - 20 novembre 2020

Bande annonce

Social eXperience

La lecture des vidéos directement depuis le site nécessite l'installation des cookies "eXperience" et "Catalogue" ainsi que des cookies tiers "Youtube" et "Vimeo". Conformément à la décision de la CNIL datant du 27 juillet 2016, votre consentement est donc nécessaire pour activer cette fonctionnalité.

J'accepte l'installation
de ces cookies

La voir sur Youtube

Vidéo à la demande


12 novembre 2019
Plus de détails
Le voir sur Disney+
Disponibilité selon restriction territoriale

Dernières parutions



2012
DVD

Plus de détails
Acheter (Neuf ou Occasion)



12 octobre 2021
Blu-ray - Édition exclusive Disney Movie Club

Plus de détails

Voxographie Francophone

Doublage (Québec - 2003)

Milo James Thatch : Patrice Dubois 

Kida : Christine Bellier 

Preston Whitmore : Benoît Marleau 

Audrey Ramirez : Camille Cyr-Desmarais 

Mme. Placard : Johanne Garneau 

Vinny : Luis de Cespedes 

Dr Ledoux : Maka Kotto 

La Taupe : Sébastien Dhavernas 

La Galette : Louis-Georges Girard 

Volgud : Aubert Pallascio 

Inger : Anne Dorval 

Carnaby : Jean-Marie Moncelet 

Chakashi : Yves Corbeil 

Sam McKeane : André Montmorency 

Erik Hellstrom : Jean-François Blanchard 

Doublage (France - 2003)

Milo James Thatch : Luq Hamet 

Kida : Laura Blanc 

Whitmore : Marc Cassot 

Audrey : Ethel Houbiers 

L'Infirmière : Sybille Tureau 

Enzo : Jean-Claude Donda 

La Taupe : Michel Mella 

Dr. Gentil : Bruno Dubernat 

Mme Placard : Laurence Badie 

Mantell : Pascal Renwick 

Cookie : Gérard Hernandez 

Volgud : Gérard Dessalles 

Inger : Marie Vincent 

Carnaby : José Luccioni 

Chakashi : Vincent Grass 

Sam McKeane : Pierre Baton 

Erik Hellstrom : Michel Barbey 

Sources :
Doublage au Québec
Carton Générique

3.5