La princesse des glaces - Le monde des miroirs magiques

The Snow Queen 4 : Quelques informations

La princesse des glaces - Le monde des miroirs magiques est le quatrième opus de la saga animée russe The Snow Queen dont le premier volet est paru en 2012. C'est le second opus à sortir en salle en France, le 17 avril 2019, contrairement aux deux premiers opus parus directement en vidéo. Comme ses prédécesseurs, le long métrage reprend les mêmes comédiens français. A ce jour, le long métrage est inédit au Québec.

Résumé


UN EXTRAIT À DÉCOUVRIR SUR

Gerda mène une vie heureuse avec son frère Kai et leurs parents magiciens au sein d'un royaume prospère où règne le roi Harald, scientifique et inventeur de génie. Préférant les nouvelles technologies aux sortilèges, le Roi Harald, décide d'exiler tous les magiciens dans le Monde des Miroirs, un endroit dont on ne peut s'échapper. Gerda est la seule à pouvoir sauver sa famille, mais pour cela, elle doit unir ses forces avec son ancienne ennemie, la Reine des Neiges...

Analyse de l'oeuvre 5
55

La quatrième tentative est-elle la bonne ? Une chose est certaine, La princesse des glaces - Le monde des miroirs magiques fait presque un sans faute en terme d'équilibre narratif, de phases d'action, d'humour simpliste sans oublier ce côté très puéril qui fait la caractéristique de la saga débutée en 2012 par Wizart Animation. J'émettrais juste un léger bémol, qu'il faut absolument garder en tête avant de se mettre devant l'écran, cette saga hivernale russe partage le même état d'esprit que la saga de L'âge de glace, à savoir que chaque nouvel opus s'efforce de toujours aller plus loin afin d'assurer le défoulement de ses spectateurs. Alors que ce quatrième opus offre une excuse magistrale pour faire réapparaître absolument tous les personnages des films précédents, La princesse des glaces - Le monde des miroirs magiques n'a finalement que bien peu de liens avec The Snow Queen, le tout premier film de la saga. Wizart Animation s'efforce d'éloigner un peu plus à chaque fois la saga du conte de Hans Christian Andersen, alors que leur respect pour l'univers du roman était l'une de ses plus grandes forces à l'époque, notamment face à la version Disney très éloignée du texte de l'auteur. Quand bien même tout ceci est vrai, la saga réussit pourtant à s'enrichir d'épisode en épisode, se constituant une mythologie particulièrement tentaculaire que seuls les plus grands amateurs réussissent à saisir dans son ampleur. Car, et c'est là que réside franchement le seul vrai défaut du film, ne rien connaître des trois opus précédents risque d'égarer les nouveaux spectateurs.

La princesse des glaces - Le monde des miroirs magiques s'efforce cependant de rallier à lui le plus grand nombre d'entre eux. Pour y arriver, Wizart Animation va directement à l'essentiel sans prendre vraiment le temps de présenter ses personnages dans une intrigue qui se suffit pratiquement à elle-même. Ceux qui ont suivi l'intégralité des films précédents n'en seront pas choqués le moins du monde, puisque chacun d'eux a déjà eu son moment de gloire à l'écran. Le studio d'animation russe se concentre donc sur le but à atteindre au détriment de toute considération pour les spectateurs qui viendraient à prendre le train en marche directement avec ce quatrième opus.

Pour autant, les fans risquent quand même de se sentir égarés, tout du moins dans un premier temps, par les choix radicaux voulus pour La princesse des glaces - Le monde des miroirs magiques. Wizart Animation choisi de trahir certains acquis, tout cela afin de remettre en cause certaines idées reçues, tout en s'efforçant de nous surprendre car chaque "trahison" trouve en réalité sens pendant le film. C'est notamment le cas de deux nouvelles idées portées par ce quatrième film : l'absence de pouvoir magique de Gerda contrairement au reste de sa famille qui en ont tous un (ce qu'aucun des trois films ne laissait supposer) et l'ambiance délibérément vernienne du film (rien ne laissait non plus entendre que ce monde était mécanisé). Attardons-nous d'ailleurs un instant sur ce second élément.

Wizart Animation n'a aujourd'hui absolument plus rien à prouver en terme de qualité d'animation, le studio russe se hisse désormais largement au niveau des grands studios américains. La princesse des glaces - Le monde des miroirs magiques offre un univers steampunck particulièrement détaillé rendant le voyage de Gerda, qui cherche à sauver sa famille, vraiment onirique. D'un bout à l'autre de l'aventure, on ne sait plus où porter son regard tant le sens du détail a été poussé à l'extrême. Le long métrage fourmille d'idées audacieuses, de scènes palpitantes et de purs moments de contemplation. Tour à tour, nous visitons une ville industrialisée d'ambiance victorienne, un immense château fortifié digne de la cour du Roi Arthur, le monde des pirates suspendu très haut dans le ciel, on revient quelque temps dans le monde de trolls, sans oublier bien sûr le magnifique monde de miroirs et son château de glace que n'aurait pas renié Elsa.

En ce qui concerne les personnages, Wizart Animation accentue encore plus le côté animation 2D exagérée, disons même quelque peu élastique, au détriment du réalisme, sans que cela ne choque finalement la rétine. Qu'on l'accepte ou non, La princesse des glaces - Le monde des miroirs magiques propose surtout des personnages un peu cartoon dans leurs actions (sans que cela ne frôle la caricature cependant) mais dans un univers fantastique très léché. La combinaison des deux genres s'avèrent pourtant étonnamment agréable car le scénario du film rend l'ensemble parfaitement cohérent.

Jusqu'à présent, la saga The Snow Queen a toujours souffert d'un énorme défaut : son côté infantile très appuyé. La princesse des glaces - Le monde des miroirs magiques n'échappe pas vraiment à cet écueil, car on compte tout un tas de scène franchement puériles. Pourtant, et c'est bien la première fois, Wizart Animation réussit cette fois parfaitement sa symbiose narrative. Le long métrage compte ce qu'il faut de scènes légères et de scènes époustouflantes, de moments d'introspection ou d'action, sans oublier ses scènes folles qui sont sa marque de fabrique. L'équilibre est cette fois quasiment parfait, si ce n'est peut-être la longue scène finale qui en fait un petit peu trop, notamment parce qu'elle puise son inspiration dans le monde fantasmagorique des Avengers et que cela paraît un tantinet hors de propos ici.

Mais en observant la réaction des enfants dans la salle, il semble évident que Wizart Animation a parfaitement compris les attentes du jeune public actuel qui apprécient ce genre de grandes scènes bourrées d'action, peu importe que la logique soit jetée au vestiaire. C'est d'ailleurs un constat que l'on fait aussi sur l'ensemble des nouveaux personnages un peu bêtes que compte le film, on ne s'étonne pas de les voir rire à leurs dépends, cela a été pensé spécifiquement pour eux. L'énorme avantage de La princesse des glaces - Le monde des miroirs magiques, c'est que cette fois, le studio ne prend vraiment pas ses spectateurs pour de grands enfants. L'intrigue s'avère en effet plus mature qu'à l'accoutumé, preuve que Wizart Animation a tenu compte des parents et des fans qui ont grandi en sept ans.

En faisant un peu moins dans la démesure que ces prédécesseurs, tout en réussissant à mieux équilibrer sa narration, La princesse des glaces - Le monde des miroirs magiques réussit presque à faire un sans faute. On se laisse entraîner par ses choix étonnants, on accepte certains parti-pris qui vont à l'encontre de la mythologie pré-établie auparavant car cela trouve chaque fois une explication logique, on accepte même le retour de quasiment tous les personnages emblématiques dont celui de Rollan, car ils sont plutôt bien amenés à l'écran. Par contre, on ne pourra pas renier que Wizart Animation a encore trop souvent tendance à avoir recours à quelques facilités, particulièrement certains retournements de vestes un peu téléphonés ainsi que sa séquence finale qui fait dans l'excès. Il n'empêche, La princesse des glaces - Le monde des miroirs magiques est une très sympathique aventure qui mérite très largement sa diffusion sur grand écran. Bien que je pensais, en toute sincérité, que l'opus numéro trois offrait une parfaite conclusion, preuve en est que la saga The Snow Queen a encore des choses à raconter, en espérant juste que le studio russe n'ai pas les yeux plus gros que le ventre et ne dénature pas complètement son univers dans un proche avenir. En attendant, ce quatrième opus prouve surtout que Wizart Animation semble avoir bel et bien rejoint la cour des grands studios d'animation.

Social eXpérience

28 avril 2019 par Olikos

Voxographie sélective

Doublage français d'origine (2019)

Gerda : Isabelle Volpé 1

Kai : Jean Adrien Espiasse 1

Rollan : François Créton 1

Orm : Patrick Noérie 1

Alfida : Gabrielle Jéru 1

Grandma : Catherine Cerda 1

Shaman : Olivier Angele 1

Rahat : Eric Marchal 1

Locum : Jean Marco Montalto 1

Femme Pirate : Suzanne Sindbgerd 1

Reine des neiges : Claudine Gremy 1

Roi Harald : Alexandre Coadour 1

Louis : Sophie Planet 1

L'amiral : Patrick Noérie 1

Henri : Jean-Pierre Leblan 1

Arrog : Jochen Hägele 1

Sources : 1Générique du film