Accueil Rechercher Contact Menu Ξ
x
Chercher dans Analyses Catalogue Dossiers Actualités Petites Renconstres

Square-Enix
Kingdom Hearts

Melody Of Memory

Kingdom Hearts Melody Of Memory est un jeu-vidéo musical qui permet de jouer en rythme sur 150 morceaux extraits des bandes origines de tous les jeux-vidéos de la saga sortie avant celui-ci. Il sort simultanément sur Playstation 4, Switch, X-Box One et PC le 11 novembre 2020. Sauf erreur, le titre n'existe qu'en version numérique dans les environnements Microsoft. Le titre dispose d'un mode multijoueur en ligne, nécessitant un abonnement pour y accéder.

L'intrigue

Un an s'est écoulé depuis que Sora a utilisé le pouvoir de l'éveil afin de ramener Kairi. Mais il y avait un prix à payer pour ce geste : Sora a désormais disparu sans laisser aucune trace. Souhaitant par dessus tout retrouver son ami d'enfance, Kairi tente alors de retrouver le coeur perdu de Sora en sondant leur mémoire commune. Elle espère ainsi pouvoir le localiser...

Analyse de l'oeuvre

Alors que le tout premier jeu de la saga fête en 2022 son 20e anniversaire, il faut reconnaître que le concept imaginé par Tetsuya Nomura et produit par Shinji Hashimoto s'est mué depuis en une grande saga bordélique dans tous les sens du terme. Avec vingt ans de recul, il faut reconnaître que le concept initial de Kingdom Hearts était vraiment très bon et, tant pis pour ceux qui trouveraient à redire, sans nul doute le seul épisode de toute la sage dont la fusion entre les univers Final Fantasy et Disney est vraiment le plus réussi. Si le gameplay douteux et la caméra complètement foireuse ont tôt fait de faire préférer son second épisode, Kingdom Hearts II paru en 2005 qui repoussait tous les curseurs au maximum, la saga n'a absolument jamais réussi à réitérer l'exploit narratif de son tout premier amalgame. Si la saga s'est énormément étoffée par la suite, tous les personnages se sont depuis très largement émancipés. Kingdom Hearts a, peu à peu, perdu de vue ses origines, Final Fantasy et Disney devenant au fur et à mesure des années des éléments de second plan, jusqu'à atteindre un certain paroxysme avec Kingdom Hearts IIIFinal Fantasy a même complètement disparu et Disney est devenu une part anecdotique forcée que beaucoup considèrent désormais comme un héritage lourd qui devrait disparaître pour de bon. Ce n'est pas une considération hasardeuse à la vue des choix de Tetsuya Nomura, qui ne sait visiblement plus quoi faire d'eux dans le troisième opus.

Kingdom Hearts subit également des évolutions erratiques voulues par Tetsuya Nomura. J'ai longtemps cru que l'homme derrière les personnages et l'intrigue savait où il voulait aller. Mais avec le temps, je me suis finalement rendu compte que Tetsuya Nomura est le roi de l'esbroufe. Il n'a absolument jamais eu le moindre plan d'ensemble pour l'intrigue globale de Kingdom Hearts, se contentant juste d'aller dans le sens de ses idées qui le portent au fur et à mesure qu'il les invente. Je ne compte plus le nombre impressionnant de continuités rétroactives que chaque épisode a apporté pour justifier, souvent aux forceps, la nouvelle direction narrative où il voulait emmener les joueurs. Si la saga Kingdom Hearts est autant capillotractée et souvent jugée, à tort, extrêmement complexe (je suis moi-même longtemps tombé dans le panneau), c'est surtout parce que Tetsuya Nomura part dans toutes les directions en naviguant à vue, laissant la communauté échafauder tout un tas de théories extrêmement complexes qui, en réalité, n'ont pas lieux d'être. Ce qui explique pourquoi la saga s'est autant éparpillée en vingt ans.

Kingdom Hearts s'est donc essayé à tous les genres et, surtout, à diverses consoles et appareils mobiles. Ce qui nécessitait diverses concessions, notamment en termes de jouabilité. Si la saga s'est également autant diversifiée, c'est parce que feu Squaresoft, désormais connu comme Square-Enix, croulait d'abord sous les dettes de l'immense gouffre financier qu'avait représenté l'énorme échec de Final Fantasy - Les créatures de l'esprit. Ensuite, après le très gros succès de Kingdom Hearts II, Square-Enix s'est retrouvé enlisé dans un projet au très long court autour du destin tragique de Final Fantasy Versus XIII sur laquelle l'équipe de développement de Kingdom Hearts était mobilisé pendant plus de dix ans, repoussant continuellement la parution de Kingdom Hearts III. Dans l'intervalle, si la saga voulait continuer à vivre dans l'actualité et éviter de devenir moribonde, il fallait trouver un bon moyen de continuer d'exister. Kingdom Hearts s'est dès lors, éparpillée aux quatre vents : Coded, 358/2 Days, Birth by Sleep, Dream Drop Distance, suivi de remakes (Re: Quelque Chose) et, surtout, de remaster (saga portée sur Playstation 3), puis de remaster de remaster (saga portée sur Playstation 4), sans oublier remaster de remaster de remaster (saga portée sur PC) pendant un gros passage à vide durant 8 longues années. Or, s'il y a une chose sur laquelle je ne peux trouver à redire, c'est que Tetsuya Nomura est assez futé en stratégie marketing. Si rien ne justifie de racheter chaque nouvel opus ou remaster, le bougre a toujours fait en sorte de rajouter un petit bonus supplémentaire, risible quand on y pense, qui consiste en l'ajout de nouveaux éléments de gameplay (nouveaux boss la plupart du temps), mais, surtout, d'éléments scénaristiques inédits sous la forme d'un avant goût faisant le lien vers un prochain opus. Tetsuya Nomura a toujours joué cette carte, y compris dans certains évènements incongrus comme le concert itinérant Kingdom Hearts Orchestra -World of Tres- qui contenait une intrigue inédite et canonique autour de Naminé.

Kingdom Hearts Melody Of Memory s'inscrit totalement dans cette démarche mercantile qui sert à la fois à continuer de faire vivre la saga dans l'actualité, en attendant d'avoir quelque chose de plus consistant à se mettre sous les mains, tout en servant aux fans une intrigue au contenu finalement sans réel vrai intérêt ni enjeux spécifiques, puisqu'elle se place dans la continuité du DLC Re: Mind ajoutée à Kingdom Hearts III en 2020 sans rien apporter de plus que ce que l'on savait déjà. Mais la stratégie fonctionne, puisque j'en suis moi-même la victime directe en l'ayant acheté, mais en ayant eu la présence d'esprit d'attendre qu'il soit proposé à prix réduit. Pour justifier cette "nouvelle intrigue", Tetsuya Nomura choisit donc de faire adopter à Kingdom Hearts la forme d'un jeu de rythme musical. Ce n'est pas tout à fait une grande première, puisqu'on a déjà eu l'occasion de jouer quelques niveaux dans cet esprit, notamment dans les aventures en compagnie de Winnie l'ourson ou bien d'Ariel. Toutefois, c'est bien la première fois qu'un Kingdom Hearts s'y consacre en totalité sur pas moins de 150 morceaux et autant de niveaux à traverser, selon trois niveaux de difficultés (Débutant, Standard et Expert) soit 450 variations en tout ! Il faut s'accrocher si on veut absolument retourner l'intégralité du jeu qui se veut surtout, dans l'esprit, moins un jeu musical qu'un pur jeu de scoring. Les japonais ont toujours été très friands de ce type de courses au meilleur score possible. Kingdom Hearts Melody Of Memory est d'ailleurs extrêmement punitif, puisque le timing est ici parfois à la limite de la perversité, surtout en mode Expert où c'est le "par coeur" qui prime sur tout le reste. Inutile d'espérer compter sur les mélodies entendues, les multiples combinaisons de touches n'entrant pas toujours en résonance avec le rythme musical. Personnellement, je trouve que c'est là une faute monumentale du jeu.

Un bon jeu de rythme, quel qu'il soit, nécessite un temps d'exécution extrêmement court. Or, à un moment donné, quand la perte de repère devient inévitable, on ne peut quasiment plus que se fier à ses propres sens et à ses réflexes : vue et toucher évidemment, puisque le jeu impose une touche de la manette que seul l'oeil peut reconnaître, mais surtout ouïe puisque, en théorie, l'action d'une touche doit correspondre au moment précis où une note spécifique résonne. Problème, Kingdom Hearts Melody Of Memory ne joue vraiment pas toujours le jeu - c'est le cas de le dire - en prenant un malin plaisir à être volontairement incohérent sur certains morceaux et, histoire d'en rajouter une couche, d'être extrêmement punitif puisqu'il n'est pas rare qu'une brève erreur de manipulation en entraîne d'autres en cascade. Et cela, quel que soit le mode de difficulté choisi au départ. Alors qu'elles sont l'une des choses les plus qualitatives de la saga, beaucoup de musiques issues de tous les opus desservent parfois l'intérêt de certains mondes de Kingdom Hearts Melody Of Memory. Il n'est pas rare qu'une musique est un tempo trop lent pour s'avérer intéressant, tandis que d'autres sont au contraire trop énergiques. Tout au plus, sur les 150 morceaux que je me suis parfois forcé de faire sous peine de ne pas voir le générique de fin, seuls une grosse quinzaine de mondes s'avèrent très amusant à faire et refaire. Il y a un manque flagrant entre le rythme des morceaux entendus et la combinaison de touches imposées. Soit c'est trop mou, soit c'est trop frénétique et, trop souvent, ça ne suit pas du tout la cadence et le rythme du morceau entendu. Même les bruitages ne sonnent pas en harmonie, sauf à sortir un "Excellent Multicolore", ce qui oblige à être parfait d'un bout à l'autre.

A chaque erreur, le son est dissonant, le joueur lambda entend donc plus régulièrement une vraie cacophonie plutôt qu'un joli titre issu de la bande originale des jeux. La difficulté ne change d'ailleurs rien au problème. Commencer un morceau en Débutant, Standard et Expert ne fait que déterminer le nombre de touches sur lesquelles vous allez devoir appuyer, sans jamais changer les moments clés du morceau. Or, si cette harmonie est foireuse dès le mode Débutant, ça le sera tout autant dans les deux autres modes de difficulté. L'équilibre adéquat n'étant atteint que dans la quinzaine de morceaux évoqués plus tôt. La frustration augmente juste un peu plus, jusqu'au point de rupture en Expert où l'on rêverait d'avoir autant de mains que Shiva pour en venir à bout. Par exemple, One Winged Angel, le célèbre et superbe thème de Sephiroth, donnera d'effroyables sueurs froides à quiconque tentera de l'affronter en Expert. Heureusement, il s'agit d'un des trois mondes facultatifs du jeu, ne nécessitant pas d'être fait pour en voir la fin. Évoquons d'ailleurs à peine le mode Virtuose offert en complément des trois précédents modes et déjà suffisamment prises de tête pour ne pas s'y attarder plus que ça (je vous laisse d'ailleurs contempler la vidéo d'accompagnement de cette analyse juste pour vous en donner une petite idée du genre de difficulté de ce mode).

D'un point de vue technique, n'ayant pas peur de le dire, Kingdom Hearts Melody Of Memory est à la traîne sur cette génération de consoles. Le moteur du jeu reprend tout bonnement celui qui est utilisé dans les compilations HD de la saga. Si vous rêviez de pouvoir vous exercer sur les grands moments de Birth by Sleep 0.2 - A fragmentary passage - ou encore Kingdom Hearts III, faites immédiatement une croix dessus ! Le développeur Indieszero chargé de la conception de ce titre pour Square-Enix fait avec les moyens du bord et ce qu'on lui a donné. En gros, pour tous les titres des compilations HD, l'arrière-plan reprend strictement certains niveaux emblématiques en plaçant simplement une caméra volante dans le ciel, à laquelle est accolé par-dessus un long couloir prenant la forme d'une partition composée des touches à presser, à la place des notes. L'idée est louable, mais elle rend hautement risible le côté étriqué de ces niveaux ridiculement petits en fin de compte. Pour ce qui est des deux jeux les plus récents, Indieszero contourne la difficulté en remplaçant le principe par ce qu'il nomme un combat cinématique. En gros, un vidéoclip composé d'extraits des cinématiques des jeux, placés bout à bout sans aucune réelle logique, sur lesquelles ont doit presser une succession de touches différentes. Enfin, Kingdom Hearts Melody Of Memory offre une troisième et dernier mode, le combat de boss qui combine un peu les deux autres. Cela donne une sorte de cinématique améliorée, derrière laquelle votre réussite déterminera une action ou un malus, mais c'est à peu près tout. Dans tous les cas de figure, les personnages sont issus, principalement, des premiers jeux où ils apparaissent (on se farcit encore le Sora de 2002 donc), sans aucune possibilité de composer sa propre équipe puisque imposée, ni amélioration aucune, bugs graphiques inclus (dans certains morceaux frénétiques l'animation des personnages est soit saccadée soit tronquée, car le moteur est incapable de suivre le rythme).

Pour ce qui est du scénario, Tetsuya Nomura n'apporte quasiment rien de nouveau, il nous fait du recyclage en règle. Toutefois, l'artiste a visiblement pris en compte les fans qui voudraient aller au bout de l'intrigue sans se prendre la tête. A moins d'être un adapte du scoring, Kingdom Hearts Melody Of Memory lâche assez facilement la bride à ceux qui ne veulent faire que l'histoire, le tout en une dizaine d'heure en ligne droite seulement. Chaque morceau ne dépassant guère les deux minutes chacun. Hormis la section consacrée à Birth by Sleep, qui obligera à obtenir plus d'étoiles en se forçant certains objectifs pour déverrouiller les mondes suivants contrairement aux autres où cela n'est pas du tout nécessaire, le quota minimal de ces mêmes étoiles s'avère assez dérisoire pour pouvoir progresser sans être trop frustré. Suffisamment pour n'avoir à faire chaque monde quasiment toujours en une seule fois. Kingdom Hearts Melody Of Memory ponctue d'ailleurs tout le parcours de 36 cinématiques inédites, dans leur forme uniquement, mais pas en termes de contenu, ce qui pousse à vouloir terminer le jeu pour avoir le fin mot de l'histoire. Malheureusement, là encore, c'est une assez grosse désillusion puisque sur les 36 vidéos, 35 ne sont en réalité que des résumés des différentes intrigues de tous les jeux avant celui-ci racontés par Kairi. Quant à la dernière, censée être la pièce de choix la plus attendue du jeu, elle ne fait qu'énoncer à haute voix des évidences que le DLC Re:Mind avait déjà mis en exergue auparavant. Au final, on n'y apprend que des choses assez anecdotiques : que Kingdom Hearts Melody Of Memory se déroule un an après les évènements de Kingdom Hearts III, que Sora est - encore - perdu dans un autre monde que ceux qu'on connait jusque là (Il aime bien s'éparpiller depuis 20 ans), que Kairi va - encore - s'entraîner à manier la Keyblade (Bientôt 10 ans qu'elle s'exerce celle-là...), que Riku va - encore - partir à la recherche de Sora (C'est tout ce qu'il fait dans tous les jeux, quelle plaie ce Sora) et que Mickey va - encore - faire des recherches (pour finalement ne rien apprendre car Sora l'aura résolu avant sans faire exprès). Bref, rien de neuf sous le soleil.

Que retenir de Kingdom Hearts Melody Of Memory ? Sans nul doute que le titre arrive bien trop tard et ne s'accorde pas vraiment à l'époque de sa sortie. A l'époque de la PS2 et de la Wii, éventuellement, avec un beau tapis sur lequel danser et défier ses amis durant une folle soirée musicale endiablée, comme l'illustre maître du genre Dance Dance Revolution, ça aurait pu le faire. Aujourd'hui, tout seul, devant son écran, avec pour seul accessoire une manette dont le temps de latence est en plus mal réglé, c'est déjà beaucoup moins drôle. Si en plus vous n'êtes pas du tout adepte du scoring, dont c'est accessoirement l'unique finalité et l'unique raison de rejouabilité, Kingdom Hearts Melody Of Memory perd en substance le peu d'intérêt qu'on pouvait lui accorder. En y ajoutant que Tetsuya Nomura nous prend pour des billes en nous fourguant un contenu scénaristique absolument ridicule et sans intérêt aucun, on a tôt fait de se dire que le seul et unique intérêt stratégique de Kingdom Hearts Melody Of Memory, c'est de remplir les caisses de Square-Enix sur le dos des fans désabusés. Il est d'ailleurs certain que, toute mention de Kingdom Hearts retirée, Melody Of Memory serait sans nul doute tombé dans les tréfonds de l'oubli de la mémoire collective que Kairi cherche justement à retrouver. Elle aurait mieux fait de s'abstenir. Si seulement l'intrigue vous intéresse, regardez les cinématiques en ligne. Si vous aimez la bande originale, procurez-vous les albums. Kingdom Hearts Melody Of Memory ne s'adresse qu'aux adeptes du scoring voulant baigner dans l'ambiance musicale de la saga et c'est tout. Il n'y a absolument rien d'autre à y faire, sauf si vous aimez souffir tout en écoutant de la musique.

Olivier J.H. Kosinski - 28 mars 2022

Bande annonce

Social eXperience

La lecture des vidéos directement depuis le site nécessite l'installation des cookies "eXperience" et "Catalogue" ainsi que des cookies tiers "Youtube" et "Vimeo". Conformément à la décision de la CNIL datant du 27 juillet 2016, votre consentement est donc nécessaire pour activer cette fonctionnalité.

J'accepte l'installation
de ces cookies

La voir sur Youtube

Dernières parutions



13 novembre 2020
Nintendo Switch

Plus de détails
Acheter (Neuf ou Occasion)



13 novembre 2020
Playstation 4

Plus de détails
Acheter (Neuf ou Occasion)

3