Buzz l'Éclair, le film - Le début des aventures

Buzz Lightyear de Star Command - Le début des aventures

Buzz l'Éclair - L'aventure commence / Les aventures de Buzz l'Éclair - La nouvelle équipe

Quelques informations

Sous ces quatre titres francophones alternatifs se cachent le long métrage qui ouvre la série télévisée consacrée au ranger de l'espace, Buzz l'Éclair et qui sort directement en VHS et DVD le 01 août 2000 au Québec, puis le 1er février 2001 en France.

Buzz l'Éclair, le film - Le début des aventures, est le titre français du film tel qu'il est présenté sur la jaquette du film, c'est celui que j'ai retenu dans cette fiche. Buzz Lightyear de Star Command - Le début des aventures est le titre original du film proposé au Québec. Buzz l'Éclair - L'aventure commence est le titre français alternatif sous lequel le long métrage a été diffusée à la télévision pour la première fois. Les aventures de Buzz l'Éclair - La nouvelle équipe, enfin, est le titre retenu pour la version découpée en trois épisodes et intégrés directement à la série télévisée. Dans tous les cas de figure, hormis quelques modifications mineures, le contenu est exactement le même quelle que soit la version du titre.

Résumé


UN EXTRAIT À DÉCOUVRIR SUR

Message urgent - Message urgent - Zurg continue sa croisade diabolique à la conquête de l'univers. Ses troupes viennent d'envahir la planète des aliens verts. Buzz et son équipe de téméraires rangers de l'espace, composés de la mystique princesse Mira Nova, du gentil mais catastrophique Booster et du robot expérimental XR, sont les seuls à pouvoir sauver la galaxie ! Buzz va-t'il réussir à sauver les aliens verts ? Va-t'il gagner son combat contre l'abominable Empereur Zurg ? - Fin de transmission.

Analyse de l'oeuvre 2.5
2.55

À la suite du succès en salle du tout premier film entièrement animé en 3D au monde, Disney envisage très vite d'exploiter au maximum cette nouvelle mine d'or, sans se gêner au passage pour s'assoir gentiment sur le deal qui existe avec Pixar et qui prévoit normalement la réalisation conjointe de cinq films d'animation. Avec l'avènement des suites commercialisées directement en vidéo impulsées par l'ère Michael Eisner, il est en effet rapidement envisagé de concevoir un Toy Story 2 spécialement pour ce support, mais dont Disney trouve habilement la parade pour ne pas l'inclure dans la liste des cinq films réalisés conjointement avec Pixar. Le studio étant trop jeune et fragile en ce temps là, accepte bon gré mal gré la contrainte, à la seule condition toutefois de se charger pleinement de la conception d'un second long métrage qui deviendra au fil des décennies une énorme franchise. Mais le film à petit budget original prend de l'ampleur et une grosse mythologie va être développée pour arriver au résultat final absolument phénoménal qu'est Toy Story 2, il y a déjà 20 ans de cela. Parallèlement au développement du film, Disney envisage de créer une série télévisée dérivée basée sur Buzz l'Éclair afin de conforter la mythologie du personnage et qui devait servir de préquelle à l'intrigue du personnage dans Toy Story 2. Mais le changement de média du film, désormais proposé en salle, et des retards de productions finissent par désolidariser les deux, Les aventures de Buzz l'Éclair ne voyant finalement le jour que quelques mois plus tard.

À l'origine, le concept d'une série en 2D basée sur le personnage était déjà envisagée par Pixar dès la conception de Toy Story premier du nom. Lee Unkrich avait en effet spécifié en 2000 qu'une des pistes retenues pour l'histoire de Buzz l'Éclair était de dévoiler durant le film de 1995 un cartoon 2D le mettant en scène. Le personnage qui intégrait la grande famille des jouets d'Andy découlait donc du succès populaire de cette série télévisée fictive qu'adorait regarder le jeune garçon. L'idée fut finalement abandonnée car l'équipe créative de Pixar pensait alors que cela allait égarer les spectateurs, qui s'attendaient à découvrir une expérience cinématographique intégralement en 3D, mais également que cela ne rendrait pas justice au personnage dont le design en 3D était nettement plus élaboré que celui envisagé pour le cartoon en 2D. Finalement, le succès considérable de Toy Story a naturellement fait ré-émerger cette idée quelques années plus tard, Disney voulant absolument développer une série dérivée spécialement conçue pour la télévision. Mais comme pour toutes les séries télévisées Disney produites depuis les années 1980, la série fait d'abord ses premiers pas dans un vidéofilm qui, contrairement à ses aînées proposés lors de soirées spéciales, est directement proposé en vidéo dans le commerce sous le titre de Buzz l'Éclair, le film - Le début des aventures.

Dans ce vidéofilm, qui est resté durant de longues années l'unique oeuvre dérivée de l'univers Pixar (mais en est toujours, à ce jour, l'unique série télévisée, les courts métrages n'entrant pas dans cette catégorie), le studio Disney propose une sorte de mise en abyme où les jouets d'Andy partent à la découverte des origines de l'existence même de leur ami Buzz en se lançant tout bonnement dans la découverte des premières aventures animées du personnage. Buzz l'Éclair, le film - Le début des aventures s'ouvre donc sur une séquence entièrement réalisée en 3D par Pixar, se situant chronologiquement après la fin de Toy Story 2, où les jouets réceptionnent la VHS du vidéofilm. Dès lors, l'histoire de la série à proprement parler débute en dévoilant aux spectateurs les divers protagonistes. Dans les grandes lignes, on connaît déjà les contours de l'intrigue générale grâce à Toy Story et à Toy Story 2 qui en avait délivrées quelques bribes. De fait, on ne s'étonne pas vraiment de revoir apparaître à l'écran l'infâme Empereur Zurg (Vous savez, le papounet... oups, pardon, je m'égare...), ni les petits aliens tout verts qui vouaient un étrange culte au grappin. Pour tout le reste par contre, tout ce que propose Buzz l'Éclair, le film - Le début des aventures est évidemment inédit. Le vidéofilm est l'occasion d'en apprendre beaucoup plus sur l'unité de protection universelle des rangers de l'espace (L'unité "Pure" pour les intimes) de Star Command, directement inspirée de la fédération des planètes unies de Star Trek (logo détourné inclus), ainsi que l'ensemble des membres qui la constitue, Buzz n'en étant qu'un parmi les autres, même s'il fait parti de l'élite pour ses nombreux faits d'arme.

Bien entendu, Buzz l'Éclair, le film - Le début des aventures s'attarde surtout à développer la mythologie de Buzz l'Éclair à un point clé de sa vie. On ne remonte en effet pas le temps jusqu'aux origines de l'intégration de Buzz à Star Command, l'histoire débute lorsque Buzz essuie le premier gros revers de sa carrière. Lors d'une mission périlleuse, fomentée dans l'ombre par Zurg, Buzz perd son partenaire de mission qui se sacrifie pour lui laisser une chance de s'échapper. Durement marqué par cet évènement, Buzz décide alors de désormais faire cavalier seul, alors même que cela va à l'encontre de l'ensemble des directives de Star Command, dont il a pourtant rédigé une grande partie. Refusant de perdre un aussi bon élément, aussi borné qu'il puisse être, le commandant Zeb Nebula lui impose dans un premier temps de former les nouvelles recrues. Voyant que cela est insuffisant pour lui faire changer d'attitude, il lui ordonne d'être partenaire avec la jeune Mira Nova, une jeune femme aux capacités incroyables et qui ne se laisse pas du tout démonter par l'attitude de Buzz, et lui adjoint également les services du robot XR. Ensemble ils doivent partir en mission pour sauver la planète des petits aliens verts menacées par Zurg. Là-bas, Buzz va faire une tragique découverte qui lui permet, enfin, de reconsidérer son rôle à Star Command.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que Buzz l'Éclair, le film - Le début des aventures interpelle, pas forcément pour ses qualités narratives. Il faut dire que l'année 2000 est un carrefour, un point d'étape, un passage de relais entre une 2D devenue "obsolète" aux yeux du grand public et une 3D devenue véritable phénomène "de mode". Le vidéofilm, tout comme la série qui a suivi, se trouve le cul entre deux chaises car le rendu visuel s'avère très passable, disons même quasiment archaïque. Même si le vidéofilm ne cache pas son inspiration pour les sagas galactiques du passé, Star Trek en tête, l'environnement visuel se veut finalement très proche de ce que la concurrence proposait dans les années 1980 (on pense inévitablement à Albator, Jayce et les conquérants de la lumière, Les héros de la galaxie, 20 000 lieues dans l'espace...), mais avec une intrigue bourrée de stéréotypes propre aux années 1990. Mais, dans les faits, on arrive à se faire au design général du vidéofilm dans la mesure où le rendu global est propre, pour une fiction pour enfant de ce calibre tout du moins, et parce que la narration se révèle au final plutôt convaincante, sans voler bien haut non plus.

Avec le temps, et le lancement de la série à proprement parler, Buzz l'Éclair, le film - Le début des aventures se métamorphose. Le vidéofilm est d'abord transformé en téléfilm pour la télévision sous le titre de Buzz l'Éclair - L'aventure commence dans lequel l'introduction originale réalisée en 3D par Pixar est supprimée (celle où tout le monde réceptionne la VHS) au profit d'un nouveau générique plus basique, imbriquant une petite nouvelle animation 3D inédite (Où Buzz s'élance devant le poste de télévision), puis le téléfilm est lui-même découpé en trois parties intégrées directement à la série sous le titre de Les aventures de Buzz l'Éclair - La nouvelle équipe partie 1, partie 2 et partie 3. Aux Etats-Unis, la transformation du vidéofilm en téléfilm a également pour conséquence le remplacement de Tim Allen dans le rôle de Buzz (qui avait joué le personnage spécialement pour le vidéofilm) par Patrick Warbuton qui lui succède sur l'ensemble des épisodes de la série (alors qu'il avait initialement doublé le vidéofilm avec d'être remplacé par Tim Allen au tout dernier moment).

La version française, commune des deux côtés de l'Atlantique, ne subit par contre aucun changement de la sorte puisque l'on retrouve le même doublage dans les deux versions. Par contre, seule la version télévisée et VHS furent fut intégralement localisée, Buzz l'Éclair, le film - Le début des aventures conservant sur la version DVD toutes les inscriptions et panneaux exclusivement en anglais. Enfin, le passage au format télévisée a entrainé une seconde conséquence plus fâcheuse, visuelle cette fois, puisque la série étant tournée et diffusée en 4/3, le vidéofilm, originalement proposé en 16/9, a subi un gros rognage éliminant tout ce qui se situe au delà des écrans de télévision de l'époque. Il était en effet de notoriété publique que le public américain détestait voir des bandes noires sur leurs postes de télévision, d'où le charcutage massif de nombreux films animés proposés en VHS en ce temps là.

Avec 20 ans de recul, Buzz l'Éclair, le film - Le début des aventures se laisse finalement un peu mieux apprécier qu'à l'époque de sa sortie où l'on était un peu moins conciliant face au gouffre graphique de la série par rapport aux deux films animés de Pixar. Dans les grandes lignes, le téléfilm s'avère en fin de compte efficace dans sa manière d'introduire la future série télévisée tout en réussissant à concilier les informations éparses introduites dans les deux premiers Toy Story sans les dénaturer. Cela permet donc d'enrichir considérablement la mythologie d'un personnage très fortement apprécié du public.

Social eXpérience

Récentes parutions


DVD Simple - 01 février 2012
Plus de détails
Acheter (Neuf ou Occasion)

17 janvier 2020 par Olikos

Voxographie sélective

Doublage français d'origine (2000)

Buzz l'Éclair : Richard Darbois 1

Mira Nova : Laura Blanc 1

XR : Eric Legrand 1

Booster : Eric Missoffe 1

Empereur Zurg : Michel Mella 1

Warp Noir Dessein : Serge Faliu 1

Agent Z : Serge Faliu 1

Commandant Nebula : Marc Moro 1

Une larve : Eric Metayer 1

Woody : Jean-Philippe Puymartin 1

Rex : Henri Guybet 1

Bayonne : Patrick Préjean 1

Siffli : Thierry Wermuth 1

Alien vert : Thierry Wermuth 1

Aliens Verts : Patricia Legrand 1

Le sergent : Marc Alfos 1

Voix additionnnelles : Elisa Bourreau 1 , Cédric Dumond , Marc Séclin , Fabien Briche , Jean-Paul Solal , Bruno Raina