Le double univers de Buffy et Angel (Partie 2/3)

21 décembre 2011 à 7 h 46 par Olikos

Si vous êtes un inconditionnel de la série Buffy contre les vampires, ou si vous avez au moins lu la première partie du dossier consacré à l’univers créé par Joss Whedon sur ce même blog, vous savez pertinemment qu’à partir de 1999, ce monde s’est scindé en deux parties. L’une d’elle s’est poursuivie dans la saison 4 de Buffy contre les vampires, tandis que l’autre s’aventurait en terrain inconnu dans une nouvelle série dérivée : Angel. Le précédent univers établit de Buffy contre les vampires se fracture donc en deux entités différentes, et les deux séries sœurs vont progresser vers des thématiques à la fois radicalement opposées mais aussi parfaitement complémentaires. Tandis que Buffy contre les vampires va mettre en avant la thématique de l’espoir qui surmonte tous les obstacles, Angel se fera un malin plaisir d’aborder la thématique inverse, à savoir le désespoir qui ne conduit nulle part. Car il faut se l’avouer, tandis que Buffy et ses amis se démènent comme des démons et réussissent toujours à triompher, quoi qu’Angel et son équipe entreprennent, ils n’avancent que de deux pas pour mieux reculer de trois.

La saison 4 de Buffy contre les vampires est clairement née sous une très mauvaise étoile, à l’exception des deux trois premiers épisodes, et l’apothéose de génie qu’est l’épisode 4×10 – Un silence de mort (un bijou d’inventivité où quasiment tout l’épisode est dépourvu de dialogues), la saison 4 s’empourpre dans des épisodes sans aucune consistance. La faute en revient à fait à deux éléments particuliers : la désormais tristement célèbre Initiative et le fade Riley Finn. Commençons d’abord par l’Initiative. Il s’agit en gros d’une cellule militaire secrète qui connaît l’existence du monde occulte et des démons. Leur but est de traquer, étudier et rendre inoffensif chaque créature non humaine. De là à parler de société secrète et de théorie du complot, il n’y a qu’un pas que Joss Whedon va franchir, à notre grand regret. En quelques épisodes, l’Initiative discrédite quasiment tout l’univers de Buffy. Il faut s’avouer que la saison 4 a également contre elle l’énorme désavantage de faire suite à la sublime saison 3, et a aussi le malheur de retirer des personnages particulièrement intéressant, à l’instar d’Angel, de Cordelia et de Wesley au profit de héros anecdotiques.

Et le summum du mauvais goût échoue au pauvre Riley Finn. Étant le premier succédant à Angel et son inoubliable idylle qu’il entretenait avec Buffy, Riley attire dès le début une vive antipathie. Aussi charmant soit-il, Riley ne parvient jamais à être crédible. Que ce soit dans le rôle du simple anonyme rencontré à la bibliothèque, de l’assistant du professeur de psychologie ou du redoutable chef d’un commando militaire, aucun de ces rôles ne lui conviennent. Alors petit ami de Buffy, c’était aussi perdu d’avance !

La saison 4 a donc énormément de mal à satisfaire les spectateurs exigeants, habitués jusqu’alors à des arcs scénaristiques maîtrisés et cohérents. Le salut de la saison 4 ne provient finalement que dans les superbes crossover avec la saison 1 d’Angel. Car avouons-le, tandis que la saison 4 de Buffy contre les vampires diminue en intensité d’épisode en épisode, la saison 1 d’Angel en met plein les yeux. De remarquables épisodes s’enchaînent non stop les uns à la suite des autres, l’intensité dramatique de certains d’entre eux fleurent l’excellence (1×05 – L’appartement de Cordélia, 1×09 – Sacrifice héroïque, 1×19 – Sanctuaire…). Les intrigues prennent assez vite un caractère policier du plus bel effet, et le personnage de Kate y prend une importance de choix. Mais l’atout qualitatif de la saison 1 d’Angel, c’est l’incroyable imbrication de cette série avec sa sœur aînée. Chaque épisode d’Angel est plus ou moins lié à un de Buffy contre les vampires. Dès le premier épisode des deux séries par exemple, nous découvrons que Buffy reçoit un appel chez elle, mais personne ne semble être au bout du fil. On apprend alors dans l’autre série que c’est Angel qui passe cet appel. Et les petits exemples de ce genre sont légion. Jamais aucune série n’est allée aussi loin dans l’utilisation aussi judicieuse du crossover.

Il est d’ailleurs indispensable de regarder à la fois la saison 4 de Buffy contre les vampires et la saison 1 d’Angel pour comprendre les aboutissements des scénarios dans l’une comme dans l’autre des deux séries. Les événements dans une série ont un impact immédiat dans l’autre. Ainsi, la conclusion de l’histoire amorcée dans Désillusions (4×03) trouve sa conclusion dans La pierre d’Amarra (1×03). Plus somptueux encore, Angel s’invite dans L’esprit vengeur (4×08) et Buffy lui rend la pareille dans le fabuleux Je ne t’oublierai jamais (1×08), magnifique épisode qui constitue le summum de la relation entre Buffy et Angel. Le phénomène du crossover trouve son paroxysme dans la quinqualogie qui démarre dans Une revenante (4×15 et 4×16), se poursuit ensuite dans les épisodes Cinq sur cinq (1×18) et Sanctuaire (1×19), et se conclut définitivement dans Le facteur Yoko (4×20). En connaissant toutes les imbrications scénaristiques, la saison 4 de Buffy contre les vampires prend immédiatement un autre sens plus intéressant, mais elle n’échappe pas aux grossières erreurs commises, et se veut très inférieure à la saison 1 d’Angel qui a mieux bénéficié du soutient des auteurs. Ils voulaient sans aucun doute un lancement réussit pour leur nouvelle série.

Heureusement, tout s’arrange considérablement aussi bien du côté de la saison 5 de Buffy contre les vampires que la saison 2 d’Angel. Les auteurs parviennent à trouver un équilibre idéal et voyagent sur un habile rythme de croisière dans les deux séries. Si aujourd’hui encore, beaucoup de fans sont partagés quand à la qualité intrinsèque de la saison 5 de Buffy contre les vampires, je me range personnellement du côté de ceux qui l’apprécie. Voulue comme une conclusion définitive de la série (il n’était en effet à cette époque pas question qu’une nouvelle saison voit le jour), la saison 5 est conçue avec une thématique extrêmement forte dans l’esprit de Joss Whedon: la notion de sacrifice. Que seriez-vous prêt à faire pour sauver votre vie ou celle d’un proche ? Les tourments que doivent subir Buffy, Dawn, Willow mais surtout le très intéressant Ben, sont menés de main de maître et avec justesse. Les délires nombrilistes de Gloria ne sont au final qu’accessoires et ne servent qu’à mener l’intrigue principale à son terme dans une apothéose magnifiquement mise en scène, et qui reste parfaitement logique dans l’univers de Buffy contre les vampires. La saison 5 permet également de mettre un terme définitif au personnage de Riley, qui n’a absolument rien apporté à l’univers de la série. Il se retire de la scène de façon finalement discrète et, à moins d’être attaché à l’acteur, on ne regrette à aucun moment son départ au point même d’oublier jusqu’à son existence au fil du temps. Un bon point en soit.

L’une des autres forces de la saison 5 est l’étoffement de la personnalité de William le sanguinaire, dit Spike. Revenu avec bonheur au cours de la saison 4, principalement pour remplacer Angel dans le rôle du vampire sadique sous les traits d’un personnage familier, Spike était surtout cantonné au rôle de bouffon adorable (registre dans lequel le comédien excelle). A partir de la saison 5, sa véritable généalogie est établit. Les scénaristes poussent même le bouchon jusqu’à apporter aussi des réponses clefs sur ce personnage durant la saison 2 d’Angel. C’est ainsi que deux épisodes totalement différents que sont Darla (2×07) et La faille (5×07) permettent de remonter le temps et de voir que les scènes sont strictement les mêmes dans ces deux épisodes, mais abordé d’un point de vue différent : Angel et Darla d’un côté, Spike et Drusilla de l’autre.

Les connexions entre Buffy contre les vampires et Angel trouvent réellement leur paroxysme à cette période de la vie des deux séries. Des personnages vont et viennent d’une série à l’autre, se rendant simplement visite, s’appelant au téléphone, et bien entendu s’invitant dans l’intrigue globale des deux séries de manière intelligente. C’est le cas notamment de Drusilla, qui contribue d’abord dans la série Angel (2×09 – L’épreuve, 2×10 – Retrouvailles et 2×11 – Déclaration de guerre) avant de sévir violemment dans Buffy contre les vampires (5×14 – La déclaration). C’est également à l’occasion de cet épisode qu’une autre figure emblématique de l’univers de Joss Whedon va établir ses quartiers à Los Angeles : l’incontournable Harmony (2×17 – Amie ou ennemie ?). Étonnamment, malgré ses personnages qui ne cessent de se déplacer constamment d’une série à l’autre, les intrigues principales des saison 5 de Buffy contre les vampires et saison 2 d’Angel sont calculées au millimètre près. A tel point d’ailleurs qu’il n’est en pratique pas du tout indispensable de suivre conjointement les deux séries pour tout comprendre. Les crossovers sont en quelque sorte des cadeaux bonus offerts aux fans, seuls à même d’établir par eux mêmes les connexions et d’approfondir les scénarios pourtant déjà complexes. Une vrai maîtrise scénaristique jamais vue nulle part ailleurs dans le petit monde des séries télévisées.

Pendant que Buffy se forge son caractère d’héroïne inoubliable durant la saison 5, la saison 2 d’Angel commence enfin à forger sa propre mythologie. Prophétie salutaire, cabinets d’avocats machiavéliques et monstres de foire sont légion, tout comme l’approfondissement des caractères des personnages et leurs différents tourments. Finalement, pour égayer quelque peu cette noirceur lancinante, les scénaristes décident pour la fin de saison de prendre un virage à 180 degrés en offrant des épisodes plus légers, dans lesquels la fine équipe est projetée dans une dimension médiévale. Ces épisodes permettent ainsi d’offrir à la série ses tous premiers délires, qui deviendront par la suite récurrent dans Angel, et permettant également de donner une explication plausible quand à l’absence d’Angel pour épauler le combat du Scooby Gang contre Gloria.

Malheureusement, les bonnes choses ont une fin. The WB conclut la diffusion de Buffy contre les vampires avec l’inoubliable dernier épisode de la saison 5. Ce qui devait être à cette époque la conclusion définitive de la série se voit transformé en passage de relais vers la chaîne concurrente UPN. Et malheureusement cela va mettre un terme, tout du moins temporaire, au lien étroit qui existait entre Buffy contre les vampires et Angel. Les dirigeants de The WB s’opposent en effet farouchement à la moindre connexion entre les deux séries, désormais concurrentes. Les saison 6 de Buffy contre les vampires et saison 3 d’Angel volent dès lors de leurs propres ailes indépendamment l’une de l’autre. Mais c’est toutefois de courte durée, car Joss Whedon ne peut très vite pas s’empêcher de passer outre ces décisions. C’est ce que nous verrons dans le prochain dossier qui sera très certainement consacré à cet univers prochainement sur le blog !

21 décembre 2011 à 7 h 46 par Olikos

Posté dans Blog

Commentaires fermés.

Social eXpérience

Articles récents

Rechercher:

Catégories

Archives: