Shrek 4 - Il était une fin : Quelques informations

Shrek 4 - Il était une fin est sorti en salle le 21 mai 2010 au Québec et le 30 juin 2010 en France. Officiellement, il s'agit actuellement de l'ultime volet de la saga Shrek, même si les personnages ont quand même depuis fait plusieurs apparitions dans des courts et moyens métrages. Sans compter que l'univers de la saga continue d'être développé notamment dans le film dérivé Le chat Potté.

Le film ne bénéficie pas de version québécoise, tout comme c'était déjà le cas des films précédents.

Résumé

Accompagné de ses fidèles compagnons, l'Âne, à la langue toujours aussi pendue et au courage toujours en berne, le Chat Potté, valeureux chevalier à la fabuleuse modestie, ainsi que de tous les personnages qui ont fait son succès, de Pinocchio à 'Tit Biscuit en passant par les Trois Petits Cochons, Shrek est confronté à un défi encore plus grand que celui de combattre un dragon, une vilaine fée ou les couches malodorantes de sa progéniture !

Analyse de l'oeuvre

Avec Shrek le Troisième, nous avons atteint l'infamie audiovisuelle : tout est à jeter aux orties ! Contre tout pronostic, Dreamworks prend soudain conscience que le potentiel des personnages a été saccagé, anéanti en à peine une heure et demi. Alors que la saga devait à l'origine compter au moins cinq épisodes si ce n'est plus (une rumeur récemment ravivée par Jeffrey Katzenberg lui-même en 2014 !), tout est alors précipité pour offrir une plus belle porte de sortie à la franchise dans un quatrième et ultime film. Sorte de baroud d'honneur, Shrek 4 - Il était une fin donne le sentiment d'avoir été conçu de manière de proposer un épilogue beaucoup moins amer que le film précédent. Si ce long métrage n'est pas une fin aux aventures des personnages (qui reviendront plusieurs fois à la télévision), accordons-lui le mérite de conclure plusieurs sous intrigues d'une manière plus cohérente. Le spectateur a ainsi le sentiment que le livre se referme en laissant un relatif bon sentiment général.

Shrek le Troisième était tellement parti en vrille, que le quatrième volet ne pouvait dans tous les cas de figure qu'être forcément meilleur. Sans aller jusqu'à se proposer en dauphin du superbe Shrek 2, Shrek 4 - Il était une fin insuffle un vrai retour aux sources, en choisissant tout simplement de réunir tous les meilleurs ingrédients de la saga et laisser de côté ses pires travers. Grâce à un astucieux tour de passe passe, Dreamworks efface donc tout et recommence. Le film nous entraîne dans une réalité alternative où chacun des personnages vis désormais de façon complètement différente. Ce qui en fait la plus grande force du long métrage car il évite de réutiliser les mêmes recettes éculées pour la quatrième fois. On prend plaisir à découvrir comment Fiona, ses parents, le Chat Pottelé (!), l'Âne, Pinocchio ou même P'tit Biscuit auraient vécus s'ils n'avaient jamais rencontré Shrek.

Dynamique. C'est sans doute ce terme qui définit le mieux Shrek 4 - Il était une fin. Épique lui conviendrait tout aussi bien d'ailleurs. Ce sentiment, on le doit en partie au tout nouveau format panoramique adopté qui permet d'offrir des séquences spectaculaires. Parfois même un peu trop, puisque le long métrage a quelquefois tendance à jouer la surenchère. A commencer sans doute par la déferlante d'ogres qui a un peu de mal à trouver une explication satisfaisante dans le récit, détrônant au passage l'iconique Shrek. Malgré tout, l'histoire parvient à retrouver le mince équilibre narratif de Shrek 2, qui alternait avec juste mesure plusieurs genres différents, et que l'on avait totalement perdu dans Shrek le Troisième.

Sans être la révolution annoncée ni souhaitée, Shrek 4 - Il était une fin se contente d'être un véritable chant du cygne. Il nous convie de revivre avec lui son histoire et à faire appel à notre mémoire collective des bons côtés de la saga. Enrobé par une histoire amusante transposée dans une réalité alternative, le long métrage se laisse suivre sans trop de déplaisir. Quand le livre se referme, nous en gardons un souvenir satisfait et on se laisse entraîner par le générique de fin conçu comme un hommage à toute la saga. Celle-ci se termine donc sans réelle gloire mais ne fait pas ressurgir non plus d'amères regrets. En soit, c'est donc la meilleure chose qui pouvait arriver aux personnages. Au revoir et merci, mais s'il vous plaît, ne revenez plus !

17 octobre 2014 par Olikos

Voxographie sélective

Doublage français d'origine (2010)

Shrek : ALAIN CHABAT 1

Nain Tracassin : WILLIAM CORYN 1

L'Âne : MED HONDO 1

Princesse Fiona : BARBARA TISSIER 1

Le Chat Potté : BORIS REHLINGER 1

Le Roi Harold : MICHEL PRUD'HOMME 1

La Reine Lillian : TANIA TORRENS 1

'Tit Biscuit : EMMANUEL GARIJO 1

Brogoss : XAVIER FAGNON 1

Gastro : PASCAL LEGITIMUS 1

Pinocchio : ALEXANDRE GILLET 1

Bouche à Miel : JULIEN KRAMER 1

Amber : HELENE BABU 1

Georgette : CLAUDE PERRON 1

Papatissier : MARC PEREZ 1

Grétine : MARIE-MADELEINE BURGUET LEDOZE 1

Griselda : ANNABELLE ROUX 1

Seconde Classe Jammy : RAPHAËL COHEN 1

Lemke : BENJAMIN PENAMARIA 1

Le Loup : PHILIPE CATOIRE 1